Haryn, le prêtre errant.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: 
 :: Anciennes présentations
Invité
Invité
MessageHaryn, le prêtre errant. 18/7/2016, 23:01

ᚕ Haryn
My pussy pops severely and yours don't


Nom et prénom : Haryn, pas de nom de famille. Age : Très vieux. Pour être honnête, ça fait déjà un petit moment qu'il a arrêté de compter. Race : Croyez-le ou non, papa et maman étaient des humains tout ce qu'il y a de plus normaux. Contrée de naissance : La cité collégiale de Xetesk, mais il a grandi et fait ses études à Julatsa. Statut social : Il est né pauvre, mais son excellent mariage lui a permis de gravir quelques échelons. Statut civil : Marié, et séparés. Orientation sexuelle : Hétérosexuel. Métier/Fonction : Prêtre de Yëvinn, le Roi des Dieux. Allégeance : Le Culte des Douze. Groupe : The Faith. Célébrité et crédit : Henry Cavill. [Maquizz] Caractère : Il serait difficile d'expliciter le caractère de Haryn sans énoncer au moins une partie de ses innombrables défauts : incroyablement vaniteux, matérialiste, menteur, tricheur, hypocrite et calculateur, on pourrait y passer la journée et n'en être qu'à la moitié, mais celui qui le définit le plus est sa froideur. Son apparence chaleureuse et enjouée masque un manque total de considération pour la vie humaine, et on pourrait compter sur les doigts d'une seule main les personnes qu'il ne tuerait pas simplement parce qu'il est de mauvaise humeur. Car oui, Haryn parait de prime abord être une personne calme et aimante, amusante et pleine de joie de vivre, mais il n'hésitera pourtant pas à utiliser sa magie pour éliminer n'importe qui à la moindre provocation, ou simplement parce qu'il en avait envie. Malgré tout, il reste néanmoins un être extrêmement loyal et pourrait s'abaisser aux plus horribles bassesses pour protéger sa religion ou le peu de gens qui ont réussi à se faire une place dans son coeur.


     


Qui es-tu ?
Bonjour, je m'appelle Elodie, j'ai 24 ans, je suis en CAP esthéticienne et je suis pas venue pour me faire des amis, je suis venue pour gagner cette compétition de télé-réalité.
...
Sinon, dans la vraie vie moi c'est Rémy, j'ai 21 ans, je suis en licence de Biologie à Montpellier et je suis pas venu me faire des amis, je suis venu pour gagner... okay j'arrête.

Je suis admin sur TSOR, connu sous le nom de "méchant admin" ou "admin qui dit non". J'aime écrire, lire, les longues balades sur la plage et l'odeur du toast le matin.



Quelle est votre opinion sur la Reine de Balaïa ?
Elle n'est qu'une enfant, mais elle pourrait faire un travail adéquat. Après tout, ce n'est pas comme si elle était la personne qui régit véritablement le pays, il semble assez évident qu'elle n'est qu'un simple pantin avec une jolie couronne brillante sur la tête. Oui, les Lotus Pourpres sont indubitablement les marionnettistes derrière l'exertion du pouvoir en Balaïa. Donc tant que la petite Elise sourit avec grâce et hoche la tête bien sagement à tout ce que son oncle lui dit, elle devrait être une reine formidable. Cependant, elle devrait garder les yeux grand ouverts car tout le monde ne lui veut pas du bien (ou dans le cas de Haryn, une profonde indifférence). Avoir eu l'audace de naitre avec un utérus ne lui a pas apporté que des amis et nombreux sont ceux qui voudraient se débarrasser d'elle. Bon, en soi, Haryn s'en fiche un peu de savoir exactement quelle tête couronnée est assise sur le trône de Korina : que ça soit Elise, Thorment ou Rognar Hyld revenu d'entre les morts, ça ne changera rien à sa vie de tous les jours, mais bon... Ça serait dommage pour la jeune reine de se faire refroidir sans même avoir eu le temps d'apprécier les avantages de la royauté.

Est-il possible que les Dragons existent réellement ?
Oui.
… quoi ? Il faut que je développe ? Oui, évidemment que c'est possible. Tout le monde sait que les dragons étaient sur Balaïa il y a à peine 400 ans et que les Douze les ont bannis, ils existent c'est absolument certain. Après, est-il possible qu'ils soient de retour ? Ça c'est une autre histoire… Haryn ne croit pas à ces rumeurs pour différentes raisons. Les Douze sont des dieux tous-puissants et les ont bannis, il serait impensable que ces créatures aient les capacités nécessaires pour combattre leur volonté divine. Et puis, il y a l'épineux problème de la Barrière… Elle a considérablement changé ces derniers temps, certes, Haryn le ressent tout particulièrement, mais cela n'est pas suffisant pour permettre à des créatures de passer de la Strate à notre monde, si ? Rien ni personne ne peut physiquement traverser la Barrière au jour d'aujourd'hui, c'est simplement impossible.


Croyez-vous que les ouestriens soient une menace pour le royaume ?
Probablement, mais ce n'est pas comme si ça avait la moindre importance pour Haryn. Les sauvages de l'Ouest vénèrent des fausses idoles, des Esprits comme ils les appellent, et les idiots de Balaïa vénèrent un dieu inexistant aux 7 vertus. Ils sont tous les mêmes, tous, et Haryn se moque complètement de leurs stupides querelles. Pourtant, il a vécu les deux guerres opposant les Ouestriens à Balaïa mais la seule chose qu'il a retenue est que, malgré leur dangerosité, malgré leur hargne et leur férocité, ces barbares meurent tout aussi facilement que des Balaïens et, une fois carbonisés, leur chair dégage la même odeur nauséabonde. Non, Haryn n'a décidément pas peur de ces Ouestriens, de ces sauvages, car ils ne pourraient jamais porter préjudice à ce qui compte vraiment pour lui : les Cités Collégiales et, surtout, le Culte des Douze, la seule vraie religion de Balaïa, la seule qui compte.  


Que pensez-vous de l'influence grandissante de l'Ordre des Inquisiteurs ?
Il en pense que s'il le pouvait, il les massacrerait tous, ces pseudo-prêtres, ces Inquisiteurs. Haryn les hait, il les hait de tout son corps et de toute son âme, c'est comme une vérité marquée au fer rouge dans sa chair et dans ses os. Ces immondices n'ont causé que des torts à Balaïa, que du malheur et de la souffrance et pourquoi ? Pour rien. Pour un dieu qui n'existe pas, un ami imaginaire qui guide pourtant toute leur existence et qui guide désormais celle de tout le Royaume, un fantasme, une invention humaine qui a dicté que tant de sang innocent devrait couler. Ces abominations, ce cancer humain, doivent être éradiquées pour le bien de tous et Haryn fait de son mieux pour avancer vers ce but d’intérêt général, à sa petite échelle. Il élimine des Inquisiteurs ou des fidèles à cet Ordre insensé à chaque occasion qui se présente à lui lors de ses nombreux voyages à travers les terres de Balaïa car, après tout, le changement est un effort collectif et chacun doit faire sa part du travail.







Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageRe: Haryn, le prêtre errant. 26/7/2016, 02:38

Histoire
Les pas réguliers du cheval résonnaient presque dans le silence de la forêt. L'homme assis sur son dos était grand, brun et richement vêtu. Son pourpoint de velours noir orné de motifs au fil d'or près du corps épousait parfaitement sa silhouette, et était assorti à son pantalon de taffetas doré, un petit peu criard mais terriblement seyant. A ses pieds, des bottes de cuir, simples mais élégantes, et sur sa tête, un chapeau de feutre noir, ornementé d'une plume violette provenant probablement d'un oiseau exotique. Attachée à ses épaules, une épaisse cape de laine doublée de satin, d'un violet profond aux reflets noirs, couvrait jusqu'à la croupe de son destrier et, à son cou, pendait un chapelet orné d'un pendentif à la forme solaire. Tout en lui respirait l'opulence et, surtout, le manque de discernement. Qui penserait à s'habiller d'une façon aussi ostentatoire pour traverser une forêt ? C'est probablement ce que se dirent les deux brigands avant de sauter de leur cachette et de bloquer la route devant le cavalier. « La bourse ou la vie ! » s'écria l'un d'entre eux.


Haryn n'a pas vraiment connu ses parents, mais il a toujours supposé qu'ils étaient des gens tout ce qu'il y a de plus charmants. Il sait seulement qu'ils étaient des mages du Collège de Xetesk, qu'ils n'étaient pas mariés et qu'ils ne désiraient absolument pas d'enfants. Dès la naissance, il fut donc laissé aux soins – pour ne pas dire abandonné qui fait beaucoup trop « pauvre malheureux que la vie n'a pas aidé » à son goût – du Culte des Douze. Dès qu'il fut en âge de tenir une brosse à récurer, il fut mis au service du Culte de Maïane, la déesse de la jeunesse qui ne pouvait être servie  que par des enfants. Son enfance fut assez heureuse et simple, guidée par une routine, un train-train quotidien auquel il se pliait avec bonne volonté. Quand il atteint la puberté et qu'on lui découvrit des affinités avec la magie, on décida pour lui qu'il ferait partie des Gardiens de l'Aube, ce qu'il accepta, bien que personne ne lui demanda son avis. C'est ainsi qu'il rejoignit l'école de Julatsa qui était, à l'époque, le lieu de résidence du capitaine des Gardiens de l'Aube, afin qu'il apprenne à contrôler ses facultés et puisse devenir un membre de cette organisme d'élite du Culte de Yëvinn et des Douze.

Sa scolarité à Julatsa se montra tumultueuse. Haryn, bien que possédant des capacités magiques indéniables, avait énormément de mal à comprendre et à utiliser la magie que l'on tentait de lui enseigner. A l'époque, il était également l'un des seuls humains à fréquenter le Collège de Julatsa, mais réussit à se faire quelques amis : Ciryial et Enya, deux elfes, et Aendel, un demi-elfe dont il devint particulièrement proche. Il vit ses amis réussir bien mieux que lui dans leurs études et, bien qu'il recevait leur aide de temps en temps, en particulier d'Enya qui était un véritable prodige de la magie, il eut toujours énormément de mal à suivre leurs progrès. Il devint encore plus difficile pour lui de s'impliquer dans son apprentissage de la magie quand sa vie sentimentale commença à s'entremêler avec sa vie scolaire. Ciryial tomba amoureuse de Haryn mais il n'avait d'yeux que pour Enya, qui elle-même aimait Aendel d'un amour réciproque. Dépité de voir celle qu'il aimait dans les bras de son meilleur ami, Haryn finit par répondre aux avances de Ciryial et à la fréquenter, sachant pertinemment qu'elle était parfaitement au courant de ses sentiments pour Enya.

« T'as entendu ? La bourse ou la vie ! » Haryn soupira. « Oui. Oui oui, j'ai bien entendu. C'est juste que… je suis vraiment désolé, messieurs, mais je n'ai pas d'argent avec moi. - … T'as pas d'argent ? - Pas un rond ! » Le premier brigand le toisa du regard, l'air suspicieux. « Ouais… J'te crois pas trop, moi… - Ce n'est pas très poli ça, ais-je l'air d'un menteur ? - T'as l'air d'un noble surtout. Un noble plein de pognon. - Ah… Et pourtant je ne suis qu'un prêtre, un humble serviteur de la volonté divine. - Toi ?! Un prêtre ?! » s'exclama le second, incrédule. « Oui, moi, un prêtre. Est-ce si difficile à croire ? » demanda Haryn, quelque peu indigné. « Eh ben, t'as pas tellement l'air d'un prêtre en fait. - Plaît-il ? Et à quoi ressemble un prêtre, selon vous ? - Pas à ça ! Pas à toi ! Les prêtres ils sont en guenilles et ils mendient leur pain et surtout, ils marchent à pied. » Haryn soupira à nouveau, les sourcils froncés, tout en secouant la tête d'un air mi-déçu, mi-désapprobateur. « Quelle étroitesse d'esprit… Je connais de nombreux prêtres bien plus élégants que moi, et bien plus aisés, bien qu'aucun n'ait mon bon goût et mon raffinement, je vous l'accorde… Mais toujours est-il que, qu'importe ma situation, je vous affirme et vous assure que je n'ai pas la moindre pièce d'argent sur moi. » Les voyous échangèrent un regard interrogatif. « Bon, on va prendre ton cheval dans ce cas. Et tes vêtements. » Comme s'il n'avait jamais été aussi peu intéressé par une situation de toute son existence, Haryn retira son chapeau, descendit de sa monture avec toute la lassitude d'un millier d'années et attacha sa bride à une branche d'arbre avoisinante, avant de fouiller dans la sacoche de sa selle sans jeter le moindre regard aux malfrats. Après quelques secondes de trifouillage, il en sortit deux pièces. « J'ai deux pièces de bronze. Est-ce que vous me laisserez passer ? » D'un coup de gourdin, le premier voleur chassa la main du prêtre, qui fit tomber les pièces au sol. « Te fous pas de nous ! Ton cheval et tes vêtements, tout de suite ! – … Bon. On ne pourra pas dire que je n'ai pas essayé... »

Devenu apprenti en magie élémentaire du feu, Haryn vit ses difficultés scolaires augmenter au quintuple et n'arrivait purement et simplement pas à s'en sortir. Pourtant, d'aucuns diront qu'il avait un talent inné pour la magie mais il y avait comme un blocage au niveau de son apprentissage, sans que personne ne puisse mettre le doigt sur sa source. C'est pendant ces années que son ami Aendel, désireux de se sentir plus proche de ses origines humaines, découvrit le Culte des Douze par le biais de leur amitié et s'y intéressa grandement. Mais alors qu'ils devenaient plus proches que jamais, c'était également le cas de Haryn et Enya qui entamèrent une relation secrète et honteuse, à l'insu de leurs partenaires respectifs. Celle-ci dura longtemps, presque deux années, jusqu'à ce qu'Enya lui pose un ultimatum : soit ils avouaient la vérité à Ciryial et Aendel, soit c'était fini entre eux. Haryn accepta, mais quand vint le moment de tout dire, il paniqua. Il ne voulait pas que son ami, qui était éperdument amoureux d'Enya, apprenne qu'il l'avait trahi. Afin de s'assurer de ne plus se mettre en travers du chemin d'Aendel, et ce malgré ses véritables sentiments, Haryn décida de demander Ciryial en mariage, ce qu'elle accepta. Ils se marièrent très vite et partirent en lune de miel encore plus vite. Pendant six mois, ils voyagèrent à Calaïus, six longs mois où il coupa complètement le contact avec Enya, qui fumait de rage, il en était sûr. Quand ils rentrèrent de leur voyage, Enya et Aendel était encore ensemble et celle-ci n'avait rien avoué à son amant, au grand soulagement de Haryn.

Haryn finit par abandonner l'idée de passer l'examen de mage et quitta l'école de magie afin de se consacrer au Culte de Yëvinn à plein temps. Aendel, qui avait réussi l'examen lui, rejoint les Gardiens de l'Aube, comme Haryn l'avait prévu autrefois. Ciryial et Enya, quant à elles, restèrent au sein du Collège afin d'y gravir les rangs. Son mariage avec Ciryial était compliqué, celle-ci savait très bien qu'il était amoureux d'une autre mais l'aimait assez pour passer outre, simplement heureuse de savoir qu'elle l'avait pour elle, qu'il l'aime ou pas. La seule chose qu'elle voulait en échange était un enfant, chose que son époux ne put lui offrir. Après 20 ans de mariage, Haryn ne lui avait pas donné de progéniture mais, surtout, son apparence était inchangée. Ciri le confronta sur les secrets de sa longévité, secrets qu'il aurait préféré garder pour lui mais qu'il partagea avec elle à contrecœur, ce qui mit leur mariage dans une situation impossible. Le divorce étant impensable, ils prirent la décision de se séparer, et Haryn entama un voyage à travers Balaïa où il partagerait la parole de Yëvinn et des Douze. C'est pendant ces années que le prêtre perfectionna sa magie, une magie bien différente de celle enseignée à Julatsa, ne dépendant pas de runes mais simplement de sa volonté. Beaucoup de ses vieux amis pensent que Haryn changea quelque chose en lui-même à cette époque, ou même pendant qu'il était encore avec Ciri, qu'il avait mis les pieds dans quelque chose de peu recommandable afin d'obtenir ce pouvoir que personne ne comprenait vraiment ; tandis que d'autres pensent qu'il a découvert sa vraie magie pendant ces années-là. Seuls Aendel et Ciryial apprirent la vérité, et il n'est pas prêt à la partager avec qui que ce soit d'autre.

Il passa de nombreuses années ainsi, plusieurs siècles même, mais sa tranquillité fut dérangée par la venue au pouvoir du roi Louis Hyld et l'ascension de l'Ordre des Inquisiteurs en tant que religion officielle du royaume. Le sang ne mit pas longtemps à couler, et son ami Aendel fut l'une des premières pertes. Ceux qui avaient gardé le contact avec Haryn savaient que son caractère avait changé pendant cette errance, qu'il était devenu plus dur, plus froid et plus instable, mais pour les autres, la rage et la soif de sang qu'il commença à éprouver à partir de ce moment vint comme un choc sans précédent. Dès cet instant, Haryn devint encore plus difficile à raisonner et sombra dans les horreurs de la vendetta. Chaque vie était précieuse, mais celles de ses amis l'étaient encore plus, et la mort de tous ces cafards de l'Ordre ne serait jamais suffisante pour payer celle d'Aendel. Le prêtre se jura de détruire tous ceux qui se dresseraient sous la bannière de ces Inquisiteurs et sans doute perdit-il la raison en même temps que ses scrupules. Il commit de nombreux meurtres, mais si au début ils ne concernaient que des Inquisiteurs, les raisons de tuer quelqu'un finirent par s'étendre et s'étendre, si bien qu'il en arriva à un point où être de mauvaise humeur était une excuse suffisante pour détruire un village. Haryn n'est plus la personne qu'il était. Il est devenu un monstre, une abomination sans états d'âme ni pitié, mais lui pense être devenu ce qu'il était toujours censé être : quelqu'un qui vit selon ses propres règles, libre, intimidé par rien ni personne.

Près d'un cadavre carbonisé jusqu'à l'os, il récupéra une pièce de bronze. Près d'un second corps desséché, comme vidé de sa vitalité et de son essence, il en récupéra une autre. Le prêtre ouvrit sa sacoche et, dans une énorme bourse remplie de pièces d'or qu'il avait pourtant annoncée comme étant désespérément vide, déposa les deux pièces de bronze qui rejoignirent leurs consœurs avec un tintement sonore. Haryn détacha la bride de son cheval paniqué et grimpa sur son dos avec une profonde expiration. Il leva les yeux vers le ciel, posa son couvre-chef sur sa tête et se  remit en route, ne laissant derrière lui que les dépouilles de deux bandits de grand chemin. « Quelle belle journée... » il laissa échapper, l'air pensif.







Revenir en haut Aller en bas
Haryn, le prêtre errant.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Anaël, le barde errant des Havres
» Lorsqu'un chat errant crée des liens
» Erco Skaline
» [Validée]Heine Rammsteiner, le Chien Errant !
» Edhelran, Pyeron l'elfe errant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Song of Ravens-
Sauter vers: