C'est celui qui dit qui l'est ! [Shara Morghun]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: 
 :: Baronnie Svanjold :: Erskan
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar

Feuille de personnage
▲ DANS MA SACOCHE:
▲ CAPACITES:
▲ DISPONIBILITE RP:
Voir le profil de l'utilisateur http://thesongofravens.forumactif.org/t316-ren-loukos http://thesongofravens.forumactif.org/t303-ren-loukos
▲ MESSAGES : 65
▲ POINTS D'INFLUENCE : 206
▲ ÂGE : 44
▲ RACE : Humain
▲ STATUT SOCIAL : Ne roule pas sur l'or, mais noble de par la fonction.
▲ LIEU : En route pour Parve, bloqué dans un tunnel !
▲ METIER OU OCCUPATION : Capitaine des lanciers de Viniel
▲ ALLEGEANCE : Le Culte des Douze
▲ AVATAR & CREDITS : Pedro Pascal
MessageC'est celui qui dit qui l'est ! [Shara Morghun] 12/10/2017, 19:53


Yëveth, 366


La douceur du premier mois de Nym ne fit rien pour soulager le coeur meurtri du petit Ren Loukos. Âgé de neuf ans, il venait de fuir le grand Temple de Gresse, laissant derrière lui sa soeur plus jeune de quatre ans. La blessure était encore vive, et ne se refermerait sans doute jamais. Il repenserait à elle avec à chaque fois un mélange de culpabilité et de colère envers l'Ordre, envers lui-même pour avoir manqué de courage et avoir fui en la laissant derrière lui.

Il parcourut les rues , se cachant dans l'ombre ou derrière des caisses ou des tonneaux lorsqu'il voyait passer tout ce qui ressemblait de près ou de loin à un garde. Il connaissait peu Gresse, n'ayant vécu qu'à l'orphelinat dans l'enceinte du Temple. A ceci s'ajoutait un sens de l'orientation plutôt approximatif, ce qui rendit sa sortie de la ville plutôt ardue. Mais il ne se démonta pas et persévera, porté par l'envie de survivre, de sortir de cette fichue ville et de retrouver la liberté. Après plusieurs longues minutes de marche à travers le dédale des ruelles, il atteignit le mur d'enceinte de la ville. Camouflé derrière une pile de caisse, il aperçut la grande porte richement ornementée de magnifiques statues, signifiant aux voyageurs qu'ils pénétraient dans Gresse, ville de culture connue pour ses artistes, ses mécènes, et son grand festival des Valapiades. Seulement, Ren n'en avait rien à faire de toutes ces simagrées artistiques : pour lui, Gresse représentait l'enfermement, l'oppression de l'Ordre, et la honte d'avoir abandonné sa soeur. Il voulait courir loin, tourner le dos à ces statues prétentieuses qui siégeaient sur la porte de la ville.

Il aperçu un échafaudage contre le mur un peu plus loin, s'y faufila, et l'escalada, remerciant la masse de nuages qui passa à ce moment et voila le brillant de la lune, le rendant moins visible. il redescendit l'installation de l'autre côté et se cacha dans des buissons tout proches. Là, il prit quelques minutes pour se reposer et réflechir. Il dut bien admettre qu'il n'avait qu'une vague idée de ce qu'il avait à faire : s'échapper, c'était certain. Il avait déjà réussi le plus dur. Mais maintenant quoi ? Marcher vers où ? Retourner à Orytte, sa ville de naissance, peut-être ? ... Oui, mais pour y faire quoi ? Il n'y avait plus rien pour lui là-bas... Alors, autant aller dans la direction opposée ! Il prit donc la décision d'ignorer le sud et de prendre plutôt la direction du nord. Il sortit la tête des buissons et regarda aux alentours, se grattant le crâne.

Mais... c'était par où, le nord, en fait ??

Fatigué, et agacé de ne pas connaître les secrets des voyageurs et navigateurs qui savaient se repérer avec les étoiles, le petit Ren bouda un peu dans les fourrés pour finalement en sortir et se diriger vers les étables les plus proches. C'était une sorte de petit relais où les voyageurs pouvaient laisser leurs montures s'ils ne souhaitaient pas les emmener avec eux en ville. L'on pouvait également y boire un verre, manger un repas, et y prendre une chambre miteuse si on était trop radin pour les hôtels et auberges un peu plus cotées dans l'enceinte de Gresse. Le garçon ne pouvait pas se permettre d'y entrer comme un voyageur normal : on lui poserait trop de question, on chercherait à savoir où étaient ses parents... Ren préféra donc loger au relais gratuitement en rentrant dans les écuries et en s'engouffrant dans un tas de foin. L'adrénaline qu'il avait ressenti pendant la course commençait à redescendre, ne laissant derrière elle que la fatigue et la tristesse... A bout de force, il finit par s'endormir.

Il se réveilla au petit matin lorsque le cheval dans le box le plus proche menaça de lui manger les cheveux en même temps que le foin qu'il boulottait à pleine dent. Poussant un petit cri de panique, Ren sortit de la meule à une vitesse telle que le cheval gourmand rua et hennit, très surpris de voir un garçonnet jaillir de son "assiette". Ren gronda l'animal qui n'y entendait rien et sortit de l'étable en époussetant les brins de paille ses vêtements, vexé. Il vit une charrette stationnée non loin et courut vers son propriétaire, un paysan un peu rougeaud à l'air bravache. L'homme s'avéra aussi gentil qu'il en avait l'air et expliqua avec entrain à Ren qu'il se rendait au nord, à Erskan. Comble de l'amabilité, l'homme accepta lorsque le garçon lui demanda s'il pouvait l'accompagner, quelle aubaine ! Le paysan fit un geste vers l'arrière de sa charrette, demandant au petit garçon de ne pas être trop regardant sur l'odeur. Ren ne comprit pas tout de suite ce qu'il voulait dire, mais tout fut clair lorsqu'il se hissa dans le véhicule. Il n'allait pas voyager seul : à l'arrière se trouvaient déjà trois énormes cochons ! Intimidé, Ren ne tentât pas de les repousser lorsqu'ils le reniflèrent de leurs groins luisants, curieux de ce nouveau passager. Faisant contre mauvaise fortune bon coeur, il se tint dans un coin et ne fit rien qui aurait pu offenser les placides porcins.

Le voyage prit quatre longs jours mais se passa sans encombre. Le paysan partagea généreusement son repas avec son passager, tentant d'en savoir plus sur lui, mais le jeune garçon éluda les questions. Ren finit par s'accommoder de l'odeur des cochons, qui de toutes façons n'était pas si entêtante. Après tout, ils voyageaient à ciel ouvert et le fumet était souvent dispersé par le vent. Le sans-gêne de ses compagnons de route était parfois un peu agaçant, tant ils prenaient de la place et écrasaient parfois le pauvre garçon contre les bords de la charrette lorsqu'ils gigotaient trop. Un des porcs fit preuve d'une rudesse insensée lorsqu'il essaya de boulotter la chaussure de Ren, qu'il ne trouva finalement pas à son goût et finit par recracher avant de se retourner en grognant et en présentant son derrière à la queue tirebouchonnée au garçonnet, qui eut une mine de dégoût et décocha un timide coup de pied à l'animal.

Une fois arrivé à Erskan, Ren remercia l'aimable paysan, fit au revoir de la main aux cochons, et se tourna pour faire face à Erskan, la cité fleurie. La vue donna du baume au coeur au jeune aventurier : la ville semblait accueillante, et les nombreuses fleurs qu'on voyait ça et là offraient un véritable feu d'artifice végétal. Il arpenta quelques rues, levant le nez, curieux de tout, découvrant un environnement nouveau où tout semblait tranquille. Mais là encore pointa le nez de l'Ordre et Ren vit ici et là quelques inquisiteurs, ce qui ranima sa colère. Décidément, ils étaient vraiment partout ! Non, il ne resterait pas à Erskan non plus, il fallait partir encore plus au nord ! Il continua d'explorer un peu la ville, restant sur ses gardes. Au travers de la vitrine d'une librairie, il put voir une carte de la cité, qu'il essaya tant bien que mal de mémoriser. Au nord-ouest se trouvaient les jardins du château des Svanjold et la forêt domaniale et, un peu plus loin, une petite coopérative agricole qui s'occupait de l'entretien des champs avoisinant et de la forêt. Très bien, c'est là qu'il irait, et il essayerait de convaincre un autre charretier de l'emmener encore plus loin, en espérant que cette fois-ci le véhicule serait plein de foin ou de légumes, et non pas de cochons !

Malheureusement, Ren se perdit à nouveau et gâcha un temps précieux à essayer tant bien que mal de se rendre aux abords de la résidence du Baron. Son calvaire prit fin lorsqu'il put enfin voir les hauts murs d'enceinte qui séparait la rue des jardins du palais. Ils les longea, pour finalement passer sous une arche et entrer dans la grande forêt domaniale qui semblait ouverte aux visiteurs. Il s'offrit un maigre déjeuner composé de baies qu'il récolta sur quelques buisson, espérant qu'aucun animal sauvage n'aie pissé sur les petits fruits et que, si jamais c'était le cas, l'urine de renard ne s'avérerait pas être un vecteur d'une maladie fulgurante qui lui ferait tomber les dents ou lui ferait pousser des boutons purulents. Vraiment, il y avait mieux à penser qu'une mort étrange par pipi d'animal ! Il secoua la tête, chassant ces pensées qui n'aidaient pas. Il se redressa, bomba le torse, marchant comme un guerrier en essayant de se redonner du courage. Il était un rebelle en fuite, un vrai aventurier, il allait marcher et venir à bout de cette forêt ! Il allait en sortir, rejoindre une route, et voyager comme un homme, un vrai !! Il allait devenir super musclé, le plus fort des plus fort, et il reviendrait à Gresse pour détruire l'Inquisition, retrouver sa soeur, et libérer le peuple du joug de l'Ordre !!!

Voulant renforcer son attitude guerrière, il attrapa une branche d'arbre au sol et l'agita devant lui comme une épée alors qu'il marchait au pas de l'oie, frappant des branchages et des troncs au passage, ponctuant quelques coup par un "Yah !" de barbare Ouestrien. Il porta finalement un coup d'estoc dans un buisson et fut surpris d'entendre cette fois un "Aïe !" en réponse à son "Yaha !!"
Il laissa tomber son bâton et écarta les branches du buisson. Une petite fille toute blonde, qui devait être à peine plus jeune que lui, était cachée parmi les feuillages et le dévisageait d'un air absolument furieux en se frottant la hanche, que le jeune Ren devait avoir touchée de son arme improvisée.

- "... Ben mince alors ! Ca va ?" Demanda-t-il à la pauvre gamine.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
▲ DANS MA SACOCHE:
▲ CAPACITES:
▲ DISPONIBILITE RP:
Voir le profil de l'utilisateur http://thesongofravens.forumactif.org/t304-shara-morghun-she-s-brave-and-fearless http://thesongofravens.forumactif.org/t300-shara-l-armure-entre-
▲ MESSAGES : 121
▲ POINTS D'INFLUENCE : 193
▲ ÂGE : 42 ans
▲ RACE : Humaine
▲ STATUT SOCIAL : Noble
▲ LIEU : Gresse la plupart du temps, Orytte et parfois la Cour
▲ METIER OU OCCUPATION : Baronne
▲ ALLEGEANCE : La Couronne
▲ AVATAR & CREDITS : Lena Headey (Mina-Ligeia)
MessageRe: C'est celui qui dit qui l'est ! [Shara Morghun] 13/10/2017, 00:57

Punie encore une fois! Alors que dehors le soleil brillait haut et fort. Alors qu’à l’extérieur des murs, on pouvait respirer l’air frais et s’amuser. Du mauvais côté de la fenêtre, dans la salle de repos des dames, il y avait une petite fille blonde qui enrageait, et qui dans son ennui, pincait furieusement les cordes d’une harpe qu’elle tenait juste devant elle. La mélodie stridente attisée par l’hostilité dissimulée à grand peine de la petite, devenait insupportable entre ses doigts maladroits, et cela faisait grincer des dents son professeur de musique.
Dans une satisfaction méchante, la gamine accentuait son effet sur la corde tendue dans l’espoir que l’homme renonce. Ce qui ne marchait pas tellement. Frustrée, lassée, fatiguée et le bout de ses petits doigts douloureux, elle finit par rendre la première les armes. Sur son visage, une expression plus que dépitée. De toute évidence, elle ne pourrait pas s’en aller avant la fin de la lecon, et cela la fit soupirer plus que de raison.
Shara Svanjold n’avait pas envie de se trouver ici et elle le faisait savoir. De quoi s’attirer des regards blasés de son professeur. D’autres plus courroucés de sa petite sœur, qui se tenait près d’elle dans une attitude tellement sage que la jeune demoiselle aurait pu affirmer qu’elle s’était transformée en statue. Ca la faisait rager de la voir ainsi. Elle qui peinait à se tenir tranquille, elle qui n’en pouvait plus d’être assise. Elle ne supportait plus cette punition, infligée parce qu’elle avait voulu s’échapper de la maison, et qu’elle s’était faite prendre. Ce n’était pas la première fois, et elle s’en voulait d’avoir refait les mêmes erreurs, et d’être plus faible que tous ces adultes. La punition donnée, une lecon de musique, pouvait sembler ridicule, mais il n’avait pas fallu longtemps à ses parents pour découvrir que les punitions classiques ne marchaient pas avec elle. Et qu’au contraire, l’obligation de participer à des activités dites de filles se révelait être terrible pour la demoiselle.
Celle qu’on surnommait le canard noir avait besoin de liberté, et étouffait dans cette ambiance. Le point de croix et la musique n’étaient pas pour elle. Elle préférait les espaces ouverts aux salles de sa maison, l’odeur de l’écurie, le bruit des épées qui s’entrechoquaient, et celui des sabots des chevaux sur le sol. Elle voulait suivre son frère et non rester avec sa sœur.
Du haut de ses sept ans, elle trouvait le temps bien long chez elle.
Alors la punition à peine levée, elle courut dehors pour refaire des bêtises, avec la ferme intention de recommencer à braver l’interdit dès le soir tombé. Le repas fut le seul moment où elle retrouva les siens, le regard austère de ses parents qui ne voyaient pas dans le regard de leur fille ce qu’ils attendaient, son frère qui ne semblait pas la soutenir, et encore sa sœur qui ne faisait que lui rappeler oh combien elle n’était pas une bonne enfant.
Envoyée dans sa chambre, elle fit mime de se mettre au lit, mais garda ses vêtements. Rien de tel que des robes et autres vêtements encombrants juste faits pour les filles, elle avait revêtu une tenue plus garconne. En vérité elle ressemblait à un garcon d’écurie, et seule sa chevelure blonde rappelait son origine de fille de bonne famille. Puis lorsque le silence se fit sur la maison des Svanjold, elle se glissa doucement hors du lit, et enfila une cape, ainsi prête à s'aventurer dehors. Elle sortit ensuite de la chambre et se faufila dans les couloirs, évitant à dessein les postes des gardes. A pas de loups, légère, rusée, la gamine fila au nez et à la barbe de tout le monde, et s’échappa direction la forêt, le repaire complice de ses escapades. Les arbres étaient ses amis, leurs branches et leurs feuilles la protégeaient du regard des adultes, et elle pouvait courir entre eux, vers de nouvelles aventures.
Cette fois-ci l’escapade dura peu.
Le bruit de quelqu’un sur sa route la fit stopper soudain et elle plongea dans un fourré épais, persuadée que la personne en question était à sa recherche.
Elle y resta un moment sans presque respirer, pour éviter de faire le moindre bruit, tandis que la personne se rapprochait.
Silence…
« AIE. »
Quelque chose venait de la frapper sans crier gare et l’avait atteint à la hanche, tandis que ses yeux écarquillés devinaient la silhouette d’un enfant à travers le feuillage. Elle en sortit aussitôt, piquée au vif et la hanche douloureuse, mais trop fière pour pleurer, elle se contenta de montrer une expression furieuse.
« A ton avis idiot ! »
Elle était plus petite que lui, mais visiblement plus teigneuse, et elle se porta vite à sa hauteur. Le défiant du regard, elle le détailla en même temps. Il était jeune, sans doute plus ou moins son âge, et il était habillé de bien mauvaise facon. De toute évidence un vagabond qui n’avait pas pris de bain depuis longtemps, aussi sale que malodorant. Quelle horrible odeur d’ailleurs ! S’était-il roulé dans une porcherie ? Cela ne l’empêcha pas de poser ses mains sur lui pour mieux le pousser, avec une force plutôt inespérée pour une fillette de sept ans, décuplée par la colère. Comment avait-il osé, lui le péquenaud aux effluves fétides, la frapper elle, fille des barons Svanjold ?
Puis elle se rappela qu’elle n’était pas chez elle, ou du moins pas dans la sécurité de sa grande maison, et qu’elle était habillée comme un garcon, et non comme une demoiselle. Qu’elle n’était pas censée être là. Mais le garcon en face d’elle ne semblait pas particulièrement menacant, et elle était armée. Elle saurait se défendre.
Indécise quant à la suite, elle fit un pas en arrière.
Elle ne voulait pas annoncer tout de suite qui elle était, ni lancer des hostilités qui pouvaient lui retomber dessus. Alors elle se contenta de garder son air irrité, avant de finalement hausser les épaules.
« Qu’est-ce que ca peut te faire en plus ? »
L’égo gonflé à bloc d’une gamine qui ne supportait plus qu’on la traite comme une demoiselle fragile.
« Comment est-ce que tu t’appelles ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
▲ DANS MA SACOCHE:
▲ CAPACITES:
▲ DISPONIBILITE RP:
Voir le profil de l'utilisateur http://thesongofravens.forumactif.org/t316-ren-loukos http://thesongofravens.forumactif.org/t303-ren-loukos
▲ MESSAGES : 65
▲ POINTS D'INFLUENCE : 206
▲ ÂGE : 44
▲ RACE : Humain
▲ STATUT SOCIAL : Ne roule pas sur l'or, mais noble de par la fonction.
▲ LIEU : En route pour Parve, bloqué dans un tunnel !
▲ METIER OU OCCUPATION : Capitaine des lanciers de Viniel
▲ ALLEGEANCE : Le Culte des Douze
▲ AVATAR & CREDITS : Pedro Pascal
MessageRe: C'est celui qui dit qui l'est ! [Shara Morghun] 13/10/2017, 16:46


Une petite furie à tête blonde s'était extirpée des buissons. Elle était tout bonnement adorable, mais Ren en était encore à l'âge où il considérait les filles comme des enquiquineuses pleines de morve et qui passait leur temps à pleurer ou à calligraphier des coeurs et des fleurs. Si seulement il avait su que, quelques années plus tard, il serait de ceux qui ploient devant le sourire désarmant d'une demoiselle, de ceux qui affronteraient dix hommes pour les faveurs d'une Dame ! Oui, si on avait dit maintenant au petit Ren qu'il se damnerait plus tard pour la gent féminine, pour sûr, il aurait vomi ! Beurk, les filles...

En plus, celle là était bizarrement fagotée : elle avait une peau parfaite, des cheveux bien propres et bien coiffés, aucune trace de saleté et elle sentait même les fleurs d'Erskan. Elle n'avait pourtant pas l'allure qu'avaient les petites demoiselles proprettes, et arborait plutôt des vêtements de garçon qui lui donnaient des airs de commis de cuisine. Plus petite que lui, elle essayait pourtant d'enfler comme un crapaud buffle pour imposer sa présence et montrer à son agresseur au bâton qu'elle ne le craignait pas. En tant que fils de tanneur, Ren fut souvent amené à voir ses parents discuter toujours cordialement avec divers clients et acheteurs. Chez les Loukos, on apprenait tôt la politesse, car elle ouvrait des portes quand la rudesse en fermait. Interloqué mais souhaitant se montrer poli et respectueux, Ren voulut répondre une excuse mais en eut à peine le temps : elle le poussa juste après l'avoir traité d'idiot ! Le garçon ne s'y attendait pas et, surpris par la bourrade soudaine et par la force inattendue du petit bout de fille, fit quelque pas en arrière et faillit trébucher pour aterrir sur les fesses. Heureusement pour son honneur d' "homme", il s'aida de son bâton pour ne pas perdre l'équilibre.
En voilà des manières ! Tiens, elle pouvait se brosser pour qu'il s'excuse, maintenant !

Ce fut à son tour de se redresser et de bomber le torse, entrant dans la parade de défi que la gamine avait commencée. Elle recula d'un pas, semblant se calmer malgré l'air agacé qu'elle garda tout en lui demandant :
- "Qu’est-ce que ca peut te faire en plus ?
- Ben rien, du coup, je m'en fiche !" Répondit Ren, insolent et ne sachant pas qu'il s'adressait à une noble. La fille ne se démonta pas et continua son interrogatoire, comme si Ren se trouvait sur ses terres... Ce qui etait le cas, en plus !

- "Comment est-ce que tu t’appelles ?
- Ren !" Répondit-il fièrement avant de se dégonfler un peu. Son esprit de petit aventurier le rappela à l'ordre, dramatisant la situation alors que ce n'était pas nécessaire. Idiot ! Triple buse ! Il était en fuite, il fallait donner un faux nom, tous les grands voyageurs gardait l'anonymat lorsque leur vie était menacée !
"... Ard ! Renard ! J'suis un aventurier solitaire super fort ! Et toi, comment tu t'appelles, d'abord ?" Ajouta-t-il après une seconde de réflexion. Il se félicita intérieurement d'avoir si bien rattrapé le coup. Son nez se plissa un peu. Afin de bien gonfler le torse, il prenait de grandes inspirations par les narines depuis quelques secondes, et cela lui rappela durement qu'il sentait comme un troupeau de cochon. Oui, il n'était pas beau a voir non plus, avec ses vêtements crasseux, ses genoux pleins de plaies et de croûtes, sa chaussure mâchonnée et ses cheveux en bataille ! Mais qu'importe, il s'en fichait. Il était un fugitif, et il n'allait pas se laisser impressionner par une fillette en pantalon ! Ça non !


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
▲ DANS MA SACOCHE:
▲ CAPACITES:
▲ DISPONIBILITE RP:
Voir le profil de l'utilisateur http://thesongofravens.forumactif.org/t304-shara-morghun-she-s-brave-and-fearless http://thesongofravens.forumactif.org/t300-shara-l-armure-entre-
▲ MESSAGES : 121
▲ POINTS D'INFLUENCE : 193
▲ ÂGE : 42 ans
▲ RACE : Humaine
▲ STATUT SOCIAL : Noble
▲ LIEU : Gresse la plupart du temps, Orytte et parfois la Cour
▲ METIER OU OCCUPATION : Baronne
▲ ALLEGEANCE : La Couronne
▲ AVATAR & CREDITS : Lena Headey (Mina-Ligeia)
MessageRe: C'est celui qui dit qui l'est ! [Shara Morghun] 14/10/2017, 13:24

Mais quel mufle ce garçon ! Sa façon de lui répondre l’avait laissée interloquée un  bref instant. D’où sortait cette insolence ? On ne lui avait jamais parlé ainsi, elle qui était de sang noble. Même les domestiques chargés de la gronder le faisaient de façon courtoise. Alors elle écarquilla les yeux, presque vexée à son tour, avant que la réalité ne la rattrape, ou du moins qu’elle ne commence à se rendre compte d’une chose qui irait en s’affirmant avec le temps :
La réaction du garçon avait quelque chose de rafraîchissant.
Elle qui ne voulait pas être considérée comme une demoiselle, et qui ne voulait surtout pas être une fleur délicate que l’on entourait de trop gentilles attentions, se délectait soudain de cette discussion. Elle avait déjà entendu les gardes de la maison, alors qu’ils pensaient être seuls, parler leur langage grossier, et de rares fois les hommes dans les tavernes,  quand elle avait réussi à s’échapper, ou bien encore dans les rues d’Erksan. Fascinée par les rudes paroles, la petite s’était sentie transportée dans un nouveau monde, bien loin du sien, tellement rythmé par le protocole et les bonnes manières.
A cela s’ajoutait qu’elle n’avait pas vraiment fréquenté de gamins de son âge, à l’exception de son frère et de sa sœur. L’un la fuyait, l’autre lui était inintéressante. Le reste du temps, il n’y avait que des adultes autour d’elle, des grandes personnes qui lui disaient quoi faire, comment parler, et comment se comporter. Alors ce garçon lui offrait une possibilité qu’elle n’avait jamais eue : être à son tour une enfant normale.
Elle ne s’en priva pas, trouvant dans cet échange un jeu qui lui plaisait. De façon inconsciente, elle s’y jeta sans retenue, avec toute l’impulsivité et la naïveté des gamins. Il venait de dire qu’il était un aventurier très fort, et si c’était très dur à croire en le voyant, elle ne put s’empêcher d’être soudain très intéressée par ce qu’il venait de dire. Un aventurier vraiment ?
Elle posa les mains sur ses hanches et le regarda d’un air dubitatif.
« Renard ? Mais….ce n’est pas un nom ! »
Peut-être pas si naïve que cela après tout, même si elle ne savait pas très bien ce qu’elle devait en déduire. C’était un nom étrange. Les renards étaient des animaux, elle le savait très bien, en aucun cas ce n’était des petits garçons ! Tâtonnante mais intriguée, elle était partagée entre l’envie de lui rire au nez et celle d’en savoir plus, elle le toisa d’un air méfiant, mais néanmoins curieux.
« Tu es un menteur », l’accusa-t-elle pour le provoquer. « Les aventuriers sont grands, et pas toi. Tu n’es pas fort. Et en plus tu n’as même pas de cheval ! »
Tous les aventuriers étaient sur de valeureux chevaux qui leur obéissaient au doigt et à l’oeil, c’était bien connu ! Elle l’avait entendu dans tous les récits des adultes. Ils avaient besoin de leur monture pour galoper plus vite et pour faire face au danger. Ce garçon lui racontait des salades.
« Je m’appelle Shara et moi j’en ai un de cheval ! »
Elle avait dit ça, la voix haute et forte, fière comme un paon. Voilà de quoi couper la chiche à ce dadais tiens ! Elle ne voulait pas être méchante, elle voulait monter qu’elle aussi valait. En plus ce n’était qu’une demi-vérité. Elle montait bien un cheval, mais celui qu’on lui donnait était un palefroi très tranquille. Une excellente bête au demeurant mais rien qui ne puisse trouver sa place dans un récit d’aventures. Mais tout cela, Renard n’était pas obligé de le savoir.
Elle réalisa alors qu’elle venait de donner son nom. Une erreur sans doute. Elle plissa les lèvres dans une moue ennuyée, et espéra qu’il ne le remarque pas.
Elle le toisait encore, et malgré ses mots, n’était pas totalement convaincue qu’il lui avait menti. Après tout il était seul et il pouvait se promener visiblement sans que personne ne l’oblige à faire le contraire. Et s’il était sale parce qu’il revenait d’une aventure ? Bien décidée à en savoir plus, elle le fixa d’un œil défiant. Parole de guerrière en devenir – elle ne voulait rien faire d’autre -, elle allait découvrir qui il était.
« Si tu es un aventurier alors prouve-le ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
▲ DANS MA SACOCHE:
▲ CAPACITES:
▲ DISPONIBILITE RP:
Voir le profil de l'utilisateur http://thesongofravens.forumactif.org/t316-ren-loukos http://thesongofravens.forumactif.org/t303-ren-loukos
▲ MESSAGES : 65
▲ POINTS D'INFLUENCE : 206
▲ ÂGE : 44
▲ RACE : Humain
▲ STATUT SOCIAL : Ne roule pas sur l'or, mais noble de par la fonction.
▲ LIEU : En route pour Parve, bloqué dans un tunnel !
▲ METIER OU OCCUPATION : Capitaine des lanciers de Viniel
▲ ALLEGEANCE : Le Culte des Douze
▲ AVATAR & CREDITS : Pedro Pascal
MessageRe: C'est celui qui dit qui l'est ! [Shara Morghun] 16/10/2017, 22:53


"Renard ? Mais….ce n’est pas un nom !" Avait-elle répondu, interloquée.
"Ben non, patate, c'est un seumonyme !" Enchaina Ren, pour qui la prononciation correcte de "pseudonyme" n'était pas encore acquise. "C'est parce que je suis le plus malin. Et je dois pas donner mon vrai nom, parce que je suis recherché !"
Rien que de le dire, ça en jetait ! Il eut un frisson d'excitation et ne put s'empêcher d'afficher un sourire fier. Cet échange l'aidait à voir les choses sous un angle nouveau. Depuis sa fuite, il avait été si seul, sans personne à qui parler. Et maintenant qu'il pouvait échanger avec quelqu'un, d'à peu près son age de surcroît, et qui ne représentait pas une menace, ça lui faisait du bien de pouvoir peindre une version romancée de lui. Il n'était plus un petit orphelin lâche qui avait fui en laissant sa soeur. Il était un héros en devenir qui bravait le danger, avec une religion puissante à ses trousses, et qui aurait un jour sa vengeance.
Il avait remarqué que la fillette parlait mieux que lui, plus posément, en articulant clairement quand lui abreviait et mâchait un peu ses mots. Cela lui parut un peu étrange qu'une petite garçonne habillée comme un commis de boucher ait un tel parler... Peut-être bien que les commerçant d'Erskan mettait un point d'honneur à donner des cours de diction à leurs enfants ?

La répartie de la gamine fusa : elle le traita de menteur, ce qui vexa Ren même si c'était vrai ! Elle souligna ensuite très justement l'absence de cheval de l'aventurier qui n'en n'était pas un. Touché ! Elle marquait un point. Lui aussi avait été élevé aux contes et aux belles histoires racontées par sa mère, et les aventuriers avaient bien souvent des chevaux, c'était logique... Il se creusa la tête, les rouages de son cerveau se mettant en branle pour essayer de trouver une excuse plausible.
"J'ai... J'ai donné mon cheval à une famille de paysans dans le besoin ! Voilà ! J'ai des bons pieds, de toutes manières, je m'en fiche bien de pas avoir de canasson. Alors, comment tu t'appelles ?" Redemanda-t-il, tentant de dévier la conversation.
"Je m’appelle Shara et moi j’en ai un de cheval !" Lui répondit-elle, levant le nez et parlant fort. Ouh, comme elle était fierotte ! Et comme c'était agaçant, tant de prétention qui émanait d'un si petit bout ! Mais cela renforça les légers soupçons de Ren : comment cela se faisait-il qu'elle avait un cheval ? Il y avait quelque chose de pas net... Et si, tout comme lui se faisait passer pour plus noble qu'il était, elle-même se faisait passer pour plus roturière qu'elle était ? Mais pourquoi ?
Ah, peu importait : par une phrase le mettant au défi, elle venait de mettre son honneur en jeu ! Un peu, qu'il allait prouver qu'il était un brave, vrai de vrai !
"Ouais ? Ben, tu vas voir ! On va partir à l'aventure, Shara, ici et maintenant !" Claironna-t-il, accompagnant ses mots par de grands gestes. "On va explorer la forêt, chercher un trésor, faire un feu de camp, et chasser une bête dangereuse, et tu verras bien que je suis vraiment fort et courageux ! Là !"

Sans plus de cérémonie, il eut un réflexe qu'il avait souvent eu avec sa soeur lorsqu'il voulait qu'elle la suive : il prit la main de Shara et l'entraîna dans son sillage d'un pas décidé. Se rendant compte de son geste quelques secondes après, il lâcha la main de sa nouvelle comparse d'aventure et fit une moue de dégoût. Il serra les poings et reprit le pas, sans se départir de sa marche quasi militaire. Il n'avait absolument aucune idée de ce qu'il faisait, mais il avait quelque chose à prouver. Il fallait donc trouver un trésor dans cette forêt, et combattre un danger quel qu'il soit... Bah, peu importe, il improviserait ! Bravant l'obscurité, il s'enfonça un peu plus dans la forêt, essayant de prouver à Shara qu'il n'avait peur de rien et qu'il était le plus débrouillard. Se servant de ses maigres connaissances sur le sujet, il étala sa science tout en essayant de paraître sûr de lui :
"Déjà, pour chercher un trésor, il nous faudrait une carte, mais on en a pas. Donc à la place, il faut regarder la terre : si elle a l'air bizarre et fraîche et tout, ça veut dire qu'un bonhomme a creusé y a pas longtemps, et que p't'être qu'il a enterré un coffre plein de pièce !" Il joignit le geste à la parole et ses yeux scrutèrent la terre alors qu'il marchait. Après quelques pas, il finit par s'exclamer : "Tiens ! Là ! Regarde !"
Il trotta vers quelques mottes de terres qui semblaient avoir été retournées. il s'agenouilla et commença à creuser à l'aide de ses mains avant de s'arrêter net et de pousser un juron. Oui, la terre avait bien subi quelques retournements, mais il devina que le coupable était sans doute un sanglier qui avait dû fourrager à la recherche de racines ou d'insectes. La preuve était là et parlait d'elle même : il avait mis la main dans une crotte de sanglier ! Comme s'il ne sentait déjà pas comme un cochon, il fallait ajouter à ça l'odeur de leur cousin plus sauvage !
"Oui, bon ! Euh !" Bredouilla-t-il, rougissant un peu sous le coup de la honte. Ah vraiment, quel héros il faisait, à vouloir déterrer des trésors pour finalement farfouiller dans les déjections. "C'était un exemple. Mais être aventurier, c'est aussi ça : prendre des risques et pas avoir peur de se salir." Ajouta le garçon, sibyllin, prenant une voix de professeur et essayant d'avoir l'air d'un sage qui connaissait tout la vie.

Il s'agenouilla près d'une flaque d'eau un peu croupie et lava sa paluche souillée. Mine de rien, il se débrouillait avec les moyens du bord et faisait contre mauvaise fortune bon coeur : lorsqu'il se releva, son sourire fier et conquérant était revenu, et il se mit à marcher à nouveau. Puisque la chasse au trésor avait échoué (pour le moment), peut-être que la traque au monstre s'avèrerait plus fructueuse ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
▲ DANS MA SACOCHE:
▲ CAPACITES:
▲ DISPONIBILITE RP:
Voir le profil de l'utilisateur http://thesongofravens.forumactif.org/t304-shara-morghun-she-s-brave-and-fearless http://thesongofravens.forumactif.org/t300-shara-l-armure-entre-
▲ MESSAGES : 121
▲ POINTS D'INFLUENCE : 193
▲ ÂGE : 42 ans
▲ RACE : Humaine
▲ STATUT SOCIAL : Noble
▲ LIEU : Gresse la plupart du temps, Orytte et parfois la Cour
▲ METIER OU OCCUPATION : Baronne
▲ ALLEGEANCE : La Couronne
▲ AVATAR & CREDITS : Lena Headey (Mina-Ligeia)
MessageRe: C'est celui qui dit qui l'est ! [Shara Morghun] 18/10/2017, 13:38
De mieux en mieux! Il n’était finalement pas que le plus grand et le plus fort, il était maintenant le plus malin. Le nom de Renard n’était qu’un faux. Il voulait dissimuler son identité. Mais que fuyait-il? A ce stade-là, Shara était bien trop jeune pour trouver ne serait-ce qu’une piste raisonnable sur ce qui pouvait l’avoir amené à s’échapper. Elle avait vécu dans un monde à part, où tout le monde s’arrangeait pour l’éloigner de tout, alors forcément tout ce qu’avait vécu le garçon, elle ne pouvait même pas imaginer. De plus elle était trop accaparée par son envie d’en savoir plus sur cette identité. Son argument à propos du cheval fit mouche, mais l’explication qu’il lui fournit semblait tenir la route. Pour autant elle n’était pas encore convaincue.
Il lui fallait des preuves, et quoi de mieux que se lancer dans l’aventure?
Le garcon s’enflamma, et lui prit la main, pour mieux la lâcher l’instant d’après, dans une grimâce de dégoût. Elle s’était de son côté crispée à son contact, n’ayant pas l’habitude de toucher les gens, encore moins ceux de son âge. On lui avait bien parlé des garcons, mais pour l’instant il lui était interdit de les approcher. D’abord parce qu’elle était une fille et que forcément il lui fallait faire des choses de fille, et que ca n’incluyait pas les garcons. Ensuite parce qu’elle avait entendu qu’elle s’y intéresserait plus tard, quand elle se marierait, et qu’en attendant les garcons il fallait les considérer comme des crapaux baveux. Finalement parce que son frère lui suffisait comme ami, bien qu’il ne soit pas suffisamment proche qu’elle aurait souhaité.
En résumé donc, ils lui étaient inconnus.
Elle le suivit néanmoins, restant dans son sillage alors qu’il parlait à tord et à travers de techniques d’aventurier, et Shara faisait de son mieux pour rester à sa hauteur, une entreprise délicate quand on avait de petites jambes. Il était trop rapide pour elle! Quand il s’arrêta enfin, la petite fille se porta à sa hauteur le vit se pencher vers un tas de….Mais qu’est-ce qu’il faisait ?
« - Eurk trop dégoûtant!
- Oui, bon ! Euh !
- Tu veux qu’on fouille les excrèments des animaux pour trouver un trésor? » Demanda la jeune fille avec un air incrédule.
- C'était un exemple. Mais être aventurier, c'est aussi ça : prendre des risques et pas avoir peur de se salir. »
Le gamin se rattrapa comme il put, alors que la petite le regardait d’un air vraiment dubitatif. Jusqu’à présent l’aventure n’avait rien eu de très excitant ! Alors elle posa un regard interrogatif sur lui.
« On va où maintenant? »
Malgré tout elle n’avait pas envie de rentrer, puisque de toute évidence cette aventure, toute idiote qu’elle soit, était l’une des plus intéressantes qu’elle avait vécues jusqu’à présent. La nuit était pour eux! Et comme le petit garçon ne savait plus trop quelle direction prendre, elle se décida à mener à son tour la direction des évènements. Après tout elle était la mieux placée pour se trouver son chemin, elle qui s’était déjà déplacée dans ces bois. Elle n’était certes pas une experte mais c’était déjà mieux que le pauvre Renard qui ne semblait pas vraiment savoir où il allait.
« Alors allons par là je connais un endroit! »
Elle prit la route en tête, fière et à un pas énergique, et elle mena Renard dans les chemins. Quittant les bois, ils finirent par rejoindre un champ dégagé, avec au loin une ferme qui se détachait dans la nuit. De toute évidence, vu le manque de lumières, les habitants y étaient endormis. Ils traversèrent le champ en courant, puis ralentirent aux abords de la ferme. Intimant le silence au garçon, la petite fille lui montra la barrière puis se coucha sur le sol entre les grandes herbes, à ses côtés.
« Là-bas derrière la barrière y’a un monstre. »
L’animal en question était en réalité un très gros chien, qui dans l’imagination d’une petite fille, devenait un dragon des cavernes. Une grosse bestiole avec des dents affutées. La bête ne supportait pas que l’on approche, encore moins que l’on entre dans l’espace qu’il gardait. Le grand jeu des gamins du coin était de braver l’interdit, s’introduire dans la propriété, pour découvrir les secrets de l’endroit. Secrets inexistants bien entendu. Tout n’était le fruit de l’imagination des gens, entretenu par un fermier discret, plutôt bougon, qui ne se laissait pas découvrir. Shara bien entendu ne le connaissait pas, et encore moins son animal. Toute seule elle n’avait pas le courage d’y aller, mais peut-être qu’avec son nouvel ami, ce serait différent ? Elle le regarda avec appréhension. Est-ce qu’il serait plus fort qu’elle ?
« On dit qu’il garde un endroit fantastique mais je sais pas ce que c’est. Peut-être la maison d’un géant. Est-ce que tu veux y aller ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
▲ DANS MA SACOCHE:
▲ CAPACITES:
▲ DISPONIBILITE RP:
Voir le profil de l'utilisateur http://thesongofravens.forumactif.org/t316-ren-loukos http://thesongofravens.forumactif.org/t303-ren-loukos
▲ MESSAGES : 65
▲ POINTS D'INFLUENCE : 206
▲ ÂGE : 44
▲ RACE : Humain
▲ STATUT SOCIAL : Ne roule pas sur l'or, mais noble de par la fonction.
▲ LIEU : En route pour Parve, bloqué dans un tunnel !
▲ METIER OU OCCUPATION : Capitaine des lanciers de Viniel
▲ ALLEGEANCE : Le Culte des Douze
▲ AVATAR & CREDITS : Pedro Pascal
MessageRe: C'est celui qui dit qui l'est ! [Shara Morghun] 19/10/2017, 13:03


- "Maintenant, on va chercher un monstre, parce que parfois, les monstres gardent des trésors aussi." Répondit Ren à la question de sa coéquipière, se servant de ses connaissances des contes et légendes. Il marchait toujours d'un pas décidé malgré son ignorance totale du terrain sur lequel il évoluait. C'était après tout une situation fort intéressante : il n'avait jamais vraiment eu peur de la nuit et appréciait ses mystères. Alors, partir en vadrouille avec la forêt comme terrain de jeu, en compagnie d'une gamine de son age et qui elle non plus ne semblait pas avoir froid aux yeux, ça avait quelque chose de très excitant, une vraie aventure miniature !

Son visage s'illumina d'un sourire plein d'entrain lorsque Shara suggéra un endroit où se rendre et où ils pourraient relever leur défi suivant. Parfait ! Il apprécia instantanement l'implication de la fillette qui, plutôt de se moquer de lui, semblait curieuse et souhaitait voir Ren à l'action. Elle aurait pu simplement lui dire là, de butte en blanc, qu'il n'était qu'un gros menteur et qu'il n'y connaissait rien, mais elle prit la tête de l'équipée et les amena vers l'antre de la bête. Ils trottèrent à travers bois, puis à l'orée, pour enfin apercevoir une petite ferme. Ren se demanda quel pourrait être le monstre : un épouvantail sanguinaire animé par une force magique ? Un golem de paille ? Une monstrueuse taupe-rat aveugle et de 20 mètres de long ?

- "Qu'est-ce qu'on cherche, alors ? C'est gros comment ?" Demanda Ren, décidement très impliqué.
La gamine lui fit signe de se taire alors qu'elle se couchait dans les hautes touffes d'herbe. Le garçon l'imita aussitôt, son coeur commençant à battre plus fort. Il gardait les yeux bien ouverts, ne voulant rien rater. La lune était de leur côté, brillant fort dans un ciel sans nuage et leur offrant assez de lumière pour ne pas rendre leur glorieuse épopée plus compliquée que nécessaire.
"Là bas derrière la barrière, il y a un monstre." Chuchota Shara, montrant une masse sombre à proximité de la maison. Ren leva un peu la tête des hautes herbes et émit un petit sifflement de surprise. C'était un énorme molosse qui dormait pour l'instant, mais qui devait sans doute avoir la taille d'un cheval ! Bien sûr, s'il avaient été adultes, ils auraient tout deux admis que ce chien était de bonne taille, sans doute un des plus gros représentant de sa race, mais que ça ne restait au final qu'un grand chien. Rien d'extraordinaire. Mais lors de cette nuit pleine de péripéties et de mystère, le gros chien prit en effet des allures de bête de légende dans les yeux des deux bambins.
Le sifflement de Ren fit tressauter le monstre qui leva son énorme tête hirsute. Le garçon se recoucha aussitôt dans les hautes herbes, son coeur battant la chamade. Il avait failli se faire prendre !

- "M-mazette, ça c'est du bestiau !" Murmura-t-il. "J'crois bien que c'est un Fenris, un chien des géants. On dit que ça existait pas, mais faut croire que non !"
Encore une fois, il étalait une science cryptozoologique qu'il avait acquise dans les livres d'histoires de bardes et de conteurs, mais qu'importe, cela donnait tellement plus de couleur à leur aventure...
"Bien joué Shara, belle trouvaille !" Fit-il à sa coéquipière, montrant déjà des signes du Capitaine qu'il allait devenir des années plus tard, toujours prêt à complimenter et encourager ses troupes pour leurs bons résultats. 
"On dit qu'il garde un endroit fantastique mais je sais pas ce que c'est. Peut-être la maison d'un géant. Est ce que tu veux y aller ?" Lui demanda sa comparse.
"Un peu que je veux y aller ! Tu voulais bien que j'te montre que je suis un vrai brave, nan ?" Répondit-il, toujours désireux de prouver sa valeur et surtout de poursuivre leur épopée. Ce serait dommage de laisser tomber maintenant.
Il continua, l'air moins sur de lui :
"Bon, euh, il faut qu'on batte ce monstre, maintenant. Normalement, j'ai une épée de chevalier, mais, euh... Je l'ai laissée plantée dans la tête d'un ogre un peu plus tôt ce matin, c'est ballot ! Donc du coup, va falloir qu'on trouve des armes."
Encore un mensonge pour cacher la misérable vérité d'un orphelin en fuite. Si un jour Shara découvrait le pot au rose, elle allait être sacrément déçue !

"Ah ! Regarde !" Fit-il un peu trop fort. Le chien émit un jappement bref, aux aguets. Ren plaqua sa main sur sa bouche et étendit son bras tremblant un peu afin de montrer une fourche pour piquer le foin, posée contre la barrière à côté d'une faucille. D'un signe de tête, il fit signe à Shara de le suivre alors qu'il rampait à travers les herbes hautes. Une fois près de la barrière, il attrapa prudemment la fourche, puis la faucille qu'il tendit à la gamine.
"Bon, t'es prête ? Si t'as peur, reste derrière moi, je te protègerai comme un vrai guerrier." Dit-il, sans savoir qu'il tenait le genre de discours que Shara n'aimait pas. La soeur de Ren avait toujours collé aux stéréotypes traditionnels des petites filles, n'aidant pas son frère à avoir une vue plus progressiste de la gent féminine : elle n'aimait pas les araignées, faisait de la couture, et fronçait le nez quand son frère rentrait sale et crotté de ses jeux avec les autres garçons.

"A-allons-y ! On va y arriver !" Fit Ren, tentant de cacher sa propre peur par un sourire conquérant. Il passa la barrière et resta un peu accroupi une fois de l'autre côté, gardant un profil bas. Plus de hautes herbes pour cacher les deux compères : le molosse les vit et se releva sur ses quatre épaisses pattes. Il aboya, la bave lui coulant des babines, les mettant en garde. Les deux braves bambins ne reculèrent pas, et Ren tint sa fourche comme une lance, tentant de rester droit et fier même si elle était un peu lourde pour lui.
"Je suis Renard le Conquérant !" Claironna le garçon, annonçant son statut comme les chevaliers le faisaient parfois. "Grand héros de Balaïa, maitre épéiste et champion du peuple ! Libérateurs des orphelins ! Euh- Ennemi des oppresseurs et... Et le plus fort des plus fort !" Finit-il, à court de titres tape a l'oeil.
Le monstre n'en eu rien à faire du statut prestigieux (et mensonger) du garçon et aboya à nouveaux avant de se diriger lentement vers le duo de combattants, dans une position d'attaque et en grognant, babines retroussées. C'était bien loin d'être rassurant, la bête était de plus en plus proche et semblait si puissante ! Ren sentit ses jambes trembler et ses mains se serrèrent à en blanchir les jointures de ses doigts autour du manche de la fourche. Dans un élan malhabile et avec un "Yaha !" qui sonnait un peu désespéré, il tenta de piquer l'horrible monstre avec un coup d'estoc. Le chien s'écarta rapidement et aboya derechef avant d'essayer de mordre une des pointes de l'arme du garçon. Contre ces deux petits adversaires, le molosse ne savait plus trop où donner de la tête. Avec son arme d'allonge, le garçon etait moins facilement accessible. Le bestiau se tourna donc vers la fille, plus petite avec sa faucille d'une portée moins grande.
"Nan ! Laisse-la, saleté !" Beugla Ren, qui piqua le gros cabot au flanc, le faisant glapir. Le monstre ne se laissa pas abattre et continua de les menacer.

Trop absorbés par leur combat titanesque, les deux enfants ne virent pas la lumière s'allumer dans la chaumière, et n'entendirent pas non plus un juron proféré et la porte qui s'ouvrait.
Le propriétaire des lieu, le fameux fermier bougon, sortit et assista au spectacle rocambolesque de son grand chien qui s'attaquait à deux intrus miniatures. Malgré son état d'ébriété avancé, il reconnut la petite : c'était une des filles du baron. Quant a savoir ce qu'elle faisait là, en compagnie d'un tout jeune vagabond, mystère.

- "Hé ! Vous deux !" Cria-t-il de sa voix forte. Le chien cessa toute attaque, mais resta dans une pose menaçante en grognant.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
▲ DANS MA SACOCHE:
▲ CAPACITES:
▲ DISPONIBILITE RP:
Voir le profil de l'utilisateur http://thesongofravens.forumactif.org/t304-shara-morghun-she-s-brave-and-fearless http://thesongofravens.forumactif.org/t300-shara-l-armure-entre-
▲ MESSAGES : 121
▲ POINTS D'INFLUENCE : 193
▲ ÂGE : 42 ans
▲ RACE : Humaine
▲ STATUT SOCIAL : Noble
▲ LIEU : Gresse la plupart du temps, Orytte et parfois la Cour
▲ METIER OU OCCUPATION : Baronne
▲ ALLEGEANCE : La Couronne
▲ AVATAR & CREDITS : Lena Headey (Mina-Ligeia)
MessageRe: C'est celui qui dit qui l'est ! [Shara Morghun] 20/10/2017, 00:04
La jeune demoiselle était ravie de l’approbation de son coéquipier, heureuse qu’on l’écoute, elle qui devait d’habitude se taire et laisser les autres décider. Même son monstre avait plu à Renard. Il semblait que les deux enfants avaient rapidement trouvé une complicité, propre à leur âge, et partageaient cette envie de découvrir.
Tout était devenu une excuse pour se perdre dans l’inconnu, et pour expérimenter ce que vivaient les adultes, dans une réalité qu’ils arrangeaient à leur sauce, avec des yeux ébahis. Peu importait au fond que ce ne soit qu’un chien. Pour eux il devenait un monstre à vaincre. Alors pour être à la hauteur, il s’agissait de faire comme tous les aventuriers, et c’était pour cela que Shara écoutait Renard avec attention. Elle semblait avoir définitivement accepté qu’il en était un, fermant les yeux sur tout ce qui lui disait qu’il n’était qu’un vulgaire garçon, parce qu’elle préférait croire qu’elle vivait une grande aventure. Transportée à son tour dans la réalité que s’inventait Renard, elle n’essaya pas de réfuter son histoire de troll, un mensonge pourtant totalement éhonté, avec un récit invraisemblable.
Elle rampa derrière lui jusqu’aux armes, veillant à faire le moins de bruit possible. Les herbes autour d’elle étaient dures et coupantes, mais elle avançait vaillamment afin de prendre ces armes de fortune. Rien à voir avec celles de sa maison, celles que portaient les gardes, bien plus impressionnantes, ni même avec celle de son frère, ou encore de la sienne! Elle allait devoir faire avec néanmoins, et d’une main décidée, prit la faucille.
"Bon, t'es prête ? Si t'as peur, reste derrière moi, je te protégerai comme un vrai guerrier." lâcha le gamin.
Un éclair de colère traversa les yeux de la petite fille, qui répondit du tac au tac, et sans prendre de gants.
”Je n’ai pas besoin qu’on me protège!”
Elle était outrée mais elle n’ajouta rien. Il était temps de rentrer dans l’enclot, où le chien les attendait. Pour prouver qu’elle n’avait pas à rester derrière, elle se porta à hauteur de Renard, et le suivit de l’autre côté de la clôture. Vaillante mais pas vraiment rassurée, et lorsque le chien se releva, et grogna à leur encontre, elle sentit son pouls s’accélérer. Pas réellement tranquille, maintenant totalement effrayée, elle manqua de se ratatiner sur place lorsqu’elle vit la taille des crocs. Le chien n’était pas amical. Rien de bien anormal, après tout ils étaient entrés sur son territoire, et si trésor il gardait, il n’allait de toute évidence le lâcher si facilement.
Malgré la situation intimidante, elle ne se dégonfla pas, et resta avec Renard alors que celui-ci se présentait au chien. Un discours qui ne manquait pas de panache, mais qui laissa le monstre totalement indifférent, tandis qu’il s’avançait vers eux. Un bon coup de fourche l’énerva davantage, et le fit se tourner vers Shara. Plus petite, moins menaçante, elle n’en était pas moins armée et prête à se défendre. Et surtout elle réfléchissait. La truffe, il fallait qu’elle l’atteigne! Un bon coup dessus ferait reculer le monstre. Mais la faucille n’offrait pas une très bonne allonge. Renard aurait du lui laisser la fourche….!
Derrière eux une grosse voix retentit, interrompant la bagarre, et Shara pivota pour voir le fermier arriver. Si elle avait eu peur du chien, l’arrivée du paysan la paralysa sur place. Elle qui était venue avec l’idée de trouver un géant, elle n’avait pas menti. Le fermier avait la carrure des hommes qui s’occupaient des champs, et les deux gamins à côté étaient minuscules.
”Qu’es’ce que vous fait’chez moi?”
Son regard ne se détachait pas de Shara, à ceci près qu’il semblait avoir du mal à vraiment demeurer au même endroit. De toute évidence, il était bien alcoolisé, et titubait légèrement.
”Toi!”
Il avait pointé son doigt vers elle, et la petite s’était raidie.
”Je t’reconnais t’es une de ces fils de chien de Svanjold qui s’croient tout permis avec ma propriété! ”
Shara en face de lui s’était figée, on l’avait reconnue.
”- Mais t’sais quoi j’en ai rien à faire! s’écria-t-il. Il est temps qu’ca change! Et tu vas m’être utile la baronnet!”
- Non!”
Shara avait fait un pas un avant, les traits tordus par la colère, mais la tête haute. Démasquée, elle n’avait plus de raison de faire semblant, alors elle reprit une attitude plus noble. Elle se posta devant lui, avec la ferme intention de lui dire ce qu’elle pensait.
”Vous ne pouvez pas me toucher!”
Cela ne freina pas le fermier qui se rapprocha d’elle et lui attrapa le bras. Elle avait beaucoup moins  de force que lui, mais elle était rapide. Pas totalement sans ressources, elle fit une tentative de  mouvement de lutte, qui ne marcha pas, puis lui lança son pied dans la jambe, avant de le taper avec sa faucille. La lame atteignit le bras du fermier, qui jura sous la douleur. Il ne lâcha pas la petite pour autant. Trop légère et pas assez forte, elle fut entraînée et glapit alors que la poigne du fermier se renforçait sur elle.
”Renard!”
Elle avait besoin de lui!
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
▲ DANS MA SACOCHE:
▲ CAPACITES:
▲ DISPONIBILITE RP:
Voir le profil de l'utilisateur http://thesongofravens.forumactif.org/t316-ren-loukos http://thesongofravens.forumactif.org/t303-ren-loukos
▲ MESSAGES : 65
▲ POINTS D'INFLUENCE : 206
▲ ÂGE : 44
▲ RACE : Humain
▲ STATUT SOCIAL : Ne roule pas sur l'or, mais noble de par la fonction.
▲ LIEU : En route pour Parve, bloqué dans un tunnel !
▲ METIER OU OCCUPATION : Capitaine des lanciers de Viniel
▲ ALLEGEANCE : Le Culte des Douze
▲ AVATAR & CREDITS : Pedro Pascal
MessageRe: C'est celui qui dit qui l'est ! [Shara Morghun] 24/10/2017, 23:48


Ren avait tourné sur lui-même en même temps que Shara lorsque la grosse voix avait retenti derrière eux. Pétrifié, il regardait l'homme qui était de bonne taille. Tout âme d'aventurier qui habitait le garçon jusqu'à présent fut éteinte comme on souffle une chandelle. L'épopée fantastique que les deux enfants avaient vécu jusqu'à présent venait de brusquement repasser dans le réel : il s'étaient introduits sur une propriété privée. Ayant grandi dans une communauté marchande, Ren savait ce que certains commerçants cruels faisaient aux voleurs et aux intrus, peu importait l'âge. Le fermier s'approcha, et le garçon serra ses mains autour de la fourche, ne sachant que faire. Il allait bredouiller des excuses, mais le paysan ne lui prêtait aucune attention et gardait son regard braqué sur sa camarade de jeu. Il lâcha un "Toi !" d'une voix forte, la pointant du doigt, et finit par révéler l'identité véritable de la petite fille à la mode garçonne.

Ca par exemple ! A en croire le fermier, Shara était fille de Svanjold ! Cela faisait environ une heure que Ren paradait et papotait avec une noble miniature ! Si la situation n'était pas si critique en ce moment précis, c'aurait été plutôt drôle. Voilà pourquoi elle parlait si bien et qu'elle avait de si jolis cheveux, et sans doute n'avait-elle pas menti lorsqu'elle avait dit plus tôt qu'elle avait un cheval... Mais cela soulevait une interrogation : qu'est ce qu'elle faisait alors seule, dans les bois, cachée dans un buisson lorsque Ren l'avait malencontreusement piquée de son bâton ? Avait-elle fugué ? S'était-elle perdue ? Pourquoi n'était-elle pas escortée par une foule de gardes ?? Le garçon ne put empêcher la foule de petites questions qui, pour le moment, n'avaient pas d'importance. Encore confus, il n'était pas sûr de bien comprendre les griefs que le paysan avaient envers la baronnette, mais il était évident que l'homme ne portait pas la lignée Svanjold dans son coeur. Mais cela, Shara n'en avait rien à faire ! Elle avait fait un pas en avant et s'était postée fièrement devant l'homme, de toute sa hauteur. Bien sûr, elle n'était pas grande de taille. Mais la bravoure dont la fillette faisait preuve à cet instant la rendait plus grande de coeur que n'importe qui. Ren eut un élan d'admiration pour ce petit bout de fille qui tenait tête à un géant imposant et aviné. Elle aussi, c'était une vraie aventurière !

Malheureusement, l'homme était sans doute trop ivre pour réaliser qu'il était sans doute vraiment très, très imprudent de s'attaquer à une héritière de Baronnie. Il continua sur sa lancée vindicative et attrapa le bras de Shara sans ménagement, la trainant derrière lui.
"Laisse-la, espèce de sac à vin !" Cria Ren alors que la baronnette se débattait fièrement. Le pied de la fillette, la lame de la faucille, tout deux atteignirent l'homme qui poussa un juron mais ne lâcha pas prise. Il l'entrainait vers sa cabane, et le garçon à la fourche, encore mis en joue par le grand chien grognant, ne sut pas quoi faire.
Il suffit pourtant du cri de Shara pour le réveiller. C'était là, maintenant, qu'il devait plus que jamais être brave. La vraie force des chevaliers des contes se révélait lorsqu'ils portaient secours, lorsqu'ils bravaient mille dangers pour venir en aide aux opprimés. Certes, il était encore un peut tôt pour que les deux enfants se considèrent comme de vrais amis à la vie à la mort, de ceux qui seraient prêts à mettre leur vie en péril pour l'autre. Mais il ne fallait pas être un Erudit Collégial pour savoir que le combat était plus qu'injuste : l'homme faisait trois fois la taille de Shara et osait s'en prendre à elle pour une vengeance minable, pour un contentieux pourri qu'il avait avec d'autres adultes. Ren ne comprenait pas tout, mais son sang ne fit qu'un tour, et il revit en cet instant sa petite soeur se faire agripper par des pions de l'Ordre pour être emmenée avec lui à l'orphelinat maudit. Non, il ne laisserait pas Shara toute seule comme il avait abandonné sa soeur.

Il poussa un cri de guerre qui, même s'il sonnait fier, était néanmoins teinté d'une légère peur. Ignorant le molosse, il se rua sur le fermier et, se servant de sa fourche comme d'un grand et étrange marteau de guerre, asséna un coup au fermier. Le manche de la fourche lui frappa le dos, la tête en fer de la fourche lui frappa l'arrière de la tête. Ren n'avait après tout que la force d'un pauvre gamin de neuf ans, et le coup n'assomma pas le fermier. Ce dernier, sous le coup de la surprise et de la douleur, lâcha malgré tout le bras de Shara alors que son chien se mit à aboyer furieusement. Trop bien dressé et sans doute craintif de son maître, le molosse n'osait pas passer à l'attaque sans un ordre précis. Bénis en soit les Douze, car cela laissa une petite marge de manoeuvre durant laquel il fallut se montrer rapide : Ren lâcha la fourche, attrapa la main de Shara et se mit à courir à travers le champ, aussi vite qu'il le put, les hautes pousses lui fouettant le visage. Ils regagnèrent la forêt et, dans leur dos, les deux gamins entendirent les vociférations avinées du paysan qui insultait les deux gosses, puis la famille Svanjold toute entière.
Ren n'avait aucune idée d'où aller mais, heureusement pour lui, Shara avait repris du poil de la bête et tirait sur sa main de temps à autres, le guidant à travers les bois qu'elle connaissait bien mieux que lui.

Au bout de quelques minutes d'une course effrénée et, voyant qu'ils n'étaient pas poursuivis ni par l'homme, ni par le chien, les enfants ralentirent pour finalement s'arrêter, à bout de souffle, le rouge au joue. Ren était un peu courbé, une main sur les genoux, l'autre reposant sur un mur en pierre, alors qu'il respirait à grand bruit. Il avait soif, si soif ! La peur lui avait asséché le gosier plus tôt, et la folle cavalcade à travers bois n'avait rien arrangé. Il se redressa après quelques secondes et leva le nez pour regarder ce contre quoi il était appuyé. Le garçon retira sa main des pierres comme s'il s'était brûlé : il s'appuyait sur le mur de la demeure des Svanjold. Il cligna des yeux rapidement et se rappela la fameuse révélation qui avait eu lieu plus tôt. D'un geste dramatique, comme s'il révélait au monde l'instigateur d'un complot machiavélique, il pointa le doigt vers Shara et, toujours un peu haletant, s'exclama :
"T'es une Baronnette ! Ben ça alors, ça c'est plutôt pas piqué des hannetons ! Pourquoi tu traines dans la forêt comme ça, d'abord ? A cette heure, en plus ? Et pis-"
Il s'interrompit. Oui, il avait beaucoup de questions, mais peut-être que ce n'était pas le meilleur moment pour les poser. L'altercation avec le chien puis le fermier avait été éprouvante tant pour elle que pour lui, et la course forestière n'avait pas été une partie de plaisir. L'heure n'était pas au réglage de comptes et aux explications. Il s'approcha de Shara et, posant une main sur son épaule, il se pencha un peu pour la regarder et demander :
- "Ca va ? T'as..." Il fronça les sourcils et se corrigea de lui-même, adoptant une politesse nouvelle due au rang de Shara. "Vous avez rien, ma Dame ? Il vous a pas fait mal, l'autre brute ?"

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
▲ DANS MA SACOCHE:
▲ CAPACITES:
▲ DISPONIBILITE RP:
Voir le profil de l'utilisateur http://thesongofravens.forumactif.org/t304-shara-morghun-she-s-brave-and-fearless http://thesongofravens.forumactif.org/t300-shara-l-armure-entre-
▲ MESSAGES : 121
▲ POINTS D'INFLUENCE : 193
▲ ÂGE : 42 ans
▲ RACE : Humaine
▲ STATUT SOCIAL : Noble
▲ LIEU : Gresse la plupart du temps, Orytte et parfois la Cour
▲ METIER OU OCCUPATION : Baronne
▲ ALLEGEANCE : La Couronne
▲ AVATAR & CREDITS : Lena Headey (Mina-Ligeia)
MessageRe: C'est celui qui dit qui l'est ! [Shara Morghun] 25/10/2017, 18:32

Un jeune aventurier face à un grand fermier, et ce fut David qui renversa Goliath. La victoire ne fut pas tout à fait totale, mais néanmoins suffisante. Ren avait porté un rude coup à l’agresseur alcoolisé. Sous les yeux ébahis de la jeune fille, le garçon était venu à sa rescousse, et cela marcha. Enfin lâchée par la poigne du fermier, elle avait été entraînée dans une course folle, par un Renard survolté. Ils coururent jusqu’à perdre haleine, s’engouffrant dans la forêt, et laissant derrière eux le fermier et son chien énervés. Les arbres leur apportèrent une couverture idéale, les ombres les enveloppèrent, et puis les hurlements s’estompèrent. Le fermier était désormais loin derrière eux, mais les enfants ne s’arrêtent pas pour autant, et continuèrent jusqu’à sortir des bois. Shara guidait désormais son coéquipier, qui ne connaissait pas autant l’endroit qu’elle, et forcément elle se dirigeait vers le seul endroit qu’elle savait sûr : sa propre demeure.
Sans doute n’avait-elle pas mesuré l’impact que cela aurait sur le petit garçon, qui n’avait rien de la noblesse.
Mais pour elle c’était normal.
Ça l’était en revanche beaucoup moins pour Renard qui fit soudain face à un problème.
Ils n’étaient pas du même monde et les conventions reprenaient forcément leur place. S’il ne s’en rendit pas compte tout de suite, il eut la présence d’esprit de lui demander ce qu’elle faisait hors des murs de sa maison. Ses questions étaient certes très légitimes. Après tout ce n’était pas souvent que les jeunes nobles sortaient de cette façon. Si elle n’avait pas été en train d’essayer de reprendre ses esprits en même temps que son souffle, la baronnette aurait pu protester. Parce qu’elle était de rang noble, il fallait qu’elle reste dedans la nuit tombée ? Elle n’en fit néanmoins rien. Et prise de court, elle baissa la tête et rougit – par dessus ces joues déjà rosies par l’air frais de la nuit. La petite demoiselle avait vu son identité dissimulée se révéler un peu trop facilement. Décidément elle n’était pas douée à ce jeu.
Elle n’avait rien répondu et quand il lui toucha l’épaule, elle le regarda. Son attitude était devenue distante. Malgré les signes d’inquiétude qu’il montrait, la gamine avait l’impression que tout était devenu différent. Il était comme tous les autres, comme tous les gens qui l’entouraient quotidiennement, et qui se faisaient un devoir absolu de rendre son existence tellement facile.
Elle avait beau être heureuse d’avoir eu une réelle aventure à ses côtés, elle ne put s’empêcher de se sentir blessée d’avoir soudain droit à ce genre de mots. Ils n’étaient pas méchants, bien au contraire, mais ils disposaient des barrières. Après cette nuit pleine de frissons, c’était comme si la magie venait de s’envoler, et laissait un goût trop amer dans la bouche.
« Tu ne m’appelles plus Shara ? »
Son ton ne pouvait s’empêcher de transpirer une déception certaine, sans doute plus qu’elle ne voulait le montrer, mais cela lui fut impossible de le dissimuler.
« Je vais bien mais je ne suis pas une dame ! »
Du moins elle ne voulait pas l’être cette nuit, parce que dès le lendemain, elle savait qu’elle n’aurait pas tellement le choix. Il lui faudrait être rentrée avant l’aube et qu’on ne découvre pas qu’elle avait fait le mur. Parce que malgré ses rêves d’aventure, Shara n’avait pas envie de s’enfuir. Ou en tout cas, pas de cette façon. Alors dans un geste agaçé, elle retira sa main de son épaule. Elle lui en voulait à lui, plus qu’aux autres, que ce soit le fermier, ou bien tous les autres.
Elle finit par lever le regard et le plonger dans le sien.
« J’avais juste envie de jouer….La plupart du temps on me force à rester à l’intérieur et faire des choses que je ne veux pas faire. Les adultes ils ne m’écoutent pas. Mais ce n’est pas parce que je suis une Dame qu’il faut forcément que je reste toute la journée à faire de la musique avec cette harpe tu sais ! »
Qu’est-ce qu’elle avait envie d’en couper chacun des cordes pour ne plus avoir à toucher à cet horrible instrument !
« C’est pas juste, tu peux aller où tu veux et moi….je dois rester à l’intérieur ! »
La petite demoiselle n’était pas très juste et oubliait sans doute tout ce qui avait de bon à être à sa place, puisqu’elle avait de quoi se nourrir tous les jours. Tout le monde ne pouvait pas en dire autant. Elle avait accès à une éducation aussi. Elle n’était jamais laissée pour compte. Mais elle était  trop fâchée pour s’en rendre compte. Ce fut Renard qui en fit les frais, alors que le pauvre gosse avait galéré durant ces dernières années, et avait vécu bien plus d’injustices qu’elle.
« Tu n’as qu’à rentrer chez toi puisque c’est comme ça et me laisser tranquille ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
▲ DANS MA SACOCHE:
▲ CAPACITES:
▲ DISPONIBILITE RP:
Voir le profil de l'utilisateur http://thesongofravens.forumactif.org/t316-ren-loukos http://thesongofravens.forumactif.org/t303-ren-loukos
▲ MESSAGES : 65
▲ POINTS D'INFLUENCE : 206
▲ ÂGE : 44
▲ RACE : Humain
▲ STATUT SOCIAL : Ne roule pas sur l'or, mais noble de par la fonction.
▲ LIEU : En route pour Parve, bloqué dans un tunnel !
▲ METIER OU OCCUPATION : Capitaine des lanciers de Viniel
▲ ALLEGEANCE : Le Culte des Douze
▲ AVATAR & CREDITS : Pedro Pascal
MessageRe: C'est celui qui dit qui l'est ! [Shara Morghun] 26/10/2017, 22:42


Ren fut d'abord surpris d'entendre une certaine déception dans la voix de la baronnette lorsqu'elle lui fit remarquer qu'il ne l'appelait plus par son prénom. C'est vrai, quoi, n'était-on pas censé s'adresser avec politesse aux membres de familles nobles ? Le garçon pensait avoir corrigé un tort, une attitude rude qu'il avait pris depuis le début en s'adressant trop familièrement à la gamine, mais voilà qu'elle semblait ne pas apprécier qu'on la traite avec les égards dus à son rang... Elle répondit à la question du garçon sur son état, tout en soulignant d'avantage son dédain pour le titre de "Dame". Ren la regarda sans trop comprendre et tenta de bredouiller des excuses,  mais Shara retira rageusement sa main de son épaule et le fusilla du regard. Un regard fier, certes, mais empreint d'une petite once de tristesse.

Dans un petit monologue empli d'agacement, elle détailla au garçon à quel point ça devenait difficile pour elle de tolérer le carcan archaïque dans lequel on voulait l'enfermer, jusqu'à l'étouffer. Elle ne pouvait être elle-même, et sans doute la politesse de Ren et le titre de "Dame" qu'il avait emprunté pour s'adresser à elle était ce soir une goutte d'eau qui avait fait déborder le vase. Elle ponctua sa tirade en pointant à quel point c'était injuste qu'elle ne puisse pas être un peu plus comme les autres enfants... Un peu plus "normale".
Oui, peut être qu'elle était elle-même injuste en oubliant ceux qui, à travers Balaïa, n'étaient pas logés à la même enseigne, sans éducation et ne mangeant pas toujours à leur faim. Mais elle était humaine, un point c'est tout. Et l'un des principaux attributs de cette espèce était de n'être jamais complètement, réellement satisfait de sa situation, aussi bonne était-elle. Ren réprima une petite montée de colère en l'entendant se plaindre, elle qui avait quasiment tout alors que d'autres n'avaient rien. Mais il se rappela sa propre situation quelques jours plus tôt alors qu'il était encore retenu à l'orphelinat. Les données du problèmes n'étaient pas exactement les mêmes, mais l'Ordre avait lui aussi, à la manière de la famille de Shara, tenté de le garder enfermé en lui inculquant des valeurs qui ne lui correspondait pas. Alors, même s'il eut des difficultés à accepter les griefs qu'avait la baronnette, il pouvait au moins les comprendre. C'est vrai, ça ne devait pas être facile de se faire enfermer dans une boîte, un modèle à suivre, sans jamais vraiment pouvoir faire ce qu'on rêverait.

Profondément énervée et blessée, Shara finit par envoyer le garçon au diable en lui suggérant de partir. Ren ne bougea pas. Il se sentait idiot d'avoir, sans le vouloir, énervé la fière baronne miniature. Ils s'étaient bien amusés, avaient parcouru la forêt ensemble, avaient eu si peur tous les deux du chien puis du fermier... Ils pouvaient être fiers, ils avaient réussi à s'en sortir plus ou moins sans encombre et ça, ça avait été une vraie aventure, de celles qu'on raconte aux copains pour frimer ! Mais, Ren n'avait pas de copains, pas ici. Et Shara avait une famille qui la punirait sans doute si elle leur narrait son épopée.
Quoiqu'il arrive, il ne pouvait de toutes façons pas rester : il souhaitait aller toujours plus au nord, toujours plus loin de l'Ordre, et il faudrait bien qu'il reprenne la route tôt ou tard. Mais il se sentait peiné d'avoir blessé Shara, elle qui l'avait écouté et qui avait eu l'ignorance -Ou la gentillesse- De croire à ses mensonges éhontés qu'il avait raconté juste pour se sentir mieux dans sa peau. Elle qui l'avait suivi avec bravoure. Il n'avait pas réellement envie de partir maintenant sur une dispute, c'était trop bête...

Un silence maladroit s'installa, et Ren tapa du pied dans un petit caillou, baissant la tête. Puisque les masques tombaient, qu'ils tombent alors jusqu'au bout.
- "J'suis pas un aventurier. J'suis qu'un couard. Je m'apelle Ren, pas Renard. J'ai plus de parents, j'étais dans un orphelinat, prisonnier un peu comme toi. Et là-bas, c'était tellement pourri que j'me suis enfui. J'ai laissé ma p'tite soeur, je l'ai même pas aidée parce que j'avais trop peur." Declara-t-il, tentant de retenir ses larmes. "J'ai pas de cheval, j'ai pas d'épée... Je suis pas un chevalier, j'ai menti. Parce que, en vrai, je suis qu'un idiot de pauv' gosse qu'est perdu. Voilà."

Il baissa la tête et se mordit la lèvre jusqu'à s'en faire mal, fronçant les sourcils et fermant fort les yeux. Il devait à nouveau voir la réalité en face et arrêter de jouer un rôle qui n'était pas le sien. Et ça faisait mal, plus mal que les courbatures ou que sa gorge asséchée qui réclamait à boire. Même s'il faisait tout son possible pour ne pas pleurer (parce que les garçons, ça pleure pas ! ... Ou c'est ce qu'on dit), quelques larmes coulèrent sur ses joues. Des larmes amères de tristesse, de fatigue, de honte, et surtout de colère. En fait, en Balaïa, la vie n'était juste pour personne, ni pour les orphelins, ni pour les petites baronnes.

- "J'suis désolé de t'avoir raconté des salades. Et j'm'excuse d'avoir dit que t'es une dame." Conclut-il avant d'essuyer son nez morveux sur sa manche en reniflant. "J'vais m'en aller, faut que je trouve un endroit où dormir de toutes façons. Bon... Ben... Adieu, Shara. Fais attention à pas te faire attraper quand tu rentreras !"

Ren tourna les talons, attrapa un nouveau bâton, et commença à s'éloigner en frappant quelques branches avec beaucoup moins d'énergie qu'il en avait eu un peu plus tôt.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
▲ DANS MA SACOCHE:
▲ CAPACITES:
▲ DISPONIBILITE RP:
Voir le profil de l'utilisateur http://thesongofravens.forumactif.org/t304-shara-morghun-she-s-brave-and-fearless http://thesongofravens.forumactif.org/t300-shara-l-armure-entre-
▲ MESSAGES : 121
▲ POINTS D'INFLUENCE : 193
▲ ÂGE : 42 ans
▲ RACE : Humaine
▲ STATUT SOCIAL : Noble
▲ LIEU : Gresse la plupart du temps, Orytte et parfois la Cour
▲ METIER OU OCCUPATION : Baronne
▲ ALLEGEANCE : La Couronne
▲ AVATAR & CREDITS : Lena Headey (Mina-Ligeia)
MessageRe: C'est celui qui dit qui l'est ! [Shara Morghun] 29/10/2017, 13:50
Elle lui avait dit de partir, et il ne le faisait pas, ce qui eut don de l’agacer. Est-ce qu’il ne faisait jamais rien de pertinent ? Il était tellement ennuyant. Même si la nuit avait été géniale, il fallait le reconnaître. Mais son coéquipier se décida à parler, et à son tour il lui expliqua, qui il était réellement, un simple vagabond et non un aventurier comme il lui avait expliqué. Il n’avait plus de parents et il avait abandonné sa sœur. Il était tout seul. Et Shara s’était mise à écouter, toute trace de colère soudain envolée. Elle mesurait soudain l’étendue de ses caprices, qu’elle avait tout alors que Renard n’avait rien. Les larmes du garçon lui étreignirent le cœur, et elle ne sut quoi dire, réalisant soudain qu’elle n’aurait pas du avoir de tels propos, ni lui dire de partir. Elle le vit tourner les talons et resta quelques secondes sans rien dire, avant de soudain réagir.
« Attends ! »
Quand il se retourna, elle courut pour le rattraper. Soudain elle ne voulait plus qu’il parte. Et elle voulait s’excuser d’avoir été idiote. C’était juste qu’elle s’était mis en colère mais au fond ce n’était pas sa faute. Elle eut alors un sourire timide.
« Puisque tu as menti et moi aussi, alors on est quitte ? »
Elle fit un pas en avant.
« Ne t’en va pas. »
Il disait qu’il devait trouver un endroit pour dormir et en le regardant maintenant, elle se rendit compte de sa pauvreté. Elle avait remarqué qu’il était sale et qu’il sentait mauvais. Que ses vêtements étaient en très mauvais état. Mais parce qu’elle ne le connaissait pas d’abord et qu’ensuite il lui avait dit qu’il était ainsi à cause d’une aventure, elle avait passé à la trappe tous ces détails. Maintenant tout était différent. Et il l’avait sauvée, et elle n’avait rien dit, pas même un simple merci.
« Tu es le meilleur aventurier que je connaisse », lui dit-elle d’une voix fière, avant de rectifier son affirmation. «  Bon tu es le seul mais ce n’est pas grave ! Tu m’as sauvée et je ne t’ai pas remercié. Alors….merci ! »
Sa voix était légèrement paniquée mais elle était sincère, parce qu’elle avait peur que cela ne soit pas suffisant, et que Renard s’en aille.
« Je suis désolée que tu sois perdu et….je veux t’aider. »
Elle était déterminée à le faire et savait déjà comment, alors elle lui prit la main, et l’entraîna avec elle. Le plan était plutôt simple. Le menant le long du mur, Shara se rapprocha de l’endroit par lequel elle avait filé. C’était une entrée discrète de sa demeure. Elle se tourna vers Renard et posant un doigt sur sa bouche pour lui demander le silence, elle lui expliqua comment passer à l’intérieur de la maison.
« Il faut escalader le mur sans faire de bruit parce qu’il y a des gardes pas très loin. »
Le mur n’était pas dur à passer. Un peu glissant par endroits, mais avec des plantes grimpantes où s’accrocher et des aspérités dans la roche. Les gamins y glissaient leurs pieds. Puis ils se laissèrent glisser de l’autre côté. Il y avait un bâtiment derrière, avec une large paroi, qui semblait être le point final à leur avancée. Mais il y avait un endroit discret, une brèche dans le mur que personne n’avait songé à réparer, parce qu’elle était bien trop minuscule pour qu’une personne de taille adulte puisse s’y engouffrer. Mais pour des enfants ce n’était pas bien difficile. Une fois dans le bâtiment, ils se dirigèrent vers la sortie, qui menait à une cour. En face un nouveau bâtiment, dans lequel il fut facile de s’introduire. Ensuite ils filèrent dans les couloirs, passant de pièces moins importantes à d’autres plus fournies. Les richesses étaient apparentes. Elles étaient à l’image de la famille Svanjold.
À force de tourner les couloirs, ils parvinrent enfin jusqu’à une porte aux imposantes ornementations gravées.
Shara jeta un dernier coup d’œil aux alentours pour s’assurer que personne ne regardait, et ouvrit la porte. Elle s’y faufila prestement, en faisant signe à Renard de la suivre. C’était sa chambre, un grand lit à baldaquin y occupait la plus grande partie de la pièce, recouvert de teintures colorées. Elles rappelaient les fleurs d’Erskan. Il y avait également une table, avec de quoi écrire. Des livres dans un coin. Il y avait aussi plusieurs coffres, de quoi ranger de nombreuses affaires. Des vases décoratifs finalement.
En résumé une vraie chambre pour une noble.
Elle se tourna vers le garçon, que l’aspect malpropre rendait totalement dissonant dans cet endroit. Pas réellement de quoi stopper la jeune demoiselle à ramener le vagabond. Tout de même il restait des détails à régler.
« C’est ma chambre et tu peux rester ici, mais il va falloir faire attention à ne pas se faire avoir, donc il ne faut pas faire trop de bruit, et ne pas sortir. »
Et prenant un air décidé elle rajouta :
« En plus tu sens très mauvais alors il va falloir te laver. Reste ici je vais chercher ce qu’il faut ! Fais comme chez toi ! »
Elle disparut dans le couloir, et laissa Renard tout seul. Elle ramena des vêtements, pris parmi ceux de son frère. Il était à peu près de la même taille que lui, ils devraient lui aller. Puis des linges pour qu’il se sèche. Et des seaux d’eau. Du savon et une éponge. Il lui fallut du temps pour tout rapporter et elle s’en acquitta avec acharnement. Ce qui était assez étrange d'ailleurs. Une noble qui servait un simple gamin des rues ce n’était vraiment pas très courant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
▲ DANS MA SACOCHE:
▲ CAPACITES:
▲ DISPONIBILITE RP:
Voir le profil de l'utilisateur http://thesongofravens.forumactif.org/t316-ren-loukos http://thesongofravens.forumactif.org/t303-ren-loukos
▲ MESSAGES : 65
▲ POINTS D'INFLUENCE : 206
▲ ÂGE : 44
▲ RACE : Humain
▲ STATUT SOCIAL : Ne roule pas sur l'or, mais noble de par la fonction.
▲ LIEU : En route pour Parve, bloqué dans un tunnel !
▲ METIER OU OCCUPATION : Capitaine des lanciers de Viniel
▲ ALLEGEANCE : Le Culte des Douze
▲ AVATAR & CREDITS : Pedro Pascal
MessageRe: C'est celui qui dit qui l'est ! [Shara Morghun] 29/10/2017, 20:36

"Attends !

La voie de la fillette retentit comme un petit clairon. Ren s'arrêta et se tourna, les sourcils arqués, dans l'expectative. Les p'tites jambes de Shara la portèrent au niveau de son accolyte, et elle lui offrit un sourire, timide mais ravissant.
Après avoir convenu de leur équité suite à leurs tissus de mensonges respectifs, la baronnette lui donna un ordre. Un ordre tout simple, mais qui fit néanmoins plaisir au garçonnet. Il ignorait encore la raison du revirement de Shara, et ne savait pas ce qu'il l'attendait. Mais ce bref échange lui montra qu'en tout cas, ils n'allaient sans doute pas se quitter fâchés, et c'était déjà une très bonne chose.
Le léger sourire de Ren s'agrandit lorsque Shara lui affirmait qu'il était, en fin de compte, un vrai, un bon aventurier. Le meilleur, même, elle avait dit ! Bien sûr, elle avait nuancé son propos en ajoutant qu'il était pour l'instant le seul qu'elle connaissait. Mais, la petite noble etait sincère, personne ne l'avait obligée à offrir ce compliment qui venait droit de son coeur d'enfant, et qui réchauffa celui de Ren. Puis, sur sa charmante lancée, elle conclut sa tirade par un remerciement, comme une couronne de laurier qu'elle posait sur la tête du petit champion à la fourche.

Ren rougit, son sourire fut maladroit et gêné, mais c'était évident que sa fierté avait été ravivée par les gentilles paroles de sa comparse d'aventure. 
"Je... J'ai fait que mon devoir, ma Dame !" Bredouilla-t-il avant de se corriger : "Euh ! Shara ! Eh, tu sais quoi ? Merci à toi aussi, on a fait une bonne équipe ! T'as été très courageuse, t'as tenu tête au grand fermier... Et sans toi, je me serai sans doute perdu dans les bois."
Ca, c'est sûr. Il se serait perdu même dans des latrines, lui qui s'orientait aussi bien qu'un aveugle dans la nuit noire.
Enfin, comme une cerise sur le joli gâteau de la réconciliation, Shara eut une idée empreinte d'altruisme et sur qui bien des adultes pourraient prendre exemple. Elle offrait son aide à Ren, sans lui dire pour l'instant qu'elle souhaitait l'heberger. Même s'il avait connu l'intention de Shara au delà de sa proposition abstraite d'aide, Ren n'aurait sans doute pas refusé. Il etait seul, fatigué, fourbu. Ces derniers jours, il avait dormi dans des endroits sordides, incomfortables ou insalubres. Il avait mangé frugalement et avait eu une hygiène déplorable. Alors, bien sûr, les conventions sociales exigent parfois que l'on refuse de l'aide, par politesse ou par fierté. Mais pas maintenant. Ren en avait besoin, et lorsque Shara lui offrit son assistance, il ne prit pas ce geste pour de la pitié venant d'une baronnette a un pauvre manant. Il le prit simplement comme main tendue, d'une gentille personne envers quelqu'un qui etait au creux de la pente mais connaitrait des jours meilleurs.

Shara lui prit la main, et Ren, rassuré que tout s'arrange entre eux et soulagé de recevoir de l'aide, en oublia les conventions séculaires du dégoût des petits garçons envers les petites filles et ne retira point sa main comme il l'avait fait un peu plus tôt. L'aventure continuait et cette fois-ci, il s'agissait de faire preuve de discretion afin de réussir une périlleuse mission d'infiltration ! 
Grâce à la mise en garde de Shara, il la suivit et escalada le mur aussi silencieusement qu'il le put. De l'autre côté, il rampa derrière la fillette à travers la petite brêche dans le bâtiment, puis vers la sortie menant à la cour. Comme c'etait excitant ! Et dangereux aussi ! S'ils se faisaient prendre, qu'adviendrait-il d'eux ? Shara se ferait passer un monumental savon avant d'être punie pour des mois, et l'on renverrait sans doute Ren dehors, a grand coup de bottes dans le popotin.
Ils entrèrent dans un autre bâtiment, un peu plus richement décoré que le précédent, et Ren leva le nez en admirant les richesses. Malgré l'obscurité, le verre des lustres et les dorures luisaient faiblement sous la lumière de la lune que laissaient entrer de grandes fenêtres.
Enfin, ils atteignirent la chambre de Shara, passant les jolies portes ornementées. Comme le reste du palais, les quartiers de la baronnette baignaient dans le luxe, et tout sentait le propre.

Pas comme Ren.

Elle le mit en garde sur la terrifiante possibilité de se faire prendre, et Ren se tordit les mains, sentant l'inquiétude le gagner un peu plus. Non, décidément, il n'avait rien a faire ici ! Les parents de Shara ne seraient pas dupes, ils finiraient par découvrir la masquarade et enverrait Ren vers un orphelinat de l'Ordre d'Erskan, et ce serait un retour à la case départ !!
Et toc, la fillette finit par dresser un constat peu flatteur mais néanmoins très juste : Ren sentait le goret. Dans la forêt, à ciel ouvert, ça avait été moins dérangeant. Mais là, dans cet espace clos et propre, c'etat dramatiquement flagrant. Un peu vexé, Ren grommela un "Oui, bon, c'est l'odeur de l'aventure, voilà." avant que Shara ne disparaisse a nouveau par la porte.

Elle l'avait invité à faire comme chez lui, mais ce fut difficile. Ren n'osait pas ! Oui, il etait crasseux et crotté, et il avait peur que s'il s'approchait pour attraper quelque bibelot, il finisse par y laisser des traces de doigts bien grasses. Même se tenir là immobile dans la pièce parfaitement bien tenue avait quelque chose de stressant : et si son odeur abominable de cochon finissait par impregner les tissus ? Oh la la...
Ren fit quelques timides pas et s'approcha du petit bureau qui devait sans doute permettre à Shara de s'adonner a des leçons d'ecritures, ou à faire de jolis dessins. Ren ne put reprimer l'envie d'attrapper un parchemin et d'ecrire a sa soeur. Juste quelques lignes, des encouragements, la promesse qu'il reviendrait la chercher, n'importe quoi... Mais les corbeaux messagers pouvaient être interceptés, et une missive de ce genre pouvaient mettre sa soeur dans le petrin : l'Ordre la punirait sans doute, ou bien l'empresserait, peut être a coup de badine, de dire tout ce qu'elle savait à propos de son frère fuyard...

Ren vit revenir Shara une première fois avec des vêtements et du linge. Il voulut lui proposer son aide, mais la courageuse fillette etait animée par le feu sacré de l'altruisme bienveillant et ressortit aussitôt. Ren fut sincèrement touché par son envie de faire tant et plus. Lorsqu'on était du petit peuple, on avait parfois, à tort ou à raison, une vision peu flatteuse de la noblesse. On jalousait, on enviait ceux qui naissaient et évoluaient dans le luxe, et on se disait que ceux qui avaient tout se souciaient bien peu de ceux qui avaient moins. Pour certains nobles, c'etait peut-être vrai. Mais ce soir, Shara la courageuse, Shara la juste montrait qu'il existait en Balaïa des gens de bonnes familles qui savaient traiter les pauvres en egaux. Nul doute que, si elle gardait en son coeur cette bienveillance, elle grandirait pour devenir de ces bien nés dont on chantait les louanges plutôt que de les trainer dans la boue.

La fillette revint en portant avec peine des seaux d'eau. Lorsqu'elle passa la porte, Ren s'élança pour l'aider a les porter vers un coin de la pièce. Emu, il lui sourit à nouveau et chuchotta, de peur qu'on l'entende peut-être :
- "Merci Shara, c'est vraiment très chouette de ta part !
Puis il aggripa sa chemise sale et s'interrompit, fronçant les sourcils. Il se tourna vers la petite fille et bredouilla :
- "Euh... Je vais..." Il tourna la tête et aperçut un paravent ouvragé reposant dans un coin. "Je vais prendre ça. Ce sera mieux."
Il attrapa le paravent et, toujours avec prudence pour faire le minimum de bruit, le traina pour le déplier et masquer les seaux d'eau.
Caché, a la lueur d'une bougie, il procéda à un lavage meticuleux, trop content de pouvoir se débarasser de l'odeur, des traces de boues, des trainées de terres. C'etait si simple, mais ça faisait tellement de bien de pouvoir à nouveau être propre ! Lorsqu'il vivait avec ses parents, il trouvait que les ablutions étaient une perte de temps. A quoi ça servait, puisqu'on finissait toujours par se salir à nouveau ? Se laver les cheveux etait une tâche d'un ennui mortel. Mais en cet instant, il aprecia le contact de l'eau propre sur sa tignasse terreuse, sur son visage crasseux. Vraiment, plus que jamais, que les Douze bénissent Shara et ses seaux d'eau !
Il s'essuya à l'aide d'une serviette et passa les vêtement gracieusement prêtés. Le tissu était beau, les habits confortables. Le garçon se saisit d'un petit peigne et ajouta la touche finale à sa transformation en donnant a sa coiffure une allure un peu plus respectable et moins hirsute. Il sortit de derrière le paravent, propre comme un sou neuf et ressemblant, pour une fois, à un petit noble.
- "Qu'est ce qu'on fait des seaux ? Et des serviettes ? On les laisse là ?" Demanda-t-il, un peu inquiet.
Désireux de pouvoir aider son hôtesse après ce qu'elle avait fait pour lui, il insista pour l'accompagner et ils allèrent tous les deux reporter les seaux et le linge de toilette à leur place habituelle, ni vus ni connus.

De retour dans la chambre, Ren alla s'asseoir sur la chaise du bureau.
"Je te promet que je resterai pas longtemps. T'imagine si on se fait attraper ? Tu te prendrai une fessée pas possible !" Fit-il, pas très positif ! "De toutes façons, 'faudra bien que je parte. Je veux aller dans le nord, le plus loin possible de Gresse. Et là, tu verras : j'aurai le temps de devenir un vrai aventurier."
Il eut un sourire confiant et fit un clin d'oeil à Shara.
- "Et toi, tu vas faire quoi quand tu seras grande ?" Demanda le garçon. Tout au long de leur périple, Shara n'avait pas montré une attitude "traditionnelle" de petite fille. Quand on était enfant, on faisait rarement ce qu'on voulait, et les adultes semblaient souvent libres de leur choix, libres de faire ce que bon leur semblait. Ren se demandait bien ce que Shara la garçonne ferait lorsqu'elle serait libre de s'émanciper de ses parents et de briser en morceaux cette harpe qu'elle haïssait tant... Mais serait-elle jamais vraiment libre ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
▲ DANS MA SACOCHE:
▲ CAPACITES:
▲ DISPONIBILITE RP:
Voir le profil de l'utilisateur http://thesongofravens.forumactif.org/t304-shara-morghun-she-s-brave-and-fearless http://thesongofravens.forumactif.org/t300-shara-l-armure-entre-
▲ MESSAGES : 121
▲ POINTS D'INFLUENCE : 193
▲ ÂGE : 42 ans
▲ RACE : Humaine
▲ STATUT SOCIAL : Noble
▲ LIEU : Gresse la plupart du temps, Orytte et parfois la Cour
▲ METIER OU OCCUPATION : Baronne
▲ ALLEGEANCE : La Couronne
▲ AVATAR & CREDITS : Lena Headey (Mina-Ligeia)
MessageRe: C'est celui qui dit qui l'est ! [Shara Morghun] 30/10/2017, 22:52
Renard s’était rendu compte qu’il ne pouvait pas se déshabiller ainsi devant la jeune fille sans malmener quelques règles de bienséance au passage, juste alors qu’il tirait déjà sur ses vêtements. Il décida ensuite d’amener les seaux d’eau derrière le paravent. Il s’y laverait là. C’était une bonne idée. Après tout ils n’étaient plus des enfants, il fallait être pudique en face des autres. Shara elle n’avait pas eu le temps de rougir mais elle ne put s’empêcher d’être un tantinet gênée, et même s’il était désormais hors de sa vue, elle lui tourna le dos. Elle avait gardé un seau pour elle et se lavait également, effaçant les quelques traces de boue que l’aventure avait laissées sur sa peau. Elle n’était évidemment pas aussi sale que Renard, alors se laver fut plus rapide que pour lui. Quand il revint, elle avait détaché ses cheveux, qui lui tombaient en longues mèches blondes sur les épaules, et elle les brossait avec application. En le regardant elle eut un moment de stupeur en le découvrant ainsi propre, soigné, vêtu comme un prince, et bien odorant. Elle en resta la main suspendue en l’air avec son peigne durant un bref instant. Apparemment sous la couche de crasse, il y avait un petit garçon très mignon. Et même si la jeune demoiselle ne s’intéressait pas encore aux damoiseaux, elle ne pouvait qu’être fascinée par le nouveau Ren qui était devant elle. Évidement rien de folichon, mais elle eut néanmoins un sourire rayonnant.
« Ca te va bien ! »
Il fallut ensuite porter tout de retour et Renard insista pour l’aider cette fois-ci, ce qui accéléra grandement l’opération, laissant ainsi les enfants revenir bien vite dans la chambre. Et tandis que Renard prenait place sur la chaise, elle se laissait tomber mollement sur le lit. Elle l’écoutait parler et elle avait envie d’en savoir plus. L’aventure en revanche l’avait fatiguée mine de rien. Il serait bientôt temps d’aller au lit pour être en forme le lendemain. Mais à la fois elle ne désirait pas dormir, et était bien partie pour se maintenir éveillée durant de longues heures.
Il lui disait qu’il ne resterait pas longtemps et qu’il voulait monter vers le nord, s’éloigner loin de Gresse, devenir un vrai aventurier. Shara elle avait des connaissances de géographie et savait situer les terres. Celle qui serait bien plus tard sa baronnie n’était à ce moment qu’un endroit au sud sur la carte, assez loin pour un petit garçon. Mais pourquoi voulait-il quitter Gresse ? Y vivait-il ? Et qu’y avait-il au nord ?
Tant de questions qui se soldèrent par une nouvelle que Renard lui posa.
Que voulait-elle faire plus tard ?
Elle eut une expression ravie qu’il lui demande cela.
« Je vais être une guerrière ! »
La spontanéité de la gamine était touchante, elle faisait sourire, une naïveté d’enfant qui faisait rire le maître d’armes, se moquer les adultes, et soupirer ses parents. Seul le premier s’appliquait vraiment à faire de son rêve une réalité. C’était comme Ren et son envie de devenir aventurier. Les possibilités ne semblaient pas très grandes, Ren finirait sans doute comme un mendiant, et elle mariée à un riche noble qu’elle n’aimerait point. Mais les gamins avaient le droit de s’imaginer autre chose que de tristes destins parce qu’ainsi ils lutteraient pour ne pas suivre ces chemins dont ils ne voulaient pas.
« J’aiderai les gens. »
Les yeux brillants elle s’imaginait chevauchant une monture, parcourant les plaines, affrontant un monstre.
« Je vivrai de grandes aventures comme toi ! »
Puis elle se tourna vers lui.
« Je n’ai pas peur, même des punitions, et si jamais on te trouve, je te défendrai. Tu m’as sauvée alors j’ai une dette envers toi. Alors ne t’inquiète pas, ce ne sera pas grave. »
Et elle ponctuait ses affirmations d’un geste de tête décidé.
« J’espère que tu restes un peu avec moi quand même avant de partir. »
Et elle rougit cette fois-ci parce qu’elle avouait tout bonnement qu’il ne voulait pas qu’il parte. D’ailleurs pourquoi devait-il s’en aller ? Est-ce qu’il ne pouvait pas rester à Erskan ? Elle pourrait repartir dans des aventures avec lui ! Ce petit moment de gène fut vite balayé alors qu’elle se reprenait.
« Alors, » poursuivit-elle, « Pourquoi est-ce tu veux quitter Gresse et où est-ce que tu vas dans le nord ?» Elle s'interrompit un moment. « Est-ce que ça a un rapport avec ta famille ? » demanda-t-elle soudain gênée.
Elle touchait un sujet sensible mais elle voulait savoir. Parce qu’elle s’intéressait à lui et qu’il était gentil. Elle était intriguée par lui. Pour la première fois, il lui semblait qu’elle avait un ami, une idée un peu idiote, vu qu’elle le connaissait depuis très peu de temps, mais les enfants étaient ainsi, et surtout Shara qui ne voyait quasiment pas de gamins de son âge.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
▲ DANS MA SACOCHE:
▲ CAPACITES:
▲ DISPONIBILITE RP:
Voir le profil de l'utilisateur http://thesongofravens.forumactif.org/t316-ren-loukos http://thesongofravens.forumactif.org/t303-ren-loukos
▲ MESSAGES : 65
▲ POINTS D'INFLUENCE : 206
▲ ÂGE : 44
▲ RACE : Humain
▲ STATUT SOCIAL : Ne roule pas sur l'or, mais noble de par la fonction.
▲ LIEU : En route pour Parve, bloqué dans un tunnel !
▲ METIER OU OCCUPATION : Capitaine des lanciers de Viniel
▲ ALLEGEANCE : Le Culte des Douze
▲ AVATAR & CREDITS : Pedro Pascal
MessageRe: C'est celui qui dit qui l'est ! [Shara Morghun] 1/11/2017, 00:57

Le rêve de Shara était si simple et pourtant si compliqué...
Lorsqu'elle afficha sa mine ravie et déclama qu'elle voulait devenir guerrière, Ren ne put s'empêcher de sourire également. Son enthousiasme faisait plaisir à voir, c'était vraiment réjouissant de voir quelqu'un de si petit avec une si grande et précise conviction ! On ne pouvait alors que lui souhaiter toute la réussite du monde, même si, il fallait l'avouer, ce n'était pas un rêve commun pour une petite fille.
Elle se voyait en guerrière, aidant le peuple comme elle avait aidé Ren ce soir, vivant de grandes aventures comme Ren n'en avait, en fin de compte, jamais vraiment vécu. En tout cas, elle ne manquait pas de bravoure, et affirma à nouveau son courage en faisant fi d'éventuelles réprimandes de la part de ses parents.
- "T'as plus de dette envers moi, patate, tu m'héberges alors que t'étais pas obligée. Pour moi, la dette est payée !" Fit-il lorsqu'elle mentionna ce qu'elle devait au garçon.
- "J’espère que tu restes un peu avec moi quand même avant de partir." Ajouta-t-elle ensuite en rosissant, ce qui fit sourire Ren. Il n'était pas moqueur, il était simplement ravi que les choses se soient arrangées entre eux que que Shara appréciait sa présence. C'était réconfortant, lui qui avait voyagé quasiment seul et qui avait failli se faire attraper et corriger tant de fois lorsqu'il avait volé sa pitance à divers commerçants sur son chemin.

Enfin, la baronnette fit preuve d'une curiosité toute naturelle chez les enfants, eux qui ne ressentaient pas le besoin de se plier aux conventions de politesse et de discrétion que l'on pouvait voir dans les cours des baronnies. Elle voulut en savoir plus sur lui. C'est vrai, elle avait croisé ce garçon hirsute qui lui avait débité un monceau de mensonge, et maintenant que l'orage était passé, elle se rendait compte qu'elle ne connaissait rien de lui. A mesure qu'elle parlait, Ren se rendit compte que lui aussi avait une foule de question à poser à Shara. Les belles et longues amitiés étaient après tout basées sur la curiosité et l'envie d'en connaitre plus sur l'autre !

"Bon, je vais te dire : En fait je viens d'Orytte. C'est plus au sud que Gresse, c'est une ville pleine de marchands. Mes parents, ils étaient tanneurs, et moi aussi d'ailleurs. Enfin, pas aussi bien qu'eux, mais j'apprenais et j'aidais, et tout." Commença Ren, ses yeux se perdant un peu dans le vague alors qu'il parlait de sa vie d'avant. "Et en fait, mes parents ont été attrapés par l'Ordre des Inquisiteurs et ils les ont brûlés sur un bûcher parce qu'on priait les Douze. Et moi et ma soeur on les a vus partir en cendre, c'était... C'était horrible, je te jure, horrible... Et après, ensuite, l'Ordre nous a embarqués, et ils nous ont mis dans un orphelinat, mais j'avais pas envie de rester chez eux parce qu'ils avaient tué mes parents. Un soir j'ai pu m'échapper, mais j'ai eu trop peur de prendre ma soeur avec moi, parce que j'avais une opportunité et peut être pas assez de temps pour la sauver aussi. J'ai été trop nul. Et je veux aller le plus loin possible de Gresse, ou de toute ville ou y a l'Ordre. Je veux essayer de devenir vraiment fort et le meilleur épéiste de tout les temps, pour retourner à Gresse et libérer ma soeur, et tous les orphelins. Et p't'être que j'arriverais à lever une armée, et que j'irais écraser l'Ordre. Voilà."

Mais que faisait-il ! Il commettait une incommensurable imprudence ! Il venait de dévoiler son dégoût pour une religion établie comme dominante dans la plupart du territoire estrien ! Quelle idiotie. Il ne savait presque rien de Shara, peut-être la fillette était-elle une fervente croyante qui soutenait l'inquisition... L'on voyait souvent les enfants accepter la religion sans forcément chercher à remettre en question ce que les adultes croyaient dur comme fer. Shara pourrait très bien considérer Ren comme un mécréant et, souhaitant bien faire pour l'aider à obtenir le salut, pourrait tout aussi bien parler de lui à ses parents ou à l'Ordre. Ces deux enfants se connaissaient si peu, aucune hypothèse n'était à exclure, et Ren venait sans doute d'en dévoiler un peu trop.
Mais ça lui avait fait tant de bien... C'était comme une thérapie de quelques secondes au cours de laquelle il pouvait enfin parler à quelqu'un de ce qu'il avait vécu, et de la haine qu'il ressentait envers ceux qui lui avaient tout pris. Même s'il avait voulu s'interrompre, il n'aurait peut-être pas pu : les mots étaient sortis quasiment tout seul de sa bouche, suivant le train de sa pensée qui voulait s'exprimer librement, juste pour une fois. Il allait devoir vivre seul et caché pendant il ne savait combien de temps encore...

Il avait relevé la tête fièrement alors qu'il avait déclamé sa tirade. Ses yeux étaient humides et menaçaient de laisser couler à nouveau des larmes de colère. Il sentait bien qu'il n'arriverait jamais vraiment à se départir d'une certaine hargne envers lui, envers l'Ordre, envers la vie à chaque fois qu'il mentionnerait ce chapitre de sa vie. Il renifla et se passa la manche sur les yeux pour les essuyer. Lorsqu'il abaissa le bras, il avait retrouvé un discret sourire d'espoir. Décidément, il refusait de se laisser abattre ! Il reprit, plein d'assurance :
"Ca sera pas facile, mais j'y arriverai ! Après tout, j'ai bien réussi à m'échapper et vivre tout seul comme un grand pour le moment, y a pas de raison que ça s'arrète !"

Il tourna la tête vers Shara, prêt à faire face à tout ce qu'elle pourrait lui dire. Bien sûr, il espéra qu'il s'agisse de soutien ou d'encouragements, et non pas d'une quelconque menace de le renvoyer vers l'Ordre !

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
▲ DANS MA SACOCHE:
▲ CAPACITES:
▲ DISPONIBILITE RP:
Voir le profil de l'utilisateur http://thesongofravens.forumactif.org/t304-shara-morghun-she-s-brave-and-fearless http://thesongofravens.forumactif.org/t300-shara-l-armure-entre-
▲ MESSAGES : 121
▲ POINTS D'INFLUENCE : 193
▲ ÂGE : 42 ans
▲ RACE : Humaine
▲ STATUT SOCIAL : Noble
▲ LIEU : Gresse la plupart du temps, Orytte et parfois la Cour
▲ METIER OU OCCUPATION : Baronne
▲ ALLEGEANCE : La Couronne
▲ AVATAR & CREDITS : Lena Headey (Mina-Ligeia)
MessageRe: C'est celui qui dit qui l'est ! [Shara Morghun] 3/11/2017, 18:04
Shara avait encore une vision quelque peu biaisée du monde dans lequel ils vivaient, elle qui ne quittait quasiment pas les murs de sa demeure, elle qui n’était restée que dans le monde des riches, elle qui était une enfant, que l’on écartait de toute haine. On la ménageait tout le temps. On lui donnait également une version subjective du monde. Celui-ci ne correspondait pas à celui qu’avait Ren, orphelin livré à lui-même, et malgré son jeune âge, déjà recouvert de cicatrices, non pas de celles qui restaient sur la peau, mais d’autres bien plus profondes.
Elle l’écouta en silence, et au fur et à mesure de son récit, perdait de son enthousiasme.
L’aventure, l’amusement, l’insouciance, tout cela se fanait lentement, alors que Ren lui dépeignait une existence difficile.
Il avait pourtant bien débuté, avant que l’Ordre ne vienne mettre son nez dans son foyer, et qu’il ne se fasse repérer comme impie.
Si notre jeune héros trouva dans son histoire une façon de s’alléger l’esprit le temps d’une soirée, ce ne fut pas sans risque. En effet il n’était plus dans la bulle qu’était sa demeure. Et chez Shara, l’Ordre était également important. De même le Culte des Douze n’était pas apprécié, voir même totalement inconsidéré, et si l’on trouvait le garçon, il était plus que sûr que l’on le renverrait d’où il venait. Shara elle était élevée dans les traditions de l’Ordre, mais heureusement pour son coéquipier, elle ne trouvait pas cela important, et elle ne courut pas le dénoncer.
Et même encore naïve et jeune, elle n’en était pas pour autant dépourvue de bon sens, et l’annonce du sort réservé à Ren, et surtout à ses parents, la fit frémir. Faire brûler les gens qu’est-ce que c’était affreux ! Elle ne parvenait pas à se l’imaginer.
On lui avait dit que le Culte des Douze était à éviter, et de toute évidence, ils étaient les méchants de l’histoire.
Mais malgré ce qu’on lui avait dit, elle ne pouvait pas s’imaginer que cela soit vrai, et elle se fendait d’un avis, celui que Ren n’avait pas mérité une pareille existence. De plus, et même avant qu’il ne débarque, elle n’avait jamais vraiment pensé à tout cela. Ces différences de culte la laissaient indifférentes, et mieux encore, ses propres traditions ne l’intéressaient pas vraiment. Pratiquante mais sans grande conviction. Elle n’en avait jamais vu l’intérêt, trouvant dans d’autres aspects de la vie de quoi mieux s’amuser, et surtout moins d’interdits. Parce que l’Ordre avait tendance à trouver mauvais tout ce qui dans la vie était agréable. Alors forcément la gamine, pas très réceptive aux règles, avait développé une aversion à ces traditions. Et quand elle entendait Ren, l’idée qu’il puisse être fautif ne l’effleura même pas, pas un seul instant.
En revanche elle savait ce que Ren risquait s’il était pris et cela fit monter d’un cran les conséquences de le dissimuler.
Elle ne se dégonfla pas et prit sur elle de le garder d’autant plus, comme si elle se faisait soudain un devoir de l’aider, au-delà de simplement lui offrir un toit, mais bel et bien de le dissimuler aux yeux de ceux qui lui avaient fait du mal.
« C’est vraiment pas juste ce qu’il t’est arrivé et c’est normal que tu veuilles t’éloigner de Gresse. »
Elle se sentait peinée de le voir triste et aurait voulu dire des mots réconfortants, mais elle ne savait pas lesquels, alors elle eut un sourire triste.
« J’espère que tu trouveras un endroit où rester. »
Erksan n’était sûrement pas l’endroit indiqué et même si elle aurait voulu s’en faire un bon ami, elle n’avait pas pour autant envie qu’il soit remis dans un orphelinat, et qu’il soit obligé de vivre avec ceux qu’il n’aimait pas.
« Et que ces gens seront punis. »
Evidemment, dans sa tête, elle ne mesurait pas l’étendue de ce qu’elle disait, s’imaginant sans doute qu’il n’y avait pas tellement de méchants, et pour l’instant, elle leur en voulait juste parce que Renard était triste.
« Et pour ta sœur, » rajouta-t-elle, « qu’est-ce que tu vas faire ? Tu ne la verras plus. Est-ce qu’elle ne va pas te manquer ? »
La réponse semblait logique et Shara, mieux que personne, pouvait comprendre le sentiment, elle qui tenait à sa famille.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
▲ DANS MA SACOCHE:
▲ CAPACITES:
▲ DISPONIBILITE RP:
Voir le profil de l'utilisateur http://thesongofravens.forumactif.org/t316-ren-loukos http://thesongofravens.forumactif.org/t303-ren-loukos
▲ MESSAGES : 65
▲ POINTS D'INFLUENCE : 206
▲ ÂGE : 44
▲ RACE : Humain
▲ STATUT SOCIAL : Ne roule pas sur l'or, mais noble de par la fonction.
▲ LIEU : En route pour Parve, bloqué dans un tunnel !
▲ METIER OU OCCUPATION : Capitaine des lanciers de Viniel
▲ ALLEGEANCE : Le Culte des Douze
▲ AVATAR & CREDITS : Pedro Pascal
MessageRe: C'est celui qui dit qui l'est ! [Shara Morghun] 7/11/2017, 18:37

- "C’est vraiment pas juste ce qu’il t’est arrivé et c’est normal que tu veuilles t’éloigner de Gresse." Commença Shara, la sincérité palpable sans ses mots et son expression. "J’espère que tu trouveras un endroit où rester, et que ces gens seront punis.
- Ben, j'espère aussi, mais des fois, c'est comme ci les méchants qui devaient être punis le sont jamais, c'est pas juste..." répondit Ren, encore trop jeune pour comprendre la complexité du monde des adultes.
- "Et pour ta sœur, qu’est-ce que tu vas faire ? Tu ne la verras plus. Est-ce qu’elle ne va pas te manquer ?
- Si, évidemment qu'elle va me manquer, mais qu'est-ce que je peux faire ? Si je retourne là bas pour la libérer et que je me fais attraper, tout ça aura servi à rien. Donc je vais m'entraîner, devenir fort, et la libérer ! Ou alors, je deviendrai super riche et je me payerai une armée. Il parait qu'il y a une école de chevaliers à Pontois. Peut être j'irais là-bas, et si ils veulent pas de moi, je trouverai bien quelqu'un qui me prendra comme apprenti ou ecuyer !"

Shara venait de tourner sans le vouloir le couteau dans la plaie un peu plus. Oui, il savait bien qu'il n'allait plus voir sa soeur pendant un certain temps, peut être des années. Et que c'était sa faute. Qu'aurait pensé ses parents de sa fuite solitaire ? Les Loukos avaient été une famille unie, et voilà que le premier fils avait fait preuve d'un instinct de survie égoïste et s'était carapaté en abandonnant la petite dernière, bravo...
Mais le mal était fait, et ça ne servait à rien de continuer à se morfondre. Il avait toujours été un garçon plein d'energie et tentait de voir un aspect positif en toutes choses, et il fallait maintenant plus que jamais essayer de tirer parti de la situation :
Sa soeur avait toujours été d'un calme et d'une patience exemplaire et se plaignait peu. Alors que Ren s'était aussitôt senti comme un oiseau dans une cage trop étroite, elle semblait avoir toléré leurs premières années à l'orphelinat beaucoup mieux que lui. Bien sûr, il y avait toujours eu une certaine tristesse dans ses yeux et elle avait été avare en sourires, mais Ren ne l'avait quasiment jamais entendue se plaindre. Elle avait enduré. En attendant que son impétueux frère la libère, peut-être arriverait-elle à surmonter la douleur, ferait-elle son deuil, et parviendrait-elle à grandir en faisant contre mauvaise fortune bon coeur...
Quant à Ren, il fallait qu'il reconnaisse qu'avoir réussi à s'échapper était déjà en soi un tour de force, même s'il n'avait pas emmené sa soeur avec lui. Contrairement à Shara, par exemple, il pouvait faire ce que bon lui semblait et jouissait d'une liberté que peu d'enfant de son âge connaissaient. Bien sûr, le danger était constant, le monde était vaste et parfois cruel, mais il avait déjà fait preuve de débrouillardise en parvenant à rejoindre Erskan par ses propres moyens. Rien n'indiquait qu'il ne pourrait pas atteindre le but peut-être un peu trop ambitieux qu'il s'était fixé, après tout. S'il y mettait du coeur et de l'énergie (ce qu'il avait à revendre), alors oui, il pourrait devenir un grand et fort gaillard, et il pourrait tenter de rectifier son erreur en retournant voir sa soeur et éventuellement la libérer.

Le ventre de Ren émit un très léger gargouillis qu'il camoufla en croisant ses bras par dessus. La faim commençait à se faire sentir, mais il ne voulait pas exposer Shara à d'avantage de danger en lui demandant s'il pouvait aller en cuisine pour se trouver de quoi manger. Désireux de changer de sujet pour s'occuper l'esprit et oublier le ventre, ce fut à son tour d'essayer d'en savoir plus sur son hôte, de façon maladroite  :
"Ca doit être difficile de pas vouloir être comme une vraie fille... Si ça te plait pas, peut-être que tu devrais t'enfuir avec moi, on s'amuserait bien ! Tes parents te forcent à apprendre des trucs de Dame, alors ? Tu sais faire la révérence et danser comme les belles filles des bals ?"
Alors que Shara commençait à répondre, Ren s'était levé et, tout en l'écoutant, les mains sur les hanches, entama un petit quadrille malhabile de petit noble qui n'avait absolument aucune idée de comment danser convenablement. A nouveau, son ventre gargouilla, plus fort cette fois. N'y tenant finalement plus, il fit preuve d'une légère rudesse en ne répondant pas immédiatement à ce que Shara venait de dire. Il comptait bien réagir, mais il fallait absolument qu'il aborde un sujet qui prenait de plus en plus d'ampleur :
"Euh... Désolé de t'interrompre, mais, euh... Tu aurais pas quelque chose à manger ?" Lui demanda-t-il, regardant ses pieds d'un air un peu penaud.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
▲ DANS MA SACOCHE:
▲ CAPACITES:
▲ DISPONIBILITE RP:
Voir le profil de l'utilisateur http://thesongofravens.forumactif.org/t304-shara-morghun-she-s-brave-and-fearless http://thesongofravens.forumactif.org/t300-shara-l-armure-entre-
▲ MESSAGES : 121
▲ POINTS D'INFLUENCE : 193
▲ ÂGE : 42 ans
▲ RACE : Humaine
▲ STATUT SOCIAL : Noble
▲ LIEU : Gresse la plupart du temps, Orytte et parfois la Cour
▲ METIER OU OCCUPATION : Baronne
▲ ALLEGEANCE : La Couronne
▲ AVATAR & CREDITS : Lena Headey (Mina-Ligeia)
MessageRe: C'est celui qui dit qui l'est ! [Shara Morghun] 8/11/2017, 23:19
Ne pas revenir tout de suite, s’éloigner pour éviter d’être retrouvé, et le faire un jour, lorsqu’il serait prêt. De toute évidence il avait déjà réfléchi à la question. Shara en revanche avait laissé s’exprimer toute son impulsivité, mais maintenant qu’il lui expliquait pourquoi il ne voulait pas rentrer, cela avait beaucoup plus de sens. Il parlait de devenir chevalier et forcément ça impressionnait la jeune baronne, qui voyait dans cette illusion son propre rêve. Elle en avait déjà vus des grands chevaliers, tous vêtus de leurs armures étincelantes, montant au rythme des sabots de leurs montures contre le sol, et ils s’agenouillaient devant sa famille, jurant hardiesse aux barons. Pour elle tous ces chevaliers ne pouvaient que suivre le code d’une noblesse de cœur. Et elle les admirait avec ses yeux naïfs. Alors bien entendu que c’était une bonne idée que Ren tente d’en devenir un.
Quel dommage qu’il doive s’en aller ! Elle aurait pu l’aider et le présenter au maître d’armes, qui aurait pu lui montrer comment on faisait, et même l’engager pourquoi pas ! C’était fort peu probable qu’il le fasse, puisque après tout, Ren n’était pas fortuné, mais qui sait, un bon coup de piston…
Elle laissa de côté ses histoires invraisemblables lorsque Renard changea la discussion en s’intéressant cette fois-ci à elle, et voulait en savoir plus sur la jeune demoiselle, sur son côté garçon manqué. Il était vrai que c’était étonnant. Il rajouta l’air de rien qu’elle pourrait venir avec lui. Peut-être qu’elle en avait assez d’être enfermée. Sans doute voulait-elle se donner les moyens d’aller plus loin, et pourquoi pas avec lui, pouvait-elle le faire. Après tout rien ne l’empêchait de s’enfuir comme elle l’avait fait cette nuit. Elle serait alors sans entrave face à ses rêves d’aventure.
Cette phrase pourtant tellement déclamée sans réel sérieux, puisqu’il ne s’était pas attardé dessus visiblement, et il parlait de danse, tout en se levant pour montrer tous ses talents. Tout le flot des pensées qui se faisait une place dans son esprit fut troublé, et elle ne put s’empêcher de rire en le voyant déambuler de cette façob. Il ne dansait pas très bien mais il était drôle.
« Je sais danser alors je peux t’apprendre tu sais. »
Ce n’était parce qu’elle voulait devenir une guerrière qu’il fallait forcément rejeter tous les aspects de la vie d’une noble. Même si son intérêt restait limité, elle appréciait parfois d’effectuer quelques pas. C’était comme un jeu. Mais alors qu’elle parlait, Renard l’avait alors interrompue, en lui disant qu’il voulait manger.
Elle se redressa d’un bond.
« Oh mince pardon ! »
Elle aurait du y penser plus tôt ! Ren était tout seul ! Comment aurait-il pu avoir de quoi manger, alors qu’il était orphelin, sans le sou, livré à lui-même ! Quelle mauvaise hôte elle était !
« Il y a de quoi manger dans la cuisine ! »
Elle lui fit signe de le suivre.
« Il faudra faire très attention, parce qu’on va passer près des quartiers des domestiques, alors il ne faudra faire aucun bruit. »
Elle précéda Renard dans les couloirs jusqu’à la cuisine, où elle se rendit directement jusqu’aux placards, qu’elle atteignit en tirant une chaise. Juchée dessus elle se mit sur la pointe des pieds et ouvrit l’une des armoires. Trop petite elle dut s’y reprendre à plusieurs fois pour tout atteindre.
« Tu veux quoi ? »
Et elle lui tendait en même temps plusieurs choses, du pain et des fruits, des restes de la journée, parce qu’elle ne savait pas ce que voulait Renard, et aussi parce qu’en voyant tous ces bons aliments, elle avait envie d’en avaler aussi. Une petite fringale de nuit s’installait alors qu’elle prenait place en face de Ren à table. Le garçon lui se jeta sur la nourriture comme s’il n’avait pas mangé depuis plusieurs jours, ce qui était sans doute le cas, et il s’en barbouillait le visage. Shara avait attrapé un morceau de viande et grignotait avec application, tout en le regardant. Elle souriait en le voyant comment il se démenait. Mais elle restait silencieuse, ne pouvant s’empêcher de repenser à ses paroles, qu’il avait dites un peu plus tôt. Tu pourrais partir avec moi. Jusqu’à présent elle ne s’était éloignée que très peu de sa demeure. Les escapades nocturnes étaient de minuscules victoires, déjà importantes pour quelqu’un de son âge, mais qu’étaient-elles face à la liberté que lui montrait Renard ? Cela paraissait impensable, mais plus elle y réfléchissait, plus l’idée s’esquissait comme une possibilité. L’idée était aussi effrayante que fascinante.
« Dis, est-ce que ce que tu disais avant, tu le pensais vraiment ? »
Elle le regardait avec un étrange mélange d’émerveillement, de fébrilité et d’incrédulité. Il lui avait proposé de partir à l’aventure. Il lui avait proposé de s’enfuir avec lui ! Elle ne le prendrait pas à la légère !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
▲ DANS MA SACOCHE:
▲ CAPACITES:
▲ DISPONIBILITE RP:
Voir le profil de l'utilisateur http://thesongofravens.forumactif.org/t316-ren-loukos http://thesongofravens.forumactif.org/t303-ren-loukos
▲ MESSAGES : 65
▲ POINTS D'INFLUENCE : 206
▲ ÂGE : 44
▲ RACE : Humain
▲ STATUT SOCIAL : Ne roule pas sur l'or, mais noble de par la fonction.
▲ LIEU : En route pour Parve, bloqué dans un tunnel !
▲ METIER OU OCCUPATION : Capitaine des lanciers de Viniel
▲ ALLEGEANCE : Le Culte des Douze
▲ AVATAR & CREDITS : Pedro Pascal
MessageRe: C'est celui qui dit qui l'est ! [Shara Morghun] 14/11/2017, 22:16


Shara prit vaillamment la tête de l'expédition cuisine, et mit son invité en garde de la proximité des quartiers des domestiques.
"Oui, t'inquiète," la rassura Ren. "Je serai prudent !"
Sur ce, il ferma sa grande bouche et suivit la baronnette dans les dédales des couloirs sombres. Décidément, l'aventure ne s'arrêtait jamais !

Une fois arrivés, les deux enfants se rapprochèrent des placards et Shara tira une chaise pour les atteindre.
"Oh, euh, je sais pas, peu importe !" répondit le garçon à la question sur ses préférences. Il faisait courir bien assez de risques comme ça à Shara, il ne pouvait pas se permettre d'être exigeant, et encore moins de demander qu'elle lui fasse cuire une pièce de boeuf. Docilement, il attrapa ce que lui tendait la fillette, et chaque aliment qu'il touchait pour le poser sur la table à proximité lui donnait encore plus faim. Son hôtesse dut estimer qu'il y avait assez pour deux et descendit de la chaise pour rejoindre Ren à la table où il s'était installés. C'en était assez, l'heure n'était plus à la politesse : affamé, Ren se jeta sur un pain dodu qu'il rompit pour mordre dedans à pleine dents. En cet instant, il apprécia toute la délicieuse simplicité du pain, un aliment qui ne payait pas de mine mais qui valait un festin de roi quand on avait tant faim ! Le garçon jeta aussi un sort à une pauvre grappe de raisins sans défense, dont il arracha une pleine poignée de grains avant de se les fourrer dans la bouche, prenant à peine le temps de mâcher. Il avait définitivement l'air d'un goret, à baffrer ainsi sans ménagement ! Se jurant de s'excuser auprès de Shara dans quelques minutes pour ses douteuses manières de table, il mit néanmoins les bouchées doubles et boulotta des tranches de rôti froides.

La baronnette avait gardé ses manières, elle, et finit de bien mâcher et d'avaler sa bouchée de viande avant de lui poser une question :
- "Dis, est-ce que ce que tu disais avant, tu le pensais vraiment ?
- De quoi ?" Questionna Ren à son tour, la bouche pleine, avant de se souvenir. "Oh, de che que tu devrais venir avec moi ? Bien shûr que je le penshais, pourquoi pas après tout ? Shi t'es pfas heureuje ichi-" Le garçon avala finalement ce qu'il mâchonnait en parlant. "Pardon. Si t'es pas heureuse ici, alors, suis-moi ! Regarde, moi, je trouvais qu'à l'orphelinat, c'était l'enfer, alors je suis parti. Tu pourrais faire pareil, t'es forte après tout, non ? Bon, après je t'ai pas tout raconté, c'était pas facile non plus. Je dors mal, souvent à même le sol, je dois me cacher tout le temps, hier j'ai voyagé avec des cochons -C'est pour ça que je sentais pas bon, d'abord- pis des fois j'ai rien pour manger, donc je dois voler. Je sais que c'est pas bien et que je devrais pas mais... Soit je vole, soit je meurs, le choix est vite fait !"
Tout en parlant, il avait attrapé un pot de miel qu'il avait ouvert avant d'y plonger une grande cuillère en bois pour se la fourrer dans la bouche. Encore une fois, il parla sans avaler, la bouche pâteuse de miel dont un peu lui coula sur le menton.
- "Une fois, ma mère m'a dit que les filles nobles comme toi, elles épousaient d'autres nobles et parfois elles avaient pas envie... C'est vrai ? Toi aussi tu vas devoir faire ça ? Tu sais déjà qui tu vas épouser ?"
La question était indélicate, mais Lorsque la mère de Ren lui avait expliqué le dilemme des bien nés qui se mariaient par convenance plutôt que par envie, il avait trouvé ça idiot. Il était un petit garçon, et pour lui, le mariage dans son ensemble (et l'amour de manière générale) était quelue chose de stupide et dégoutant.

Alors que Shara finissait patiemment de répondre aux questions de son invité, un bruit se fit entendre à la porte. Les enfants l'ignoraient, mais une des domestiques avait eu du mal à trouver le sommeil, persuadée qu'elle avait laissé quelques chandelles allumées en cuisine. S'étant levée de son lit, elle s'apprétait maintenant à entrer afin de vérifier son possible oubli. Ren se figea et ouvrit des yeux ronds. Il se releva brutalement et fit tomber le pot de miel qui se fracassa au sol. Sous la panique, il fit un "Oh non !!" sans doute un peu trop fort, avant de se cacher bêtement sous la table. Il était fait comme un rat !!

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
▲ DANS MA SACOCHE:
▲ CAPACITES:
▲ DISPONIBILITE RP:
Voir le profil de l'utilisateur http://thesongofravens.forumactif.org/t304-shara-morghun-she-s-brave-and-fearless http://thesongofravens.forumactif.org/t300-shara-l-armure-entre-
▲ MESSAGES : 121
▲ POINTS D'INFLUENCE : 193
▲ ÂGE : 42 ans
▲ RACE : Humaine
▲ STATUT SOCIAL : Noble
▲ LIEU : Gresse la plupart du temps, Orytte et parfois la Cour
▲ METIER OU OCCUPATION : Baronne
▲ ALLEGEANCE : La Couronne
▲ AVATAR & CREDITS : Lena Headey (Mina-Ligeia)
MessageRe: C'est celui qui dit qui l'est ! [Shara Morghun] 18/11/2017, 21:20
Shara s’était maintenant perdue dans ses pensées, et elle avait oublié qu’ils ne pouvaient pas rester longtemps ici, parce que c’était un endroit où tout le monde passait, et que même à une heure aussi tardive, il pouvait toujours y avoir une personne qui comme eux, voulait se servir de quoi manger. Au contraire elle n’y pensait plus. Elle était totalement concentrée sur ce que lui disait son coéquipier. Elle l’écoutait d’abord heureuse de l’entendre dire qu’il n’y avait pas de problème qu’elle vienne. Si elle en avait assez de son existence, elle pouvait tout simplement venir. Quelle bonne idée que celle-ci ! Quelle sensation de liberté qui s’esquissait soudain devant elle ! Plus de punition stupide ! Plus de règles à suivre ! Mais tout n’était peut-être pas aussi évident qu’elle s’imaginait. Et dans les paroles de Renard l’idée passait de reluisante à plutôt terne. La liberté était teintée soudain d’obstacles qu’elle n’avait pas envisagés. On dormait très mal, on ne mangeait pas à sa faim, on devait même voler. Cette dernière option était de loin la pire. Les voleurs étaient très mal vus et elle ne voulait pas être quelqu’un qui ne respectait pas les règles.
Une nouvelle perspective pas très encourageante. Soudain l’enthousiasme venait de retomber, et cela ne s’arrangea pas avec la suite. Renard venait de lui énoncer le futur qui l’attendait, les filles nobles mariées à des riches de leurs rangs, parce que de toute évidence on ne pouvait pas se lier à un pauvre, mais cela venait avec un inconvénient, celui d’être obligée de faire ce que l’on ne voulait pas.
Evidemment à son âge, la petite fille n’avait pas encore de prétendant, mais d’après les dires de ses parents, cela n’allait pas tarder.
Rien que d’y penser, cela lui arrachait une grimace.
« Je pense que je vais devoir épouser un noble mais j’ai vraiment pas envie. »
Elle disait cela avec un air vaguement dégoûté car elle non plus n’avait pas vraiment d’affinité avec tout ce qui était en rapport avec les garçons. On lui en avait parlé. Ses parents avaient déjà expliqué ce qu’on attendait d’elle.
On allait pas se mentir, cela ne l’enchantait guère, et elle ne se fit pas prier pour en parler.
« C’est mon frère qui va hériter de la baronnie, et ma sœur et moi, il faudra qu’on trouve un riche noble à épouser. Mais tu sais, si je viens avec toi, j’aurais pas besoin ! Je sais pas tellement en fait. C’est vrai que vivre comme toi ça n’a pas l’air très marrant. Toi est-ce que tu vas épouser quelqu’un ? »
Sa question resta sans réponse alors que de l’autre côté de la porte, un bruit s’était fait entendre. Il y avait une personne derrière, qui était en train d’ouvrir, et qui allait les surprendre. Renard se leva sans attendre et dans la panique fit tomber le pot de miel. Tandis qu’il fonçait se mettre à l’abri sous la table, Shara s’était levée à son tour et fixait le battant qui s’ouvrait.
« Qui est là ! »
La domestique passa le seuil, l’air excessivement méfiant, et son regard se fixa immédiatement sur la seule personne qui était restée debout.
« Dame Shara qu’est-ce vous faites debout à cette heure ? Ce n’est pas raisonnable ! En plus avec toute cette nourriture ! Et vos habits alors ! Est-ce que vous êtes encore sortie dehors ! Vos parents ne vont pas être heureux de savoir !...Mais qu’est-ce…. ! »
De Shara à sous la table, il n’avait pas fallu longtemps pour qu’elle repère la silhouette tapie dessous, qui s’était dissimulée tant bien que mal, mais qui n’avait pas échappé à son œil fureteur. Il y avait là, à sa grande surprise, un jeune garçon qu’elle n’avait jamais rencontré. Et qui était avec Shara ! Cette dernière venait de bouger et de se planter devant elle, et la domestique afficha un air sérieux, que la demoiselle défia.
« - Dame Shara vous avez ramené un étranger chez nous !
- Ce n’est pas un étranger c’est mon ami !
- Vous ne pouvez pas ramener des gens !
- Ah bon pourquoi pas ?
- Parce que c’est interdit !
- Je suis chez moi, je fais ce que je veux !
- Et vos parents le savent-ils ?
- N...Évidemment qu’ils le savent ! »
L’air suspicieux de la domestique révélait qu’elle ne croyait pas du tout au mensonge de Shara, qui mentait vraiment très mal, et qui n’avait pas encore trop d’assurance. Elle passa devant la baronne et se pencha sous la table pour attraper l’intrus. Le sortant de sa cachette, elle le planta devant Shara.
« - Je ne vous crois pas dame Shara ! Ce n’est pas bien de mentir ! Dites moi donc qui il est !
- Lâchez mon ami tout de suite !
- Pas tant que vous ne m’aurez pas tout dit ! »
Le ton montait de part et d’autres, et les attaques fusaient, la grande contre la petite, et cette dernière virait lentement au cramoisi, pas vraiment satisfaite de la réaction de la domestique.
« - Si vous dites quoi que ce soit…. !
- Qu’allez donc vous faire ?
- Je vais dire que vous avez volé….je vous ai vue plusieurs fois ! »
La femme blêmit soudain.
« Quoi… ? 
Lui revenaient en mémoire ses larcins dans la demeure, qu’elle avait pensé discrets, mais qui avaient visiblement été découverts. Cet instant d’hésitation ne l’aida pas. Elle avait montré ses cartes. Shara en profita pour s’engouffrer dans la brèche.
« Si vous ne dites rien sur lui, je ne dirai rien sur vous, je n’ai rien dit jusqu’à présent, mais ça pourrait changer ! »
C’était un bien grand chantage de la part d’une si petite fille, mais l’heure était grave, et elle ne comptait pas voir la domestique filer, et tout raconter à tout le monde. Si cela arrivait, elle pouvait dire adieu à ses rêves. A ceux de Ren également. Alors malgré le silence pesant, elle ne flancha pas, et garda une expression déterminée.
« Très bien dame Shara. »
La domestique toute penaude ne rajouta rien, et la petite s’empressa de la faire partir, et lorsque cela fut fait, la noble se tourna vers Ren.
« Est-ce que ça va ? Il vaudrait mieux qu’on prenne de quoi manger et qu’on range le reste. Ce n’est pas très sûr de rester ici. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
▲ DANS MA SACOCHE:
▲ CAPACITES:
▲ DISPONIBILITE RP:
Voir le profil de l'utilisateur http://thesongofravens.forumactif.org/t316-ren-loukos http://thesongofravens.forumactif.org/t303-ren-loukos
▲ MESSAGES : 65
▲ POINTS D'INFLUENCE : 206
▲ ÂGE : 44
▲ RACE : Humain
▲ STATUT SOCIAL : Ne roule pas sur l'or, mais noble de par la fonction.
▲ LIEU : En route pour Parve, bloqué dans un tunnel !
▲ METIER OU OCCUPATION : Capitaine des lanciers de Viniel
▲ ALLEGEANCE : Le Culte des Douze
▲ AVATAR & CREDITS : Pedro Pascal
MessageRe: C'est celui qui dit qui l'est ! [Shara Morghun] 21/11/2017, 19:02


"Moi ? Epouser quelqu'un ?" Répondit Ren à la question posée par Shara. "Et puis quoi encore, c'est dégoutant, et pis-"
Il s'interrompit, les yeux grands ouverts après avoir entendu le bruit. Le pot de miel tomba, et il tenta de s'escamoter sous la table.

Une domestique entra et, bien entendu, Shara fut la première personne qu'elle vit. Les remontrances ne se firent pas attendre et, malgré son rang, la baronnette se fit enguirlander comme n'importe quel enfant de famille commune. La tirade de l'employée s'interrompit lorsqu'elle remarqua une petite forme sombre sous la table. Ca y est, il était repéré !
Il put à peine voir le visage de la domestique : son hôtesse s'était campée entre elle et lui, et un dialogue envenimé commença. Penaud, Ren n'osait pas quitter sa cachette, comme si le fait de sortir de sous la table allait le condamner encore d'avantage. C'était de sa faute, il avait réclamé à manger, et il avait oublié de continuer à chuchoter durant la discussion animée autour du festin de nuit...

Soudain, un bras avec au bout une main et des doigts crispés comme des serres d'oiseau agrippa sa jambe. La domestique le tira de force hors de son abris, l'attrappa ensuite au col et le força à se mettre debout. En d'autres circonstances, Ren se serait sans doute débattu pour s'enfuir, mais il se doutait bien qu'en ce moment ce ne serait peut-être pas judicieux et risquait d'aggraver son cas. Ses yeux lançaient des oeillades un peu paniquées entre la domestique et Shara qui continuaient toutes deux de tempêter. Le ton montait, et si ça continuait, elles allaient finir par réveiller le reste des employés et la présence d'un intrus éclaterait à la vue de tous. Shara, poussée dans ses derniers retranchements, abattit ses dernières cartes :
- "Je vais dire que vous avez volé….je vous ai vue plusieurs fois !"
La tactique sembla fonctionner. La domestique pâlit et lâcha un "Quoi... ?" tremblant. Sa prise sur le col de Ren mollit assez pour que le garçon s'en dégage et fasse quelques pas afin de s'éloigner. Bien joué, Shara ! Bien sûr, la menace n'était pas noble, mais aux grands maux, les grands remèdes. Ren ne put s'empêcher d'éprouver une affection croissante pour la baronnette qui était prête à mentir ou faire du chantage pour le couvrir, comme pouvaient le faire certains amis.

L'employée fit profil bas et accepta le marché d'un silence contre un autre. Gardant son air revêche, elle fit néanmoins demi-tour et disparut par où elle était venue. Restant fidèle dans son rôle d'hôtesse exemplaire, Shara s'enquit de la santé de son camarade :
- "Est-ce que ça va ? Il vaudrait mieux qu’on prenne de quoi manger et qu’on range le reste. Ce n’est pas très sûr de rester ici.
- Ouais, je vais bien... Mazette, c'est pas passé loin !" Répondit Ren, avant d'adresser un sourire de connivance à la baronnette. "Dis donc, tu l'as menacée ! T'es une vraie méchante en fait ! En tout cas, ça lui a bien rabattu son grand caquet, merci !!"
Ren se tourna ensuite vers la table pour y prendre de la nourriture avant de se diriger vers la porte. Redoublant de prudence, il fut encore plus silencieux lorsqu'il retourna vers la chambre en compagnie de Shara. Alors que Ren finissait de boulotter ses provisions, Shara sauta sur son lit et s'écarta sur le côté. Tous deux étaient encore trop jeunes pour se soucier de l'inconvenance de la situation. Aussi, lorsque Shara lui proposa de dormir avec lui, Ren accepta tout naturellement. Le garçon engloutit sa dernière bouchée de pain et se mit au lit, appreciant aussitôt le confort de cette couche de noble. Cela faisait si longtemps qu'il n'avait pas dormi dans un lit si confortable ! Il attrapa une poupée qui trainait sur la table de nuit et la regarda sous la lumière de la lune. Elle était petite et avait des cheveux de laine, toute blonde comme Shara. Il tourna la poupée vers la baronnette et la fit parler, prenant une petite voix aigue :
- "Je suis Shara, je suis une baronne, et quand je serai grande, je tuerai mon mari pour lui prendre son territoire et je ferai la guerre à tout le monde !"
Il fit gigoter la poupée en une ridicule petite danse qui fit sonner la clochette qu'elle avait sur le devant de sa petite robe. Il gloussa de rire et jeta (pas trop fort) la poupée au visage de la pauvre vraie Shara qui devait regretter d'avoir invité cette espèce de trublion chez elle !

Ils échangèrent encore quelques phrases, philosophant comme des enfants de leur âge et se racontant quelques anecdotes, puis finirent tout deux par tomber de sommeil après cette journée mouvementée.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
▲ DANS MA SACOCHE:
▲ CAPACITES:
▲ DISPONIBILITE RP:
Voir le profil de l'utilisateur http://thesongofravens.forumactif.org/t304-shara-morghun-she-s-brave-and-fearless http://thesongofravens.forumactif.org/t300-shara-l-armure-entre-
▲ MESSAGES : 121
▲ POINTS D'INFLUENCE : 193
▲ ÂGE : 42 ans
▲ RACE : Humaine
▲ STATUT SOCIAL : Noble
▲ LIEU : Gresse la plupart du temps, Orytte et parfois la Cour
▲ METIER OU OCCUPATION : Baronne
▲ ALLEGEANCE : La Couronne
▲ AVATAR & CREDITS : Lena Headey (Mina-Ligeia)
MessageRe: C'est celui qui dit qui l'est ! [Shara Morghun] 23/11/2017, 14:10
De manière étrange le lendemain retrouva son lot d’habitudes auxquelles la baronne ne put échapper. Elle ne pouvait s’absenter. On aurait fini par remarquer qu’elle n’était pas là. Aussi dut-elle laisser dès le matin Renard pour rejoindre les domestiques qui s’occupaient d’elle. Elle se leva avant lui et le laissa dormir, tout en prenant le temps de se préparer, afin d’avoir l’air d’une noble. Quand elle réveilla Ren elle n’avait rien à voir avec la gamine qu’il avait rencontrée la veille. Et devançant toute remarque elle le pointa d’un index menaçant et d’une voix autoritaire lui fit part de ses menaces.
« Ne t’avise pas de faire la moindre critique sur mes habits ! »
Elle l’aida ensuite à sortir de la demeure et le laissa partir en ville, en promettant de le rejoindre dès que possible, et elle passa la journée à vaquer à ses occupations, non sans un sentiment grisant de vaurien qui avait fait un mauvais coup. Ce n’était franchement pas passionnant de rester ici mais elle n’avait pas le choix. Alors elle attendit avec impatience le soir. Elle vit bien la femme qui les avait surpris la veille mais celle-ci fit comme si de rien n’était, ce qui arracha un sourire de satisfaction à Shara, qui se sentit soudain l’âme d’un galopin, un sentiment qui n’était pas pour lui déplaire.
Le soir elle se prépara pour sortir parce qu’ils avaient décidé de repartir à l’aventure.
Au début la gamine n’avait pas trop eu d’idées sur quoi faire, avant qu’elle ne réfléchisse et décide que de toute façon, grande aventure ou pas, il fallait qu’elle y aille prête. Le soir venu, alors que les derniers rayons de soleil s’effaçaient, elle était déjà habillée. Elle se faufila hors de la demeure et rejoignit Renard au point de rendez-vous. Elle s’y rendit en courant et le cœur battant de la grande épopée qui les attendait. Parce qu’elle avait finalement pensé à quelque chose. Il lui avait dit qu’il avait besoin d’argent pour reprendre la route. Elle aurait pu simplement lui en donner, parce que sa famille était riche, mais malheureusement il lui était impossible de se servir. Ce n’était pas elle qui avait les l’argent. C’était les adultes. En revanche elle avait pensé à un autre moyen d’en obtenir et en théorie c’était plutôt simple. Il suffisait de vendre quelque chose de valeur ! Mais elle ne pouvait pas vendre ses propres possessions. Beaucoup d’entre elles étaient marquées du sceau de la famille noble et si Renard s’avisait à essayer de les vendre, il se ferait sans doute arrêter comme un voleur. Elle avait néanmoins un autre plan en tête et se rua-t-elle sur le pauvre gamin, en piaillant comme une folle, sans lui laisser le temps de dire quoi que ce soit.
« Je sais quoi faire ! Tu sais pour l’argent dont tu as besoin ! Je connais un endroit où on peut trouver des artefacts magiques ! Tu pourrais en récupérer un et le vendre ensuite, et comme ça tu serais un aventurier qui aurait trouvé quelque chose de trop cool, et personne pourrait t’accuser d’avoir volé quoi que ce soit, parce que les artefacts sont à ceux qui les trouvent ! Pas loin d’ici il y a une mine qui appartenait aux nains. Ça fait longtemps que ce n’est plus habité donc on pourrait y aller sans problème. En plus regarde j’ai un cadeau pour toi ! »
Elle avait tout déclamé d’une traite et le large sourire qui s’étalait sur son visage ne faisait que s’agrandir, alors qu’elle sortait de sous sa cape le cadeau en question, enveloppé dans une étoffe d’un tissu soyeux.
« Tiens ! »
A l’intérieur une dague qu’elle avait récupérer dans l’armurerie. Elle n’était pas bien grande mais elle était discrète. Et vu que Renard n’était pas encore grand, elle irait à sa taille.
« Tu vois maintenant tu es un vrai aventurier ! »
Comme une véritable stratège, elle avait amené un plan où était indiquée la route qui menait à la mine, et elle lui montra. Il leur faudrait un petit moment avant d’arriver, mais ils étaient motivés, et en partant tout de suite, ils auraient le temps de s’y rendre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
▲ DANS MA SACOCHE:
▲ CAPACITES:
▲ DISPONIBILITE RP:
Voir le profil de l'utilisateur http://thesongofravens.forumactif.org/t316-ren-loukos http://thesongofravens.forumactif.org/t303-ren-loukos
▲ MESSAGES : 65
▲ POINTS D'INFLUENCE : 206
▲ ÂGE : 44
▲ RACE : Humain
▲ STATUT SOCIAL : Ne roule pas sur l'or, mais noble de par la fonction.
▲ LIEU : En route pour Parve, bloqué dans un tunnel !
▲ METIER OU OCCUPATION : Capitaine des lanciers de Viniel
▲ ALLEGEANCE : Le Culte des Douze
▲ AVATAR & CREDITS : Pedro Pascal
MessageRe: C'est celui qui dit qui l'est ! [Shara Morghun] 24/11/2017, 17:22


Le lendemain, Ren fut secoué par la petite main de son hôtesse qui avait pris le temps de s'apprèter sans faire de bruit. Avant même qu'il ait pu dire un mot, elle l'admonesta aussitôt :
- "Ne t’avise pas de faire la moindre critique sur mes habits !
- J'ai quand même le droit de dire que ça te va bien aussi quand tu ressemble à une vraie fille ?" Répondit Ren avant de lui tirer la langue.

Avec l'aide de Shara, il put rejoindre les murs du château. Cette journée précédente avait eu un parfum d'aventure et lui avait offert comme une petite période de vacances palpitantes dans son quotidien rythmé par la fuite et la solitude. Il aurait bien sûr aimé pouvoir passer la journée avec la baronnette pour continuer à s'amuser, mais il aurait été imprudent de passer toute la journée dans l'opulente demeure. Ils avaient tout deux convenus que le garçon resterait clandestinement un jour de plus, afin de prendre le temps d'être bien reposé, et peut-être de voler quelques provisions dans la cuisine pour la suite de son voyage.

- "Faudra bien que je reparte demain..." Fit-il à Shara avant qu'elle ne repasse par la fissure du mur par laquelle ils étaient sortis. La fillette fit une moue déçue, et le garçonnet n'était pas vraiment à la fête non plus. "Il faudra que je trouve un moyen de me faire de l'argent, ça me faciliterai le voyage..." Ajouta-t-il, envisageant encore une fois le vol.Bien sûr, il aurait peut-être pu demander à Shara de lui en trouver, elle qui était de bonne famille, mais l'idée ne l'effleura pas. Il avait pris pour habitude d'essayer de rester débrouillard, car on ne pouvait pas toujours compter sur le reste du monde.

Les deux enfants se saluèrent de la main, mais se promirent de se retrouver le soir pour repartir en expédition. Ren se rendit à la bibliothèque de la ville afin d'y étudier quelques atlas et tenter de trouver son prochain objectif. Il localisa Pontois, connue pour son école de Chevaliers, et décida que ce serait une destination appropriée. Après avoir passé quelques heures à des lectures un peu moins sérieuses sur les récits épiques de grands héros, il passa le reste du temps dans les rues. Il essaya bien de voler la bourse de plusieurs marchands ou voyageurs, mais soit il avait un peu trop peur pour se lancer, soit il ratait l'opportunité, soit il manqua de se faire prendre. C'était bien moins facile que de voler une tarte mise à refroidir sur le rebord d'une fenêtre, ou de chaparder une pomme dans un paniers qui en comptait cent.
La soirée débuta, diminuant la clarté du jour et laissant s'installer les ombres. Le garçon se mit en chemin afin de rejoindre Shara au point de rendez-vous fixé. Celle-ci déboula comme un petit boulet de canon tout en verbillage, et lui tint une tirade excitée en prenant à peine le temps de reprendre son souffle. Elle lui parla d'une mine où, selon ses dires, on pouvait dénicher des trésors qu'il pourrait revendre afin d'avoir des fonds confortable pour son voyage. Puis, fourrant un bras sous sa cape, elle en extirpa un présent emballé à la va vite dans du tissu. Lorsque Ren le déballa, ses yeux s'écarquillèrent en se posant sur la jolie dague. Une arme, une vraie ! Lui qui pour l'instant n'avait manié que les bâtons et la fourche, il allait enfin avoir de quoi vraiment se défendre !
- "Tu vois maintenant tu es un vrai aventurier !" Fit Shara avec un grand sourire fier.
- "Wouah ! Merci, c'est vachement bien !!" Répondit Ren, visiblement comblé et souriant lui aussi.
Il prit la dague en main et, poussant des "Yah !" et des "Hah !", fit quelques passes d'armes manquant d'expérience, mais pas de style !
- "J'espère que tu as pris une arme aussi, sinon, si on trouve des monstres dans la mine, c'est encore moi qui vais devoir me farcir tous le boulot et te protéger !" Fit Ren en rigolant, pas sérieux et lançant simplement une petite pique. Il savait la bravoure de Shara et n'avait pas eu à la défendre la veille contre le chien, puis le fermier.
Les deux bambins, courageux et décidés, partirent vers la mine. Ils allaient chasser des trésors, comme des vieux briscards !

Après plusieurs longues minutes de marche à travers champs et bosquets, ils arrivèrent aux abords d'une carrière de pierre abandonnée. Quelques bâtimens ça et là étaient d'architecture naine, que Ren n'avait jamais vue. Ils tombaient en ruine, anciens vestiges de la glorieuse civilisation naine avant son déclin. En contrebas, un tunnel supporté par des poutres et planches en bois s'enfonçait à flanc de paroi. Dévalant la pente rocailleuse, les deux enfants trottèrent vers la gueule béante de la mine. Ils furent assez chanceux de touver, à côté de l'entrée, quelques torches laissées à l'abandon et un morceau de silex. Après quelques essais (dont un au cours duquel Ren s'écorcha un doigt avec le silex comme un empoté), ils parvinrent à allumer une torche et s'engouffrèrent dans le tunnel. Ils ignoraient tous deux ce qu'ils cherchaient, peu importait tant que ça avait l'air d'avoir de la valeur. Peut-être quelques pierres précieuses oubliées, une pépite d'or ou un objet de valeur ?
"Il parait que quand les nains ont fini d'exploiter une mine, y a des gobelins qui rappliquent pour ramasser les miettes... J'espère que c'est pas vrai !" Fit Ren, ne trouvant rien de mieux à faire que de pointer le doigt sur un éventuel danger plutôt que de rester optimiste. Il espérait sincèrement qu'il se trompait et que cette rumeur n'était qu'un racontard. Si la mine avait finie d'être exploitée par les nains, puis que d'hypothétiques gobelins soient ensuite passé pour prendre ce qui restait à prendre, il n'allait pas rester grand chose pour Shara et lui !

La mine était lugubre, silencieuse. Chaque son semblait un peu étouffé, et seuls quelques échos de gouttes heurtant une flaque leur parvenait de temps à autre. Le froid également, apporté par l'obscurité et les roches impénétrables autour d'eux, se faisait un peu plus présent. Attentifs, les deux enfants avançaient lentement, portant la torche à hauteur de chaque élément qui semblait important, avant qu'ils ne découvrent que ce qu'ils prenaient pour une pierre précieuse n'était qu'un vulgaire cailloux un peu trop brillant. Ils ne se laissèrent pas abattre néanmoins, et continuèrent leur épopée spéléologique, chantant ensemble les quelques comptines qu'ils connaissaient pour se donner du courage.
Alors qu'il en était au deuxième couplet de la comptine de Jacques Le Noir, Ren se prit les pieds dans quelque chose et s'étala sur le sol rocailleux. Il se releva en grommelant, les genoux un peu écorchés puis, désireux de voir ce qui l'avait fait trébucher, il tendit le bras et éclaira, au sol, une forme étrange. Il blêmit. C'était un cocon. Ca ressemblait à ce qu'on pouvait voir sur les manteaux de fenêtres ou dans le coin d'un plafond où se trouvait des toiles d'araignées. Oui, c'était ça, c'était comme les proies que les arachnides avaient enveloppées de leur soie. Mais en beaucoup plus gros. Et, détail dérangeant, on pouvait voir au travers de la multitude de fils translucides des mains et un visage crispé.
"O-oh mazette..." Fit Ren, sa voie tremblant un peu. Ce n'était pas vraiment la première fois qu'il voyait un cadavre, lui qui avait vu ses parents brûler sur le bûcher. Mais, à son âge, qu'on voit un cadavre ou dix, ça faisait toujours quelque chose !
"Peut-être qu'il a quelque chose de valeur sur lui... J-je vais vérifier." Déclara le garçon, tentant de maitriser son sentiment d'inconfort et de peur latente. Il s'agenouilla et passa la torche à sa camarade. Puis, avec la dague nouvellement offerte, il découpa une fente au travers des fils gluant pour ensuite l'écarter plus en grand de ses mains, lâchant un "Pouah ! Ca colle !" dégouté. Ce petit idiot n'avait même pas pris le temps de se demander si agiter ainsi le cocon n'allait pas également mettre en mouvement quelques fils toujours attaché à la proie, et peut-être attirer vers eux une éventuelle araignée de taille considérable...

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
▲ DANS MA SACOCHE:
▲ CAPACITES:
▲ DISPONIBILITE RP:
Voir le profil de l'utilisateur http://thesongofravens.forumactif.org/t304-shara-morghun-she-s-brave-and-fearless http://thesongofravens.forumactif.org/t300-shara-l-armure-entre-
▲ MESSAGES : 121
▲ POINTS D'INFLUENCE : 193
▲ ÂGE : 42 ans
▲ RACE : Humaine
▲ STATUT SOCIAL : Noble
▲ LIEU : Gresse la plupart du temps, Orytte et parfois la Cour
▲ METIER OU OCCUPATION : Baronne
▲ ALLEGEANCE : La Couronne
▲ AVATAR & CREDITS : Lena Headey (Mina-Ligeia)
MessageRe: C'est celui qui dit qui l'est ! [Shara Morghun] 2/12/2017, 00:12
Elle abattit son poing sur l’épaule de Ren, leva le nez en l’air, et lâcha d’une voix faussement indignée qu’elle avait également une arme, et que ca suffisait comme ça. Qu’est-ce qu’il croyait! Même qu’elle savait très bien s’en servir. Elle souleva la cape pour lui prouver. La lame était accrochée à sa ceinture. Si Renard semblait s’amuser avec la sienne, la demoiselle resta plus mesurée et se contenta d’un bref sourire.
L’aventure pouvait débuter maintenant.
L’entrée de la mine fut enfin atteinte après une longue marche, où Renard et Shara se racontaient les journées, mais surtout où ils s’imaginaient déjà marchant sur les traces des nains, découvrant tous leurs trésors. Il n’était pas difficile que leur imagination s’emballe très vite -trop vite même d’ailleurs.
La carrière d’entrée était immense sous leurs yeux et Shara fut prise d’un vertige en l’apercevant. Elle était tellement insignifiante face à la taille de cet endroit! Les rochers avaient été sculptés. Une oeuvre d’envergure dont les humains n’étaient pas capables. Shara n’avait jamais connu de nain mais elle ne pouvait s’empêcher d’être impressionnée par ce qu’ils semblaient savoir faire. Et à la fois elle était apeurée. Si l’extérieur était aussi grand cela, qu’en était-il de l’intérieur? Les mines que creusaient les nains pouvaient être des labyrinthes incroyables, des dédales de couloirs où l’on pouvait se perdre, et où ils allaient s’égarer aussi, s’ils ne faisaient pas attention.
Elle respira avec force et suivit Renard vers le trou béant qu’était l’entrée. Ils y trouvèrent des torches et rentrèrent dans le tunnel. Le début de l’exploration ne fut guère courronné de succès et la nervosité de Shara monta d’un cran lorsque Renard rapella qu’il pouvait y avoir des gobelins dans le coin.
- J’ai pas peur moi, fanfaronna-t-elle. Ne t’inquiète donc pas. Je te défendrai contre ces gobelins!
C’était mentir qu’affirmer qu’elle n’était pas moins inquiète que lui, mais elle ne pouvait passer à côté d’une telle occasion, et se moquer de lui, comme il le faisait un peu trop! Après tout ce n’était pas parce qu’il était plus grand qu’elle qu’il devait forcément s’occuper d’elle.
Ils avançèrent jusqu’à trouver les cocons. La trouvaille n’enchanta guère les aventuriers.
- Qu’est-c...ce que c’est?
Shara avait la voix hésitante et elle n’était absolument pas rassurée, surtout quand Renard avait découpé la soie et découvert un cadavre au corps étonnament bien conservé. Shara étouffa un couinement, Renard n’allait pas mieux, mais il fit preuve de sens pratique. Il fouilla avec application le cadavre alors que Shara tenait la torche. La flamme dansait un peu dans sa poigne peu rassurée.
- On dirait une grosse toile d’araignée.
Elle n’avait pas peur de ces bestioles mais elle n’avait pas envie de se retrouver prisonnière.
- Il a du s’entortiller tout seul et rester attrapé….
C’était une théorie farfelue mais c’était la seule qui semblait logique.
- On devrait avancer non ?
Ils n’avaient rien trouvé d’intéressant alors elle l’exhorta à avancer, et ils continuèrent leur chemin. Le sol descendait en pente, les entraînant chaque fois un peu plus vers les entrailles de la terre. Ils n’oubliaient pas de regarder autour d’eux. Ils laissaient traîner leurs regards un peu partout à l’affût du moindre indice mais plus ils avancaient, plus les murs se couvraient de soie. Le chemin devenait difficile et les aventuriers étaient obligés de couper les épais cordons qui les empêchaient d’avancer.  Ils étaient gluants et s’entortillaient dans leurs vêtements.
- Ils ne font pas souvent le ménage, constata-t-elle en enlevant une énième fibre de soie qui s’était accrochée à ses cheveux.
Il y avait néanmoins autre chose de plus important. Les galeries se ramifiaient, les obligeant à prendre des décisions sur la direction à adopter, et il fallait ensuite les retenir. Les nains n’ayant pas fait dans la simplicité, il fallait bien s’appliquer. Ce qui ne collait pas vraiment avec l’impulsivité des explorateurs en culotte courte. Ils avaient foncé la tête la première sans s’arrêter à penser à comment ils sortiraient. L’un d’entre eux finit tout de même par évoquer le risque de se perdre à aller trop loin. Alors ils se décidèrent à observer les galeries les plus proches, qui se terminaient en grottes, et déjà ils s’étaient aventurés plusieurs centaines de mètres sous terre, sans se rendre compte qu’ils étaient entrés sur le territoire des animaux qui habitaient ces lieux.
Ignorants des dangers qui marchaient dans ces grottes, les explorateurs continuaient leurs avancée et venaient d’atteindre un endroit plutôt reculé. La torche éclairait faiblement les mur. La grotte était remplie de soie qui s’étendait en une large toile et qui n’avait à priori rien d’intéressant sauf pour cet interessant objet scintillant en plein centre de la salle.
- Tu crois que ça vaut le coup?
Ce n’était pas une bonne idée d’y aller mais quand il fut évident qu’ils s’agissait d’un artefact, les gamins ne reculèrent devant rien. Shara fut la plus rapide à se décider à récupérer l’objet, sans doute parce qu’elle voulait montrer à son coéquipier qu’elle n’avait pas à rester derrière. Alors elle s’avança en découpant la soie et Renard la suivit. A chacun de leurs pas, la distance entre eux et l’artefact se réduisait, et ils s’en réjouissaient d’avance, jubilant de leur réussite. Ils allaient revenir au village vendre ce qui semblait valoir plein de sous. Renard n’aurait pas à voler.
Trop concentrés sur leur victoire, ils ne remarquèrent pas les pas discrets de l’artisan qui avait tissé l’immense toile sur laquelle ils marchaient.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
▲ DANS MA SACOCHE:
▲ CAPACITES:
▲ DISPONIBILITE RP:
Voir le profil de l'utilisateur http://thesongofravens.forumactif.org/t316-ren-loukos http://thesongofravens.forumactif.org/t303-ren-loukos
▲ MESSAGES : 65
▲ POINTS D'INFLUENCE : 206
▲ ÂGE : 44
▲ RACE : Humain
▲ STATUT SOCIAL : Ne roule pas sur l'or, mais noble de par la fonction.
▲ LIEU : En route pour Parve, bloqué dans un tunnel !
▲ METIER OU OCCUPATION : Capitaine des lanciers de Viniel
▲ ALLEGEANCE : Le Culte des Douze
▲ AVATAR & CREDITS : Pedro Pascal
MessageRe: C'est celui qui dit qui l'est ! [Shara Morghun] 4/12/2017, 23:30


- "Oui, t'as raison, avançons." Répondit le garçon à la suggestion de sa comparse.
Sur le corps emberlificoté dans la toile, Ren n'avait réussi qu'à trouver qu'une misérable pièce de cuir et une gourde d'eau. Il empocha la pièce et garda la petite gourde, juste au cas où, puis suivit Shara qui avait déjà commencé à s'éloigner, emportant la torche avec elle. Un sentiment de peur latente avait envahi le petit aventurier, mais il n'osait pas en faire part à la baronne, de peur soit qu'elle se moque, soit qu'elle fusse elle aussi prise par l'angoisse. Lorsqu'on partait à l'aventure, il fallait éviter de se laisser saper le moral !
En tout cas, ce n'était pas l'abondance de trésors qui allait les encourager : il n'y avait rien d'intéressant, pas de pierres précieuses, pas d'objets rares ! La seule chose qu'il commençaient à voir à foison étaient les amas de toile et de soie qui s'accumulaient, parfois tellement que les deux enfants devaient se frayer un chemin de leurs lames. Shara fit une remarque sur l'état des lieux, et Ren se retint de répondre que ça avait tout l'air d'être un repaire d'araignées,ne voulant pas leur porter malheur en prédisant qu'ils pourraient rencontrer tôt ou tard d'éventuels arachnides. Il pensa que Shara devait l'avoir deviné aussi. Il ne fallait pas être savant pour faire le rapprochement, après tout, mais sans doute la fillette était dans le même état d'esprit que le garçon : si on ne parlait pas de ce qu'on ne voyait pas (ou pas encore), alors il y avait peut être une chance minime que ça n'arrive pas... Pas vrai ?

Les deux enfants erraient dans les dédales, tentant tant bien que mal de se souvenir des chemins empruntés. Ils étaient toujours entourés par ce silence oppressant et sourd que seuls perçaient le bruit de leurs pas et le son de leurs voix. au détour d'un tunnel, ils arrivèrent dans une petite grotte au plafond un peu plus haut que les méandres qu'ils venaient de parcourir. Lorsque, un peu plus tôt, le bras de Shara avait été fatigué de porter la torche, Ren l'avait repris en main. Il la brandissait maintenant aussi haut qu'il le pouvait, tentant d'éclairer les lieux autant que possible. Contre les murs, ils voyaient encore et toujours les amas de fils de soie, dont certains serpentaient au sol ou étaient tendus en l'air pour rejoindre une toile au centre de la salle. Ren déglutit et annonça d'une voix qu'il arriva à garder calme : "J'avais pas envie de le dire, mais je crois bien qu'on est en plein chez des araignées, qui doivent pas être petites, en plus..." Il espérait simplement que, quelle que soit leur taille, les arachnides soient en train de dormir, ou bien soient parties dans une autre grotte !
La lueur de la torche fit briller quelque chose, un objet emberlificoté de fils et qui se trouvait malheureusement sous la toile centrale.
- "Oh, regarde là-bas ! Il y a un machin !" Fit Ren en poussant légèrement Shara du coude et en montrant l'objet du doigt.
- "Tu crois que ça vaut le coup?" Lui demanda la baronnette.
- "Ben, je pense bien ! On a rien trouvé d'autre, et ce serait trop bête de repartir les mains vides, non ? Allons-y !" Répondit Ren en bombant un peu le torse, essayant de se redonner du courage. Il avait gardé sa dague en main depuis qu'il avait fouillé le corps qu'ils avaient trouvé dans le cocon. Sa main se resserra autour du manche de son arme, faisant blanchir légèrement les jointures de ses doigts.

Les deux courageux enfants s'avancèrent. Sans qu'ils s'en rendirent compte, ils avaient tous deux modifié leur démarche et se déplaçaient à pas feutrés, ne souhaitant pas réveiller une menace qui pour l'instant n'existait pas. A mesure qu'ils s'approchaient, ils purent enfin distinguer l'objet avec plus de précision. Il s'agissait d'un bol ne semblait rien avoir de très spécial, si ce n'est qu'il était en or et arborait des motifs. Les deux bambins l'ignoraient, mais il s'agissait là de runes et de symboles pieux, ceux d'une religion qui avait disparue avec la civilisation naine.
Shara et Ren s'accroupirent et s'affairèrent à démêler tant bien que mal les fils de soie un peu gluants qui faisaient encore barrage entre eux et l'artefact. En effet, Ils n'entendirent pas, derrière eux, le pas léger d'une araignée qui s'approchait d'eux. Elle avait la taille d'un gros mouton et avait été alertée de la présence d'intrus lorsque les pas des mioches avaient fait trembler les fils au sol. Ca c'était trop fort, ces deux sales gosses étaient à présent en train de démolir son beau travail... Bien décidée à défendre son territoire (et, pourquoi pas, ajouter deux petites proies à son garde-manger), l'araignée se dressa et se mit en position d'attaque. Ren avait saisi l'artefact et le tenait à bout de bras. Shara tenait la torche et en dirigeait la lumière vers le bel objet, faisant briller l'or. Ren allait pousser un "Wouah !" de victoire, mais les mots se prirent dans sa gorge. La main de Shara se crispa sur la torche et elle serra les lèvres. Les deux enfants l'avait vu, là, dans le bol doré ! Le reflet de l'araignée derrière eux !!

Sous l'effet de la panique, poussé par l'instinct de survie, Ren se jeta sur le côté et roula hors de la trajectoire de l'araignée. Il la vit se jeter sur l'espace vide dans lequel Shara et lui s'étaient trouvés il n'y a même pas une seconde. Ouf ! La baronnette avait elle aussi fait un mouvement d'esquive. Tous deux étaient de chaque côté de l'arachnide qui venait de manquer son coup. A la hâte, Ren fourra le bol cérémonial dans sa besace et brandit le poignard, tentant autant qu'il le pouvait de paraitre plus grand et plus imposant. Mes ses jambes tremblaient, ses yeux étaient agrandis par la peur, et il avait du mal à bouger ! L'araignée quant à elle ignora totalement le garçon et lui tourna le dos pour se concentrer sur la pauvre Shara qui n'en menait pas large, elle non plus. Tétanisée, elle n'arrivait même pas à faire quelques pas en arrière afin d'agrandir la distance entre elle et la bestiole. La baronnette avait elle aussi son arme à la main mais, tout comme Ren qui n'avait pas bougé, elle aussi semblait avoir oublié comment s'en servir en cet instant de panique.
Voyant sa camarade menacée, le garçon fit de son mieux er reprit son courage à deux mains pour crier d'une voix tremblante : "P-par ici, saloperie !" Et, dans un effort désespéré pour attirer l'attention de l'araignée, il planta sa dague dans son immonde abdomen tremblant et poilu. Bien entendu, la chasseuse n'aima pas du tout être poignardée et, dans un sifflement funeste, se retourna prestement pour regarder à nouveau le sale morveux qui l'avait blessée. Ren poussa un petit glapissement lorsque se posèrent sur lui ces huit yeux noirs brillants comme des billes... Elle tenta de se jeter sur lui, mais le garçon agita son bras armé en hurlant de panique, faisant de grands mouvements. sa lame entailla une des pattes velues, et l'araignée eut un mouvement de recul. Elle ressentit ensuite une nouvelle douleur à l'abdomen, ce qui finit de la rendre furieuse : Shara venait elle aussi de la poignarder de sa petite épée effilée. L'arachnide se recula, ses horribles yeux toujours braqués sur ses proies récalcitrantes. D'une de ses pattes, elle frappa quelques fils au sol, appelant des renforts.
Les yeux agrandis par la terreur, les deux pauvres gosses virent débarquer, par deux cavités du plafond, trois araignées supplémentaires. Elles descendirent avec rapidité le long de la paroi rocheuse. Celle qui avait lancé l'alerte avait repris du poil de la bête et levait maintenant deux de ses pattes frémissantes, prête à attaquer. C'en était trop pour Ren qui agrippa le bras de Shara en lui criant un "Cours !!", action qu'il entreprit lui-même, se dirigeant vers le tunnel par lequel ils étaient arrivés.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageRe: C'est celui qui dit qui l'est ! [Shara Morghun]
Revenir en haut Aller en bas
C'est celui qui dit qui l'est ! [Shara Morghun]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» [Yuki] ... Comme celui qui conquit la toison...
» ❝ le vrai héros, c'est celui qui fait ce qu'il peut...
» La rose n'a d'épines que pour celui qui veut la cueillir. 〘PV Nagareboshi Ruika〙
» NOLAN ϟ le héros, c'est celui qui fait ce qu'il peut.
» Ïdon ou la Nostalgie de celui qui VEUT rester jeune!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Song of Ravens-
Sauter vers: