Le retour du héros
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Les contrées de Balaïa :: Baronnie Morghun
avatar

Feuille de personnage
▲ DANS MA SACOCHE:
▲ CAPACITES:
▲ DISPONIBILITE RP:
Voir le profil de l'utilisateur http://thesongofravens.forumactif.org/t304-shara-morghun-she-s-brave-and-fearless http://thesongofravens.forumactif.org/t300-shara-l-armure-entre-
▲ MESSAGES : 134
▲ POINTS D'INFLUENCE : 291
▲ ÂGE : 42 ans
▲ RACE : Humaine
▲ STATUT SOCIAL : Noble
▲ LIEU : Gresse la plupart du temps, Orytte et parfois la Cour
▲ METIER OU OCCUPATION : Baronne
▲ ALLEGEANCE : La Couronne
▲ AVATAR & CREDITS : Lena Headey (Mina-Ligeia)
MessageLe retour du héros 10/2/2018, 13:32
Les fêtes de la baronnie Morghun avaient commencé.
Dans ses quartiers personnels, la dame finissait de donner la dernière touche à sa tenue. Aidée par sa domestique personnelle qui papillonait autour d’elle, elle réajustait sa robe. D’un tissu délicat et brodé à la main, il s’agissait d’une pièce de qualité réalisée par l’un des artisans favoris. Ses cheveux étaient relevés en une élegante coiffure. Rien n’était laissé de côté, les détails soignés pour convenir à l’image que Shara renvoyait aux autres. Celle d’une femme forte mais avec de la prestance.
Une fois prête elle envoya la demoiselle s’occuper à d’autres affaires.
Elle quitta la chambre et rejoignit son mari dans la salle de réception de leur demeure. Lui aussi paré de ses plus beaux atours donnait ses indications sur le prochain tournoi. Son visage était sérieux. Cela arracha un sourire à son épouse, toujours amusée de le voir ainsi soucieux de peaufiner les détails de ces festivités.
Quand on vivait sur leurs terres, on ne faisait pas les choses à moitié.
La capitale de la baronnie Morghun avait revêti ses plus beaux atours en ce jour de fête. La cité entière était recouverte de banderoles de toutes les couleurs, teintes vives et lumineuses. La musique se laissait entendre dans tous les coins. Les senteurs des mets attiraient les badauds. Les échoppes avaient ouvert leurs portes, exposé leurs biens dans les rues. Et l’on dansait et riait, dans l’atmosphère festive qui animait non seulement la ville, mais également toute la baronnie.
Happés par l’ambiance qui régnait dans les terres qu’ils gouvernaient, le régent s’efforçait de répondre aux attentes de ses estimés sujets. Sa femme l’épaulait dans cette tâche et ensemble, les époux maintenaient leur baronnie tellement riche en arts et prospère.
Comme dans n’importe quelle fête, la chevalerie était à l’honneur et les tournois de la baronnie Morghun pouvaient rivaliser avec les plus importants du royaume. Les plus renommés chevaliers venaient de tout Balaïa pour se mesurer les uns aux autres, sous les yeux de spectacteurs avides de sensations fortes. Il y avait de tout, des joutes à cheval et de simples combats d’homme à homme.
Shara n’avait jamais participé à ce style d’évènement, sauf en qualité de dame d’honneur. Savoir se battre n’était pas suffisant pour participer à un tournoi de ce niveau, et l’on espérait d’elle autre chose que de se trainer dans la boue en tapant sur ses adversaires.
Quant à son mari, il avait participé plus jeune à ce genre de tournoi et s’y était démarqué. Aujourd’hui il aimait à regarder les combats et les dirigeait depuis son estrade, les commentait avec son épouse.
”Tu es splendide ma chère.”
Elle se fendit d’une révérence accompagné d’un sourire taquin, et glissa son bras sous le sien. Ensemble ils descendirent les marches pour sortir de leur demeure et se rendirent aux festivités.
Quelques heures plus tard, ils pénètrèrent dans la tribune qui surplombait le champ du tournoi. Un tonnerre d’applaudissements accompagna leur entrée, mené par les trompettes. Les Morghun s’avançèrent en saluant la foule et se rapprochèrent du bord de la tribune, regardant l’étendue devant eux où s’étaient alignés ceux qui allaient combattre. Ils n’étaient qu’un nombre limité à se battre, ayant vaincu la plupart de leurs adversaire durant les qualifications qui s’étaient déroulées sans la présence des barons. Les régents ne se déplaçaient que rarement pour les regarder.
La baronne s’attarda sur chaque homme. Chacun était vêtu d’une armure légère, leurs traits dissimulés sous leur casque.
Elle remarqua rapidement les couleurs des cités collégiales, détonnantes au milieu des écussons qui pourtaient haut et fort les maisons des territoires de Balaïa. Une présence qui avait suscité un important débat dans le fief des Morghun.
L’Ordre pourtant tellement rigide, mais désireux d’entrer dans les bonnes grâces d’une Reine qui avait eu un discours affirmé, avait laissé un instant son hostilité, et avait invité les cités collégiales à envoyer ses chevaliers. Shara n’avait pas la moindre idée de combien avaient accouru. Un seul semblait avoir trouvé la route vers la victoire, parvenant en finale de ce tournoi. Elle le dévisagea avec une neutralité implacable et laissa son mari accueillir les participants.
”Bienvenue à vous nobles chevaliers. La baronnie Morghun vous accueille en ces terres d’arts et de paix, dont aujourd’hui nous allons consacrer le champion. Vous êtes les meilleurs. Un seul néanmoins repartira avec les lauriers de la victoire.”
Il leva le bras, alors que les spectateurs s’enflammaient.
”Mais avant de poursuivre, il est temps de vous présenter.”
Il s’assit aux côtés de Shara, qui prit place dans l’un des confortables fauteuils de la tribune. Autour d’eux différents représentants des plus importants groupes de la baronnie les entouraient. Les cris laissèrent place au silence, la baronnie retint son souffle alors que les chevaliers bombaient fièrement le torse.
”Champions de Balaïa c’est votre heure de gloire!”
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
▲ DANS MA SACOCHE:
▲ CAPACITES:
▲ DISPONIBILITE RP:
Voir le profil de l'utilisateur http://thesongofravens.forumactif.org/t316-ren-loukos http://thesongofravens.forumactif.org/t303-ren-loukos
▲ MESSAGES : 109
▲ POINTS D'INFLUENCE : 557
▲ ÂGE : 44
▲ RACE : Humain
▲ STATUT SOCIAL : Ne roule pas sur l'or, mais noble de par la fonction.
▲ LIEU : En route pour Parve, bloqué dans un tunnel !
▲ METIER OU OCCUPATION : Capitaine des lanciers de Viniel
▲ ALLEGEANCE : Le Culte des Douze
▲ AVATAR & CREDITS : Pedro Pascal
MessageRe: Le retour du héros 13/3/2018, 19:55



« où c'est, le château de la baronne qui parle fort, qu'est vilaine, qui ment, et qui s'habille comme les hommes ?? »
- Ren Loukos

C'avait été ses mots exacts. Ils avaient été parmi les derniers échangés trente-cinq ans plus tôt avec une petite fille blonde comme les blés et teigneuse comme tout, lorsque Ren avait souligné qu'il serait facile de retrouver quelqu'un comme elle.
Ils s'étaient dit un Au Revoir, pas un Adieu.

Les années avaient passé, implacables mais pas cruelles. Ren était avait embelli, avait gagné en muscles et en agilité, en savoir aussi. Il devenu un homme, un vrai, de ceux qui savent se battre, défendent des causes, et sauvent des damoiselles. Il avait imaginé et fanfaronné, étant petit, sur celui qu'il allait devenir, et si l'on en faisait le bilan alors oui, la transformation avait été un succès ! Il était devenu un brave et fort guerrier qui s'était engagé dans les corps de lanciers de Viniel afin de se battre pour ce qui lui semblait juste. Il avait ri au nez de ceux qui avaient douté de lui, avait impressionné les amis qu'il s'était faits, il avait courtisé et besogné celles qui l'avait trouvé avenant.

Il restait néanmoins deux personnes a qui il n'avait pas encore pu montrer l'homme qu'il était devenu. La première était sa sœur, la raison première pour laquelle il s'était endurci. Et il n'était pas le seul à avoir évolué : l'Ordre aussi avait grandi avec les années, et son organisation tentaculaire le rendait quasiment impossible à attaquer de front. Et même si cette dangereuse idée grandissait de plus en plus dans l'esprit de Ren depuis ces récentes années, la grandeur de l'Ordre et les contraintes diplomatiques ne lui avaient pas permis de tenter de délivrer sa sœur pour lui prouver qu'il était devenu un homme fort sur lequel on pouvait compter.
La deuxième personne à qui il avait implicitement promis de devenir fort était la petite Shara Svanjold. Il lui avait tant répété qu'il allait devenir un valeureux guerrier, il s'était tant vanté devant elle... L'avait-elle oublié ? Ou se souvenait-elle du petit garçon plein de vie avec qui elle avait vécu une aventure si grandiose alors qu'ils étaient si jeunes ? Se rappelait-elle de ce petit paltoquet qui lui avait raconté mille mensonges avant de lui avouer qu'il ne valait pas grand chose mais comptait tant devenir quelqu'un ?

Lui, en tout cas, ne l'avait pas oubliée. Oh bien sûr, elle n'avait pas été au centre de toutes ses pensées durant ces longues années sans la voir, mais elle revenait parfois dans son esprit, un joli souvenir doux-amer. Lorsque Ren, devenu adulte, se remémorait son enfance difficile, la petite Shara lui revenait en mémoire à chaque fois. Elle avait été un rayon de soleil dans une période trouble, et elle avait été la première à lui donner confiance, la première à croire en lui, la première à lui dire de poursuivre son rêve.
Lorsqu'ils s'étaient quittés, ils étaient de tous jeunes enfants qui n'avaient pas su se dire adieu comme les grands. Ils s'étaient dits qu'ils allaient se revoir, parce qu'il était facile de faire des promesses de gosses qui ignorent tout de la taille du monde et des responsabilités inhérentes aux grandes personnes. Aussi, Ren avait-il dit que si un jour, il voulait retrouver Shara, il n'aurait qu'à se renseigner sur les têtes couronnées de Balaïa afin de retrouver cette fameuse Baronnette vilaine, menteuse, et habillée comme les hommes !

Puisqu'il était capitaine d'un puissant corps de lancier, il avait accès à plus d'informations et de savoir que les habitants lambdas de Balaïa. S'il voulait un renseignement sur une baronnie, s'il voulait se tenir au courant des évolutions géopolitiques, il pouvait s'adresser aux érudits ou aux dirigeants de Lystern. Il fut donc aisé pour lui de retrouver la généalogie des Svanjhold, et d'ainsi apprendre qu'une certaine Dame Shara avait pris le baron Morghun pour époux. Le lancier ressentit une forme de tristesse au découvrir de cette information : la petite noble blonde et braillarde qu'il avait connue étant enfant n'avait pas caché son aversion pour le probable mariage arrangé qui l'attendait, et apprendre aujourd'hui qu'une telle union avait bien eu lieu laissait à penser que la petite baronne rebelle s'était finalement pliée aux obligations de son rang et avait laissé derrière elle tout rêve de liberté.
Ren avait néanmoins gardé cette information par devers lui, se disant qu'un jour peut-être, il rendrait visite à cette vieille connaissance. L'Ordre n'avait fait que gagner en puissance toutes ces années, et la baronnie Morghun n'avait pas été épargnée par son influence tentaculaire. De son côté, la foi de Ren pour les Douze n'avait fait que croître, ne serait-ce que par désir d'opposition à ceux qui avait assassiné ses parents. En tant que Capitaine Loukos, il avait également acquis une renommée toute relative, et s'aventurer hors des Cités Collégiales pour se promener dans les territoires Ordriens n'étais pas judicieux, peu importait l'envie qu'il avait de se battre seul contre tous.


L'opportunité de renouer ce lien du passé se présenta néanmoins, quelques années après avoir localisé la vilaine baronne, et bien des décennies après l'avoir rencontrée. De récents évènements avaient attiré l'attention de la Reine sur l'omnipotence de l'Ordre, et Elise Hyld avait donc sagement décidé de resserrer la bride autour de ces zélotes. Dans un désir de montrer leur bonne volonté, les pontifes de l'Ordre se firent moins oppressants, et leur emprise sur certaines baronnie se relâcha un brin.
Ceci expliqua que, lorsque la baronnie Morghun organisa un tournoi, l'Ordre n'émit aucune protestation lorsque des champions des Cités Collégiales furent invités à participer. De toutes façons, ces fanatiques auraient bien pu tempêter, Rowan et Shara Morghun auraient malgré tout maintenu leur projet de festival en incluant les cités honnies, pour la beauté des joutes et des combats. S'il y avait bien une occasion de faire une trêve, c'était bien celle là !
La nouvelle circula, et les Cités Collégiales furent en effet flattées de l'invitation, mais gardèrent quelques réserves, conscientes que l'occasion était exceptionnelle et que la venue de leurs champions, même si elle était tolérée, ne serait pas forcément vue d'un très bon oeil.

Dans la ville de Lystern, il fut décidé que Brennor Hautclairon serait envoyé. Fils ainé d'une bonne famille, il s'était déjà illustré lors de multiples tournois internes aux Cités indépendantes, et avait prouvé son talent à la joute (mais ses performances aux combats au corps à corps étaient discutables). Ren avait bien tenté de mettre en avant sa candidature, mais certains érudits s'y étaient opposés, jugeant qu'un guerrier de la foi n'avait pas sa place à un tel spectacle. Seulement voilà. Le capitaine des lanciers de Viniel pouvait se montrer extrêmement têtu, et ce tournoi de la baronnie Morghun était l'occasion rêvée de pouvoir passer le bonjour à Dame Shara sans se mettre l'Ordre à dos...
Et les choses tournèrent étrangement en la faveur de Ren lorsque Brennor Hautclairon fut mystérieusement pris d'une violente courante qui le cloua au lit la veille de son départ pour la baronnie. Quel étrange hasard... Et, puisque personne d'autre à part Bren et Ren avaient déposé leur candidature, les dirigeants de Lystern finirent par autoriser l'envoi du Capitaine des Lanciers en terre étrangère afin de porter leurs couleurs.

Ren finissait de brûler l'enveloppe qui contenait des feuilles de Brunebraies, une plante connue pour ses vertus laxatives, lorsque son écuyer vint le quérir afin de l'avertir que tout était prêt, et que le départ était imminent. Le voyage se passa sans encombre, et le fier (mais fripon) Capitaine eut même le loisir de culbuter une serveuse dans chaque auberge où ils firent halte. Enfin, après plusieurs jours de voyage, Ren, son écuyer, un diplomate de Lystern et deux servants, passèrent enfin les portes de Gresse.
Toute la ville était en liesse ! des fanions colorés couraient de toits en toits, des drapeaux claquaient au vent, des touristes aux vêtements bariolés s'extasiaient sur les produits locaux, et l'odeur exquise des fameux beignets Gressois envahissait les rues. Ce fut étrange pour Ren, lui qui était né à Orytte, un port plus au sud de Gresse, de reconnaître certains habits traditionnels de la région, certaines odeurs, et un certain accent propres au sudiens de Balaïa... Son cœur se serra. Il gardait un souvenir très amer de cette ville, qu'il connaissait peu au final, car il n'en avait vu que l'orphelinat dans lequel il fut enfermé avec sa sœur qu'il avait laissé derrière lui lorsqu'il s'était évadé. Qu'était-elle devenue ? Se trouvait-elle encore dans la baronnie ? S'était-elle fait la malle elle aussi ? Peut-être aurait-il le temps, entre deux épreuves, de fureter et de récolter des informations... Si l'Ordre ne le surveillait pas de trop près, bien sûr, ce qui semblait plutôt compromis : alors que la délégation Lysteroise arrivait dans le vaste champ qui servait de camp de base aux champions venus de tout Balaïa, Ren remarqua un petit troupeau de vieux dévots aux couleurs de l'Ordre le regarder d'un sale oeil lorsqu'ils reconnurent la bannière d'une des Cités Collégiales. Eh bien eh bien, quel accueil...
Ren et son équipe furent envoyés dans le fond du champ, non loin du tas de fumier sur lequel finissait le crottin produit en masse par les chevaux des représentants des autres baronnies, plus légitimes et méritantes aux yeux de l'Ordre, car fidèles à la vraie Foi. À proximité, Ren fit connaissance avec la championne envoyée par Julatsa, autre Cité, reléguée elle aussi dans cette partie peu accueillante du camp. Xetesk et Dordover n'avaient envoyé aucun représentants, n'ayant à proposer que des mages valeureux et non des combattants plus "classiques". Ainsi, Ren Loukos de Lystern et Milliane Lort de Julatsa étaient les deux seuls envoyés Cités sans Baronnies, et leur statut de pestiféré ne fut pas seulement souligné par l'emplacement qu'on leur avait réservé dans le camp : certains champions, notamment celui de la Maison Hardorn, ne se privèrent pas de quolibets à leur encontre, auxquels Ren répondit par un sourire prétentieux et un geste vulgaire. Ils verraient bien, tous. Les actions parleraient cent fois plus fort que les mots !

Les épreuves commencèrent par les joutes auxquelles Ren ne s'était pas inscrit, car piètre cavalier ! Milliane parvint néanmoins à s'illustrer et arracha la deuxième place après un échange qu'elle perdit malheureusement face à un champion de la Baronnie Hyld, Cavalier Vert de son état et donc rompu à l'art de diriger un cheval avec brio. Ren, qui participait alors aux phases qualificatives des combats au corps à corps, n'eut pas l'occasion d'encourager sa compatriote, ce qui fut doublement dommage car il aurait pu alors espérer voir, de loin et sur la tribune réservée aux têtes couronnées de la Maison Morghun, la vilaine Baronne aux manières de garçon ! Mais il prit son mal en patience : le lendemain arriva bien vite, et avec lui, les demies-finales des combats rapprochés.
S'étant assuré que Shara assisterait à l'évènement, Ren rendit visite au comité d'organisation du tournoi et demanda à ce qu'une modification soit apportée quant à sa présentation : il réclama l'ajout d'un surnom en plus de son patronyme, et qu'il soit présenté sous le titre de "Ren "Renard" Loukos". Il espéra que ce petit clin d’œil permette au cœur de Shara d'entendre un écho du passé, si jamais sa simple vue ne suffisait pas à lui rappeler certains souvenirs...
La modification ainsi faite, Ren retourna à son campement, passa son armure, se saisit de sa lance et, suivi de son écuyer comme porte-étendard, se rendit dans l'arène. Accueillis par les cris de la foule (et quelques huées provoquées par la bannière des Cités Collégiales), les quatre combattants qualifiés se mirent en une ligne parfaite et firent face à la tribune des Nobles.

”Bienvenue à vous nobles chevaliers. La baronnie Morghun vous accueille en ces terres d’arts et de paix, dont aujourd’hui nous allons consacrer le champion. Vous êtes les meilleurs. Un seul néanmoins repartira avec les lauriers de la victoire.” Fit Rowan Morghun, avec la prestance qui lui était coutumière.

Ren, tout comme les quatre autres concurrents, leva les yeux, et bien que les autres guerriers devaient alors regarder le Baron prononcer son discours, l'attention du Lysterois se portait ailleurs. Elle était là.
Elle avait tant changé, tout en restant un peu la même malgré tout. Elle avait encore ce port altier qu'elle s'était évertuée à cacher lorsqu'ils s'étaient rencontrés la première fois, parce qu'elle ne voulait pas qu'il sache qu'elle avait le sang bleu. Sa bonne bouille de petite fille s'était affinée et avait laissé place aux traits gracieux d'une vraie Dame, de celles devant qui on s'agenouille. Elle avait gardé ces cheveux longs, magnifiques, qui accrochaient les rayons du soleil et les gardaient prisonniers entre des boucles lumineuses de miel et d'or. D'aussi loin, Ren ne put voir ses yeux, mais il espéra sincèrement qu'ils avaient gardé cette lueur vive de défi, et qu'elle n'avait pas été éteinte par des années passées auprès d'un mari qu'on l'avait peut-être forcée à prendre. Elle était splendide, noble tout simplement, dans cette robe exquise qui avait sans doute été faite rien que pour elle.
Lorsqu'ils avaient été enfants, Ren l'avait trouvée jolie. Un peu. Maintenant qu'ils étaient grands, il la trouvait somptueuse. Beaucoup.

Dans son armure de cuir robuste, Ren se tenait bien droit et fier, comme il l'avait fait il y a trente-cinq ans lorsqu'il avait voulu impressionner la petite baronne en fugue. Les choses avaient changé, néanmoins, et sa fierté et son assurance étaient légitimes. Il n'avait plus à les faire reposer sur des bobards et des histoires inventées de toutes pièces. Il pouvait maintenant, devant elle, se tenir comme le guerrier qu'il était devenu, et non plus comme celui qu'il rêvait d'être.
Les noms des qualifiés durent annoncés, et chacun retira son casque lorsqu'il fut appelé, pour adresser un salut respectueux au Baron et à sa moitié. Lorsque l'annonce de "Ren... "Renard"... ? Loukos", Champion de la Cité de Lystern" retentit, le Capitaine des lanciers retira son casque et fit un bref salut à Rowan Morghun, avant de reporter son attention, pleine et entière, sur Dame Shara. Il lui fit un sourire prétentieux et plein d'assurance, de ceux qu'il avait toujours su faire, et le temps s'arrêta un instant. Durant ces quelques secondes, il eut l'impression qu'ils étaient seuls au monde car Shara, l'explosive petite Shara devenue si grande, ne regardait que lui. Ne reconnaissait que lui. Et son visage qu'elle devait, étiquette exige, se forcer à garder sérieux, afficha alors une expression délicieuse de surprise mêlée d'un amusement sincère.
Il pressa sa main contre ses lèvres et envoya un baiser vers Dame Shara, ce qui fit légèrement tiquer son Baron de mari, et ce qui provoqua quelques regards désapprobateurs de la part des trois autres champions présents, plus soucieux des conventions sociales que nécessitait pareil évènement. Fier de son effet, Ren se mit en place et se prépara à mener son premier combat contre, et quel drôle de hasard, le champion de la Baronnie Morghun. Il espérait secrètement que Dame Shara, en son cœur, l'avait pris pour champion et que sa fidélité envers sa maison vacille, juste pour ce tournoi !

”Champions de Balaïa c’est votre heure de gloire!” Claironna Rowan, annonçant le début du premier match.

Toujours fanfaron et fantasque, le Renard, fier comme un coq, se fendit de quelques passes et acrobaties impressionnantes pour le plaisir de la foule. Entre ses mains expertes, sa lance virevolta, le métal sifflant comme les ailes d'un oiseau alors qu'il fendait l'air. Son adversaire, agacé par cette démonstration prétentieuse, le héla et le rappela à l'ordre car il y avait, après tout, un combat à mener, sacrebleu !
Et quel combat se fut ! La foule clamait en faveur du champion de la Baronnie organisatrice, bien sûr, mais cela ne fit que motiver le représentant Lystenois d'avantage. Il avait tout à prouver. Mais, plus que la foule, c'est auprès de Shara qu'il voulait enfin faire ses preuves. C'était ici, maintenant, qu'il fallait lui montrer l'homme qu'il était devenu. Il enchaîna passes et coups, blessant le champion local, le désarmant, pour finalement le mettre à genoux, et ce sans se départir de son vaillant sourire. Son adversaire déclara forfait, sachant pertinemment qu'il ne pourrait pas gagné car l'olibrius des Cités Collégiales semblait animé par un feu inextinguible et une soif de victoire intarissable ! Lorsqu'il fut prononcé vainqueur, Ren parada encore, l'animal ! Il se permit un tour de piste, levant les bras pour récolter les applaudissement autant que les huées, qui s'était amoindries car il avait prouvé sa valeur. Comique, il fit une révérence exagérée envers Rowan Morghun, que l'attitude du vainqueur fantaisiste amusa. Et à côté de lui, toujours radieuse, Dame Shara arborait un sourire un peu goguenard qu'elle adressait à Ren, le mettant implicitement au défi de réitérer l'exploit lors de la finale.

Celle-ci eût lieu peu de temps après, car il fallut laisser le temps aux vainqueurs de récupérer et de réparer d'éventuelles bosses dans leur armure. Après ce bref repos, le représentant de la Baronnie Hardorn et celui des Cités Collégiales furent appelés pour participer à la grande finale. L'ambiance était à son paroxysme, et la foule applaudit à tout rompre lorsque les deux concurrents se présentèrent à nouveau. Souhaitant sans doute couper court à toute nouvelle démonstration ou parade de la part du champion Lysternois, les organisateurs lancèrent le combat immédiatement, et les trompettes retentirent à travers la grande arène.

Puisqu'on ne l'avait pas laissé faire de cabrioles, Ren se jeta à corps perdu dans cet affrontement, prêt à tout pour remporter la victoire. Pour lui, pour Shara, pour sa sœur, pour la gloire, pour montrer à l'Ordre, et en guise d'avertissement, de quel bois étaient faits les habitants des Cités Collégiales, les raisons ne manquaient pas. Le chevalier élevé à la Pontoise para les quelques premiers coups que Ren tenta de lui porter, et parvint à toucher le Lysternois au flanc d'un coup d'épée qui enfonça l'armure légère. La lance de Ren, redoutable à longue portée, était malheureusement peu efficace lorsqu'un adversaire entrait dans un périmètre plus rapproché, aussi le Capitaine repoussa son opposant d'un coup fracassant de son bouclier. Le champion de Hardorn, un peu sonné, recula et tenta de porter un nouveau coup mais Ren fut plus rapide : tel le dard d'un scorpion, la lame de sa lance piqua le pied du chevalier, s'enfonçant dans la chausse et dans la chaire non protégée par une pièce d'armure. L'homme poussa un cri. Voilà qui allait être handicapant, mais le brave Pontois ne se dégonfla pas et tenta tant bien que mal d'oublier la douleur alors qu'il repartait à la charge. Son épée fendait l'air, menaçante, et Ren para la plupart des coups, mais un coup d'estoc l'atteignit à l'épaule gauche. Son adversaire, avec une précision mortelle, avait utilisé une faille de l'armure et avait planté la pointe de sa lame dans l'interstice entre l'épaulière et le plastron. Blessé, le Capitaine éprouva désormais une difficulté à manier son bouclier mais s'estima heureux que sont bras d'arme ne soit pas touché. Remonté, Ren n'en démordit pas, et la douleur ne fit qu'augmenter son envie de gagner. Il se fit plus agressif, sa lance virevoltant et piquant, ne laissant plus son adversaire se rapprocher assez pour porter un nouveau coup. Il piqua et trancha, encore et encore, et faillit tuer son adversaire lorsque la lame de sa lance se glissa dans la visière de son casque, à quelques centimètres d'un oeil. Ren, avec un grognement, leva le bras et entraîna le casque dans la volée, laissant son opposant tête nue et en réel danger. Le chevalier Pontois eut, un bref instant, une lueur de désespoir dans les yeux, qu'il tenta de camoufler aussitôt pour la remplacer par une flamme de défi. Brave. Très brave, même ! Mais cela n'allait pas suffire. Dans un dernier assaut, son adversaire se rua vers lui avec un cri désespéré, brandissant son arme. Ren n'eût qu'à frapper le poing du concurrent d'un coup dévastateur de la hampe de sa lance pour le désarmer, puis asséna un coup de pied dans son bouclier pour l'envoyer valser sur le dos. Enfin, rapide comme l'éclair, le Capitaine s'élança pour braquer la lame de son arme contre la gorge de l'homme au sol. Un seul geste, et son cou serait transpercé. À contrecœur, le champion de Pontois jeta l'éponge et réclama la fin du combat.

Un bref moment de silence suivit l'abandon du chevalier, puis la foule explosa en un vacarme assourdissant d'acclamations et de vivats ! Ren ramena sa lance vers lui, se défit de son bouclier et, évidemment, se permit un nouveau tour d'arène. Le torse bombé, le sourire ravageur, il savourait sa victoire pleinement en oubliant sa blessure à l'épaule. La douleur importait peu, il avait gagné l'épreuve au corps à corps et avait montré à tous que les Cités Collégiales comptaient de valeureux combattants, et il avait montré à Dame Shara qu'il avait, après toutes ces années, l'étoffe d'un guerrier, un vrai de vrai.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
▲ DANS MA SACOCHE:
▲ CAPACITES:
▲ DISPONIBILITE RP:
Voir le profil de l'utilisateur http://thesongofravens.forumactif.org/t304-shara-morghun-she-s-brave-and-fearless http://thesongofravens.forumactif.org/t300-shara-l-armure-entre-
▲ MESSAGES : 134
▲ POINTS D'INFLUENCE : 291
▲ ÂGE : 42 ans
▲ RACE : Humaine
▲ STATUT SOCIAL : Noble
▲ LIEU : Gresse la plupart du temps, Orytte et parfois la Cour
▲ METIER OU OCCUPATION : Baronne
▲ ALLEGEANCE : La Couronne
▲ AVATAR & CREDITS : Lena Headey (Mina-Ligeia)
MessageRe: Le retour du héros 27/3/2018, 21:01
Le regard de la dame se posait un à un sur les participants, alors qu’on déclinait identités, et elle avait un hochement de tête appréciateur pour leur réputation. Cela faisait longtemps qu’elle assistait  aux tournois et le temps avait forgé des repères. Elle savait pour la plupart d’entre eux leurs forces et leurs faiblesses, la longue liste de victoires qu’ils avaient à leur actif, et leurs tempéraments.
Et puis on entendit un Ren Renard Loukos.
La trace d’étonnement qui entrava son visage fut indéfinissable, et ses yeux se posèrent sur l’homme en question, qui retirait son casque. Le monde entier autour d’eux venait de disparaitre. Ses pupilles étaient attachées aux siennes, et très vite décortiquèrent l’ensemble de son visage, essayant de retrouver, sans trop pourtant penser que c’était possible, les souvenirs d’une vieille rencontre. Et aussi surprenant cela fut-il, il fut possible de les apercevoir, car comme elle, il y avait encore des choses qui n’avaient pas changé. Le gamin arrogant mais vaillant s’était transformé en un saisissant guerrier. Son corps avait grandi, et ses traits avaient vieilli, et ils l’avaient réalisé de manière remarquable, du moins en jugeant à cette distance. Le protocole lui empêchait de sauter dans l’arêne, sans quoi elle aurait aisèment franchi la distance qui les séparait, et elle ne put que le contempler de sa place, et admirer ce qu’il était devenu. Lui qui était un gamin des rues, menteur qui sentait mauvais, avec juste un rêve. De toute évidence il était devenu réalité.
Le monde pouvait pulser autour d’elle, elle ne s’en préoccupait plus tellement, et elle gardait ses yeux rivés sur lui, oubliant presque de garder le visage sérieux qu’on voulait d’elle. Une expression de ravissement avait dégagé le regard neutre qu’elle arborait habituellement. Il lui envoya un baiser qu’elle reçut comme une dame, les yeux pétillants, l’amusement écrit sur son visage, tandis qu’elle attirait l’attention de son mari. Elle haussa les épaules, l’air de dire, ce n’est rien.
Il fut le premier à rentrer sur la piste, avec en plus, le représentant de la baronnie Morghun comme adversaire, de quoi laisser la grande dame des lieux dans un dilemne de loyauté. Elle n’était pas étrangère au représentant local, un ami de la famille, qu’elle tenait en estime. Mais la présence de Ren l’empêchait de miser pleinement sur la victoire du local.
Lui semblait être à l’aise malgré les huées du public, la plupart viennent de groupes particuliers, les moins en faveur de l’invitation du représentant de Lystern. D’ailleurs elle n’y avait pas pensé. Revinrent alors en mémoire la haine de Ren encore jeune garcon, envers l’Ordre qui lui avait fait du mal, et qui l’avait séparé de sa famille. L’espace d’un instant elle se demanda la raison de sa venue mais son esprit fut emporté par les pitreries qu’il exécutait pour amuser la galerie. Oh quel fripon !
Derrière son regard fermé de grande dame, elle ne perdait pas une miette de spectacle, espérant le voir rapidement en action. Elle ne fut pas déçue. Ren se défit rapidement de son adversaire dans une joute qui ne dura pas longtemps. Son adversaire n’était pas mauvais, mais il ne parvint pas à dominer un Renard survolté.
L’affrontement suivant fut plus difficile. La foule n’avait plus de favori, tant ils étaient de force égale, et tant ils avaient tout ce qu’ils étaient venus trouver. Les coups redoublés ne parvenaient pas à freiner aucun des participants. L’un d’entre eux fut porté par le chevalier qui s’opposait à Ren et il atteignit ce dernier à l’épaule. Shara relèva la tête. Ses yeux brillaient d’inquiétude pour celui qu’elle soutenait discrètement. De toute évidence les années n’avaient pas enlevé Ren de sa mémoire. Il était celui qui lui avait montré un quotidien moins lassant et qu’il l’avait sans aucun doute vue ainsi qu’elle voulait l’être. Le voir adulte n’enlevait rien à l’image qu’elle avait gardé de lui. Il était devenu fort, il avait acquis de la prestance, et puis il pouvait se mesurer aux meilleurs.
Un dernier mouvement mit son adversaire à terre, et elle le vit majestueux au dessus de lui, vainqueur emérite du tournoi.
Il fit le tour pour saluer la foule. Lorsqu’il parvint face à eux, elle et Rowan s’étaient levés, afin d’honorer à leur tour le nouveau champion. Le maitre des lieux semblait avoir apprécié le spectacle et il se fendit d’un discours rempli d’éloges, mettant l’accent sur la noblesse des guerriers. Shara elle faisait de grands efforts pour s’intéresser à tous, mais en réalité, ne pouvait détacher son regard de Ren. Il y avait de l’admiration dans ses yeux, et plus intérieurement, l’envie de le rejoindre, d’être seule avec lui.
Pour l’instant il était hors de question d’agir de la sorte, alors elle maintint sa position, se contentant de seconder son époux depuis sa place.
Les retrouvailles auraient lieu plus tard et elle avait déjà une idée de la facon dont procéder. Le soir même la famille Morghun offrait une réception où étaient attendus nombre de nobles, mais également de figures plus modestes, ainsi que les participants aux tournois. L’évènement se voulait sous l’étendard de l’art, ainsi que de l’amusement, et l’on avait organisé pour la soirée un bal masqué. L’on prévoyait de danser jusqu’à des heures tardives.
Shara pour cette occasion avait l’intention de se rapprocher de Ren, et espérait donc qu’il soit présent, et pour s’en assurer, envoya un messager le retrouver, à l’infirmerie où il avait été dépêché. En plus de s’assurer qu’on prenait soin de lui, elle voulait lui demander de venir, et lui envoyait un présent. Enveloppé dans un tissu de qualité, Ren trouverait un masque pour la soirée, un message qu’elle voulait être intelligible, et sinon l’individu qu’elle lui envoyait lui expliquerait de quoi il en retournait.
Ce fut l’un de ses gardes de son escorte personnelle qui fut envoyé. Ce dernier ne posa pas de questions. Loyal à la Dame, il s’acquitta de sa tâche sans protester.
Le soir même Shara se montrait enfin devant la foule au bras de son mari, avec qui elle dansa, avant de le laisser avec d’autres convives.
Et puis elle se perdit dans la foule, virevoltant entre tous, cherchant à trouver les yeux qu’elle désirait rencontrer.
Elle vit soudain le roux qui les encerclait, les oreilles pointues, le bout du museau noir, renard à l’affût qui la regardait également. Et s’en rapprochant elle se porta à sa hauteur. Joueuse, provocatrice, et à la fois mue par l’émotion, elle l’aborda sans toutefois le toucher, gardant les apparences.
- Ne serait-ce pas entre les gens un goupil revenu sur ses terres ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
▲ DANS MA SACOCHE:
▲ CAPACITES:
▲ DISPONIBILITE RP:
Voir le profil de l'utilisateur http://thesongofravens.forumactif.org/t316-ren-loukos http://thesongofravens.forumactif.org/t303-ren-loukos
▲ MESSAGES : 109
▲ POINTS D'INFLUENCE : 557
▲ ÂGE : 44
▲ RACE : Humain
▲ STATUT SOCIAL : Ne roule pas sur l'or, mais noble de par la fonction.
▲ LIEU : En route pour Parve, bloqué dans un tunnel !
▲ METIER OU OCCUPATION : Capitaine des lanciers de Viniel
▲ ALLEGEANCE : Le Culte des Douze
▲ AVATAR & CREDITS : Pedro Pascal
MessageRe: Le retour du héros 4/4/2018, 22:14



Lorsqu'il avait ôté son casque pour la regarder, après la révélation de son nom, la distance avait joué en sa défaveur et il lui avait été impossible de voir si les yeux de la baronette devenue grande avaient brillé autant que les siens lorsqu'ils sétaient reconnus. Gardant l'espoir de voir son regard de plus près dans les heures ou jours à venir, Ren conclut son glorieux tour de piste et lâcha un cri victorieux lorsque l'annonceur le proclama officiellement comme gagnant. Il resista au besoin de prendre quelques pas d'élan et de courir afin de sauter sur la tribune afin de la rejoindre et de lui présenter des salutations plus appropriées. Il ignorait bien sûr qu'elle aussi avait cette envie de sauter de l'estrade afin de le voir de plus près, enfin, après tout ce temps... Mais tout deux restèrent respectueux des convenances et de l'étiquette attendue lors de pareilles festivités, qui comptait des bien-nés comme spectateurs pouvant s'offusquer d'une effusion de joie liée à d'aussi émouvantes retrouvailles.

Après un dernier regard vers Shara la blonde, Shara la Belle, Ren se retourna et pris le chemin des tentes occupées par les soigneurs et médecins. Car, oui, la présence radieuse et ensoleillée de la baronne lui avait presque fait oublier qu'il était blessé à l'épaule ! Après s'être défait de son armure, il s'assit sur un brancard dont l'armature en bois et le cuir qui y était tendu en travers grincèrent sous son poids. Alors qu'un soigneur se penchait sur sa plaie et s'affairait à la nettoyer, un garde imposant et à l'armure particulièrement magnifique fit irruption. Tout dans ses atours laissait à penser qu'il occupait une position d'importance, et l'on pouvait se permettre de déduire qu'il faisait peut-être partie de quelque corps de garde prestigieux de la baronnie. Avec un bref "Pour vous, Messire.", il tendit au combattant victorieux une missive et un petit paquet, avant de reculer et de se tenir à quelques pas. Les instructions de la Baronne étaient claires : il fallait rester et répondre à toute question éventuelle de la part du destinataire du colis.

Le médecin entreprit de recoudre la plaie nettoyée. Tout à son affaire, il ne prêta aucune attention à la missive que Ren put lire en toute intimité. Il savait déjà qu'un bal allait être donné le soir même et que tous les honorables participants, dont il faisait partie, étaient conviés. Il ignorait par contre que les réjouissances allaient être costumées, et n'avait emporté avec lui aucun artifice afin de se grimer. Puisque la missive écrite par Shara le suggérait, il défit le paquet en tissu pour y révéler un masque de renard, dont les yeux plissés lui donnait l'air fripon et rusé. Voulant sans doute faire écho au passé, la prévenante et maligne Shara avait, sans le savoir, permis à Ren de ne pas se couvrir de ridicule en apparaissant au bal masqué sans l'être !
N'ayant aucune question supplémentaire, il congédia le glorieux garde et attendit que le docteur aie fini de le recoudre. Impétueux, il allait partir mais se fit rappeler à l'ordre : la suture seule n'était pas le dernier geste du soigneur, il fallait maintenant entourer la plaie de bandages traités afin qu'elle ne soit pas exposée aux bactéries. Puisqu'il le fallait bien, le lancier resta donc assis, mais ses jambes remuèrent un brin sous l'effet de l'impatience.

Une fois le traitement fini, il se rhabilla et fit quérir son écuyer afin qu'il l'aide à ramener son armure jusqu'à son campement. Il lui fallut encore patienter avant l'heure du bal, et il s'autorisa une petite visite dans les rues de Gresse. Il eut bien du mal à reconnaitre les rues qu'il avait parcourues il y a des années, mais, il ne les avait vues alors que trop vite : à l'aller, lorsqu'on l'amenait vers l'orphelinat, et au retour, lorsqu'il les parcourut en courant afin de fuir cette ville maudite. Pas étonnant qu'il ne connaisse Gresse que trop peu. Il voulut d'ailleurs tenter de retrouver ce satané orphelinat, mais l'omniprésence de l'Ordre se faisait sentir, et il crut voir, au détour des rues et dans les yeux de quelques dévots, comme une lueur mauvaise... Peut-être se laissait-il aller à la paranoïa, mais la possibilité qu'on le reconnaisse était bien réelle. Il était un Capitaine des Lanciers d'un culte méprisé, et il n'était pas exclu que certains zélotes gardent au goût du jour leurs connaissances des infidèles hauts placés. Et, bien qu'il lui soit permis de se trouver là, ce n'était pas forcément une raison pour se montrer imprudent et donner à ces cul-bénis tyrannique une raison de lui tomber dessus à bras raccourci.
Enfin, acheter un beignet n'était pas sacrilège, aussi dépensa-t-il quelques piecettes pour ce menu plaisir, qu'il dégusta à belles dents assis sur un muret et regardant des artistes de rues, habillés de couleurs vives et chamarrées, enchainer d'impressionnants numéros d'acrobaties et de jongleries.

L'heure du bal approcha, et avec elle l'excitation liée à l'ennivrante perspective d'enfin pouvoir se rapprocher de la vilaine petite baronnette devenue si grande. Ren revint à son campement et passa la tenue d'apparat qu'il avait initialement choisie pour le bal avant qu'il sache qu'il faille y venir masqué. Il retrouva le paquet que la Morghun lui avait fait parvenir et le défit à nouveau pour en sortir le masque de goupil. Il l'enfila et, se servant du reflet qu'il renvoyait dans son armure, s'assura qu'il n'était pas de guingois. Parfait !
Le lancier se mit en route, accompagné de l'autre championne et des dignitaires et diplomates des Cités Collégiales, et la petite troupe arriva bien vite aux portes du palais, où ils présentèrent la proclamation officielle du tournoi émise par la Baronnie quelques mois plus tôt, qui leur servait de laisser-passer. Bien vite, Ren se désolidarisa de ses compatriotes et se rapprocha du vaste buffet pour se saisir d'une coupe de vin et observer les convives. Comme ils étaient beaux, tous ces nobles dans leurs magnifiques atours en tissu précieux, toutes ces grandes Dames qui arboraient parures et bijoux d'or et de joyaux... Incorrigible, Ren se laissa aller au badinage et se permit de faire rougir, sous son masque de faisan, une délicieuse demoiselle lorsqu'il la complimenta et lui glissa quelques mots doux et un peu coquins à l'oreille.

La première danse eut lieu, et il était de tradition qu'elle soit menée par les prestigieux hôtes. Shara et son baron de mari dansèrent ensemble, dans une complicité apparente qui rassura Ren quant au bonheur de la baronne. Elle qui, petite, avait semblé si indignée à l'idée d'épouser un Noble plutôt par convenance que par amour... C'était absolument plaisant de la voir ainsi partager un moment de douceur avec son époux, quand bien d'autres nobles comme elle vivaient une vie sans passion aux côtés d'un homme qu'elles n'avaient jamais aimé, et n'aimeraient jamais.
La danse finie, Il vit sa comparse d'autrefois tourner la tête et poser ses yeux sur quelques convives. Elle semblait chercher quelqu'un, ce qui l'amusa, car il se doutait un peu qu'il était l'objet de ces oeillades inquisitrices ! Allons, il n'était plus l'heure de se cacher, il fallait se révéler, car ils avaient passé bien trop d'années sans se voir !

Il fit quelques pas, se tenant bien en vue et dépassant d'une tête les damoiselles caquetantes et diplomates besogneux à quelques pas de lui. Il se tint ainsi, stoïque et noble, faisant preuve d'autant de prestance qu'il le pouvait alors qu'il attendait-
Et voilà. Elle posa ses yeux sur lui. Oui, elle était masquée, mais sa stature, son port noble, et ses cheveux dorés qui ondulaient divinement, il aurait pu la reconnaître entre mille, tout comme elle aurait pu le reconnaître même s'il avait arboré un masque différent que celui qu'elle lui avait fait envoyer. Elle fit quelques pas vers lui, tout comme il en fit quelques uns vers elle, et ils se tinrent là, face à face, enfin proches. Ni lui, ni elle n'osèrent un geste, un toucher, qui aurait pu briser la douce harmonie qui s'était installée entre eux et leur donnait à nouveau l'impression d'être seuls au monde. Le haut de son visage était caché par un masque de biche à l'air mutin, mais il put enfin voir ses yeux de plus près. Le temps n'avait pas eu de prise sur eux, et ils avaient gardé un éclat magnifique teinté d'espieglerie enfantine encore à cet instant.

- "Ne serait-ce pas entre les gens un goupil revenu sur ses terres ?" Fit-elle, un sourire joueur étirant ses lèvres.
- "En effet, me revoici sur ces terres qui furent miennes, mais que j'ai quittées si jeune pour rejoindre celles d'une vilaine petite baronnette !"

C'est vrai, la situation était amusante... Il était né dans cette baronnie, avait parcouru la baronnie Svanjold, et voilà que maintenant, sa comparse habitait maintenant les terres des Morghun.

L'orchestre entona un nouveau morceau et, puisqu'elle était là sous ses yeux, avec quelques rides aux coins, et à portée de ses bras, devenus forts, alors autant en profiter, non ? Ils ne blesseraient personne et n'égratigneraient aucune étiquette en dansant un peu...
Il tendit sa main, dans laquelle elle glissa délicatement la sienne sans une once d'hésitation. Son autre main se posa sur la hanche de sa cavalière alors qu'elle même entourait gracieusement le cou de son renard. Doucement, ils commencèrent à valser.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageRe: Le retour du héros
Revenir en haut Aller en bas
Le retour du héros
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» retour de la droite dure en Suisse
» Jacques Bernard , un retour avec le plein pouvoir ou presque...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Song of Ravens-
Sauter vers: