Curieuse rencontre [Pv Vanwyn Nel Aënor]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: 
 :: Parve
Invité
Invité
MessageCurieuse rencontre [Pv Vanwyn Nel Aënor] 10/10/2016, 01:43
  • Sirendor
  • Vanwyn Nel Aënor
Curieuse rencontre
La curiosité est un vilain défaut. Elle est intrigante, fascinante et même parfois stupéfiante à bien des égards. Elle me pousse à prendre le temps d'écouter, ressentir, regarder l'arbre en oubliant presque la forêt. La nuit s'estompe et peu à peu dévoile à mon regard scrutateur et brillant l'architecture colossale d'une bâtisse. La nature semble avoir reprit de droit ce qui lui appartient ici. Le prolongement des branches et des feuillages s'extirpent de part et d'autres des crevasses et autres cavités creusées, taillées, sculptées de la main de l'homme, d'une civilisation disparue désormais. Mon corps tout entier suit un chemin puis un autre sans jamais prendre le temps de s'arrêter mes yeux contemple sans dire mot et assimilent chaque détails échappant à la convoitise de mon propre peuple. Les citées de pierres ne sont pas faites pour eux pensais-je alors que je prenais garde à ne pas voir l'armature de certaines structures se dérober sous mes pieds et me rapprocher des esprits plus rapidement que prévu. Mes pensées elles étaient perpétuelles recherches et je savais ce que penserait la plupart des membres du clan si je leurs avais dévoilés les idées couvant silencieusement dans cette caboche qui me sert de tête. Pourquoi donc aller s'enquérir de ces ruines alors que nous devrions nous atteler à la conquête de Balaïa ? Quel importance de se rendre dans un lieu perdu et vide d'hommes ou nous ne pouvons piller et combattre pour accroître notre gloire et notre renommée ? Pourquoi ne pas te satisfaire de ce que tu as ? Toutes ces questions auxquels je ne pouvais répondre ouvertement à cœur ouvert sans perdre l'estime de la plupart de mes frères qui ne voyaient pas ce que le monde m'offrait à présent.

Les ruelles abandonnées semblaient n'être animées que par le chant du vent soufflant les feuilles mortes agglomérés ici et là sur les pavés jonchés de débris, ustensiles et autres objets du quotidien des habitants de cette ancienne citée. Que fais tu ici Sirendor ? Que cherches-tu dans cet amas de poussières ? M’interrogeais-je alors que j'entrevoyais une demeure à la porte entrouverte semblant me convier à entrer. Sans me faire prier j'y laissais mon corps se faufiler à travers les obstacles que l'usure et le temps avaient fait subir à cette maisonnée. La forte carrure que j'arborais explorait difficilement les espaces les plus confinés. Mes larges épaules passaient non sans peine une large poutre en bois se trouvant sur mon passage. L'espace habitable était imprégné de l'humidité qui s'était accumulée au fil des ans. Le bois avait gonflé et déformé les structures, charpentes, solives, poutres et affaissé l'ensemble de la construction. Les fondations semblaient pourtant encore apte à soutenir quelques temps la majeur partie du toit. La lumière du soleil traversait à travers chaque troues, chaque embrasures de l'habitacle si bien que la luminosité rendait plus aisée l'exploration dans certains recoins. Je trouvais un banc quelque peu bancal sur lequel je décidais de m'asseoir. Avec quelques précautions je laissais mon visage grimacer sous le bruit sourd et grinçant du banc de fortune déjà bien souffrant. Mes yeux céruléens firent face à ce qui semblait être à première vue un gobelet et un sac de grain. Mes doigts plongèrent instinctivement dans cet amas granuleux malaxant et réduisant en poussière une farine rance et brune virant vers le noir. Je laissais mon coude s'apposer et déversait le contenu de ma main gauche sur la table laissant mon visage se pencher légèrement observant les graines tombées les unes après les autres de manière hétéroclite sur l'ensemble du support. Mes pensées se tournèrent vers Sonja. Elle qui se vantait de si bien me connaître allait sûrement être d'une humeur fracassante à mon retour. Il fallait dire que mes absences longues et répétées étaient sujet d'énervement et de mécontentement pour sa personne. Elle qui désirait si ardemment à partager ces quelques moments intimes avec moi ne comprenait pas ces subites disparitions. Que pouvait-elle bien penser ? Avait-elle peur que je m’enquière d'une autre guerrière ? Il n'en était nullement question, j'appréciais parfois cette solitude qui m'était propre et que je ne pouvais expliquer.

Me retirer dans des endroits, des lieux insolites et mystérieux me semblait propice à recouvrir une certaine forme d'apaisement dont j'avais maladivement besoin. Si elle cherchait à s'approprier mon corps et mon esprit elle ne pouvait cependant pas me retenir auprès d'elle indéfiniment à longueur de journée. J'inspirais et expulsais l'air vicié de ce lieu de mes poumons. Mes doigts continuaient à se divertir des quelques grains sur le rebord de la table sans m’apercevoir que quelque chose ou plutôt quelqu'un semblait avoir distinguer la silhouette bourrue accoudée et pensive qui n'était autre que moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://thesongofravens.forumactif.org/t83-your-fight-is-over-vanwyn-nel-aenor http://thesongofravens.forumactif.org/t67-vanwyn-nel-aenor-warri
▲ MESSAGES : 630
▲ ÂGE : 150 ans
▲ RACE : Elfe
▲ STATUT SOCIAL : Noble, héritière de la famille Aënor
▲ LIEU : Korina
▲ METIER OU OCCUPATION : Mercenaire, elle appartient au groupe des Ravens
▲ ALLEGEANCE : Les Renégats
▲ AVATAR & CREDITS : Jaimie Alexander - vintage phonic
▲ MULTICOMPTES : x
MessageRe: Curieuse rencontre [Pv Vanwyn Nel Aënor] 25/10/2016, 00:39
Curieuse rencontre
feat Sirendor


Une silhouette encapuchonnée se faufilait tant bien que mal à travers les ruines, pestant contre sa jambe blessée. Son bandage de fortune constitué de feuilles séchées et d'un morceau de son pantalon de cuir la démangeait. Il était inhibé de sang, elle devait le changer seulement pas avant d'avoir trouvé un endroit sûr pour la nuit. La traversée de la montagne avait été éprouvante, tant physiquement que mentalement. Le blizzard impitoyable l'avait d'abord séparé de ses amis en l'envoyant voltiger en contrebas puis il avait recouvert le monde d'un voile blanc lui enlevant tout ses repères. Contre toute attente, l'elfe avait survécu, ainsi il était hors de question qu'elle meurt à cause des basses températures ou des bêtes sauvages qui rôdent dans le coin.

Le ciel était clair se parant peu à peu des couleurs mordorées et violettes annonçant la fin de la journée. Bientôt quelques étoiles apparaîtront dans le ciel, leur éclat serait plus intense que d'habitude car les fumées des cheminées alentours ne seraient pas là pour les voiler. Vanwyn était définitivement du mauvais côté de la montagne, les ouestriens sont des nomades et elle ne trouverait donc aucun village à la ronde, aucun signe de vie hormis si elle s'approche suffisamment près d'un clan. Ce qui serait du suicide étant donné qu'elle ignore tout de leur culture et qu'ils ne sont pas réputés pour être accueillant avec les étrangers, surtout ceux qui semblent être balaïens. Or les ouestriens ne connaissant aucune autre culture que la leur et celle des balaiens, elle aurait beau protester sur son appartenance au peuple de l'autre côté de la montagne, elle serait quand même morte avant que l'aube ne se lève. Ceci dit, elle ne peut croire que ces gens soient aussi barbares que les balaïens  le disent. La cité fantôme qui se dresse devant elle le prouve aisément. Ce lieux était chargé d'histoire ou de magie, elle ne saurait le dire. La première guerre  ou tout autre cataclysme avait peut-être forcé les clans à abandonner leurs cités de pierres  bien trop facilement repérables et prenables d'assaut. Elle se demandait si quelqu'un dans ces terres hostiles seraient d'accord pour lui raconter l'histoire de cette cité qui semblait juste profondément endormie. Dans une maison  la table était dressée attendant pour l'éternité la famille qui vivait là autrefois, rien ne semblait avoir été pillé pendant leur absence pas plus qu'il n'y avait signe des anciens résidents. Elle n'avait glissé sur aucun fémur depuis son arrivée dans la ville et tant mieux car elle ignore si elle aurait été capable de se relever. L'aventurière en elle était cependant excitée et intriguée. La fatigue ne courbait plus autant son dos et elle décida de délaisser son devoir de mercenaire contre quelques jours d'exploration dans cette cité fantôme. Elle ne faisait perdre du temps à personne puisque ses compagnons la pensait sans doute morte après s'être brisée la colonne contre les pics escarpés de la montagne. Ils devaient avoir continué leur chemin, s'arrêtant malgré tout pour recommander son âme à Eiyna.

Vanwyn avait froid malgré le fait que sa cape vert foncé soit doublée, à vrai dire elle la portait surtout pour ses capacités de camouflage : elle se fondait dans n'importe quel environnement grâce à celle-ci. Une capacité très utile dans une ville bondée mais beaucoup moins dans une cité fantôme. Elle ne s'attendait d'ailleurs pas à croiser quiconque qu'il soit un ectoplasme ou une personne en chair et en os. Pourtant sa vision elfique ne pouvait la tromper, là sur un banc à sa droite, un homme trapu contemplait le grain entrain de s'écouler à travers sa main. Que pouvait-il bien faire ici ? Elle effleura machinalement son front, il était plus chaud qu'à l'accoutumé. Était-elle entrain d'halluciner ? Elle ferma les yeux quelques instants se concentrant sur le paysage en ruine qui l'entourait. Il n'y avait personne essaya-t-elle de se persuader. Lorsqu'elle rouvrit ses yeux, l'homme n'avait toujours pas bougé ni esquisser un seul mouvement vers elle. Bon elle était assurément toute seule ici alors elle ne risquait rien à parler à son hallucination, peut-être pourrait-elle même la convaincre de s'évanouir ? La folie ce n'est vraiment pas une bonne chose pour un elfe, parce que non seulement on perd peu à peu de sa superbe mais en plus ça peut durer très longtemps grâce à l'exceptionnel longévité voire immortalité de l'espèce. Certes ce n'est pas mieux pour les humains  mais un accident est si vite arrivé, la mort semble amoureuse de leurs corps frêles, ouvrant sans cesse ses bras pour étouffer la flamme qui brûle en eux. Vanwyn se dégagea des ombres, s'avançant vers l'homme plongé dans ses pensées. Il était bien imprudent.
Elle s'exclama alors :
<< - Qui êtes-vous ? Un fantôme ou une hallucination ? >>

La troisième option était bien entendue exclue d'office. Sa main se posa toutefois son épée s'il y avait besoin de vérifier le caractère transparent de l'entité presque en face d'elle.



acidbrain


Pardonne moi pour ce temps de réponse assez lent
Revenir en haut Aller en bas
Curieuse rencontre [Pv Vanwyn Nel Aënor]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Curieuse, mais...[liiiibre]
» curieuse ? machiavélique ? vicieuse ? pv Jake
» De quel côté... {Abandonné}
» Des animaux très curieux .
» Une petite blague [ Take ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Song of Ravens-
Sauter vers: