Ellana Vega Deamr ║Nos infinis contre leur rien
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: 
 :: Anciennes présentations
Invité
Invité
MessageEllana Vega Deamr ║Nos infinis contre leur rien 11/8/2016, 15:30

ᚕ Ellana V. Deamr
Pour redonner l'éclat à l'émeraude en toi


Nom et prénom : Deamr Ellana Vega Age : 23 ans Race : Humaine Contrée de naissance : Hyld Statut social : Vagabonde Statut civil : Fille de personne Orientation sexuelle : Au gré des vents Métier/Fonction : Petite marchande de rêve Allégeance : le Peuple Groupe : L'Espérance Célébrité et crédit : Kaya Scodelario Caractère : Imprévisible Douce Égarée Volontaire [...]


     


Qui es-tu ?

Toutes voiles aux vents, me voilà échouée sur les rives de Balaïa, pour le meilleur ou pour le pire, à vous de voir



Quelle est votre opinion sur la Reine de Balaïa ?
La nuit tombait quand je passai les portes de Havern ce soir-là après trois semaines de vagabondage à travers les monts et vallées qui séparaient la baronnie Hyld de celle des Fran. Moi qui avait espéré un peu de repos dans cette cité réputée pour son calme et sa beauté, je vis mes attentes réduites à néant en pénétrant dans la ville assiégée de feux de joie et éclatée de rondes de danse perpétrées par une peuplade enivrée qui riait à l'unisson et gorge déployée. Le pas las et les sens troublés par les vapeurs qui émanaient des foules énervées, j'avançais avec peine entre ces corps puant de moiteur et salis d'allégresse, me frayant un passage comme je pouvais sans savoir où j'allais.
Un cri au loin retint soudain mon attention : « Le roi est mort ! Vive la Reine ! », agrippé aussitôt de derrière par les hourras et autres quolibets des suiveurs du crieur. Je stoppai ma périlleuse progression et me tournai de moitié vers la voix qui avait jailli dans le ciel assombri d'étoiles qui tardaient à venir. Vive la Reine... A travers le goût sale du ravissement, de la navrante décadence de ces gens enivrés par la hardiesse et les fumées qui leur piquaient les yeux, je sentais poindre une once niée mais bien présente d'espoir. L'espoir que les choses changent, qu'une femme au pouvoir pourrait, oserait faire bouger les lignes et se soucier de leur sort, même juste un peu. La beauté de cet élan d'innocence collective me fendilla le cœur là même où il était encore intact. Qu'est-ce qu'une femme pouvait bien changer ? Tant qu'elle était riche et avait le pouvoir, la misère des petites gens ne ferait jamais partie de ses préoccupations. Ils avaient trop à faire, ces nobles, trop de magouilles à opérer pour se jouer un peu plus de nous et se rire de leurs jeux fort prolifiques à chaque soir de leurs festins quotidiens. Une reine ne changerait rien à cela, sinon à perdre son royaume et nous livrer en pâture à l'ennemi en se réfugiant elle dans son palais d'ivoire.
Sur ces amères réflexions, le cœur serré ainsi que mes poings meurtris et frêles, je me détournai de nouveau et repris ma fastidieuse ascension vers les hauteurs de la ville à la recherche d'un toit ou d'un recoin tranquille où je pourrais m'établir pour une courte nuit.  

Est-il possible que les Dragons existent réellement ?
Je laissais le parchemin s'enrouler sur lui-même entre mes doigts. Le rapport de Caïrn ne faisait que confirmer les rumeurs insinuées l'air de rien par les récits des colporteurs depuis quelques mois déjà. Tout le monde souriait, comme on écoute une fable, un conte de fée assaisonné de la juste dose de frisson, mais que la raison ne peut croire.
Pourtant l'étude que je venais de lire faisait aveu d'un tout autre état des choses. Depuis des années, les phénomènes inexplicables et parfois même irréalistes se multipliaient à travers le continent, jusqu'aux contrées les plus éloignées de nos royaumes – cela se savait. Mais même notre connaissance déjà avancée de la magie peinait à saisir l'origine de certaines manifestations : des orages déchaînés éclataient, provocant inondations et effondrements en tout genre, les marées montaient tant et si bien que le système économique maritime s'en trouvait compromis, et des hommes se tuaient de ne pas contrôler tel ou tel afflux de magie qu'ils avaient invoquée. La barrière entre la Strate et nous se brisait d'une irrémédiable manière.
Cela impliquait-il le retour des dragons sur nos terres ? Je ne savais qu'en penser. Une part irréductible de moi craignait que cela arrive, craignait pour sa vie et celle de toutes les belles âmes qu'elle avait pu croiser un jour. Et une autre part, plus fourbe et hyène, se riait d'avance de voir le monde imploser sous ses yeux et recevoir le juste châtiment à ses crimes immondes. En somme, c'était une curiosité malade prenait le dessus. Je trépignais de voir ces si fameux et terribles dragons en chair et en flammes, de découvrir leur puissance, leur taille et la portée de leur feu. Et je rêvais qu'ils soient les sauveurs que je savais n'exister ni chez les nobles, reine et barons qui nous gouvernaient piteusement déjà, ni chez les elfes ni chez les nains, ni chez quelques guildes que ce soient, et moins encore chez les sauvages au-delà des montagnes. D'espoirs en désespoirs, j'avais perdu toute confiance en l'homme, fut-il doué ou fait de magie. Les dragons, c'était peut-être la seule espérance qu'il me restait.


Croyez-vous que les ouestriens soient une menace pour le royaume ?
« Sauvageonne », siffla l’homme entre ses dents quand je tournai le dos pour quitter son échoppe. L’insulte – son ton ne laissant  que peu de place à l’empathie – m’arracha un frisson qui remonta ma colonne vertébrale et arrêta ma main sur la poignée l’espace d’une seconde. Non, je n’allais pas en rajouter, ce marchand aigri n’en valait pas la peine. Je poussai la porte et m’arrachai à la pièce sombre et lugubre – boutique à l’image de son propriétaire. La fraîcheur du dehors me rassérénera et clarifia mes pensées embrouillées par mon échange avec le vieil homme.  
Il avait refusé de me vendre la moindre de ses armes, sous prétexte que je n’étais qu’une femme, et que les seules créatures de mon genre à se battre était des ouestriennes. Si j’avais cru déceler une once de peur dans son regard en me voyant entrer chez lui, je fis l’erreur de vouloir lui expliquer que je voyageais seule pour rejoindre Julasta, au pied des Blackthornes, et que je devais par conséquent avoir les moyens de me défendre. Question de survie, m’voyez. Mais mes paroles ne firent que raviver sa méfiance à mon égard. Il pesta que ces montagnes étaient maudites et infestées de ces ouestriens qui ne vivent que pour nous envahir et piller nos villages, que je ne pouvais pas mettre les pieds là-bas à moins d’être des leurs, une impie, voleuse et sournoise. Je tiquai, ma main se serrant dans ma poche sur la dague que je venais de subtiliser sur l’étagère près de la porte quand je m’étais détournée pour fermer celle-ci derrière moi. Sans guère de prestance, je tâchai de me défendre de ses accusations, affirmant que je me rendais seulement au Collège de l’Arbre-Cœur pour y devenir mage, mais là encore je ne fis que passer pour une sorcière à ses yeux. Je compris que l’irascible pourvoyeur d’armes ne lâcherait pas ses convictions fort désuètes et ne me vendrait pas le moindre de ses artefacts tant que je serais femme.
Son indécente et malsaine obstination me fit voir rouge, blessée dans mon ego par ses manières de rustre. Je raffermis doucement ma prise sur la dague dans ma poche, et mon regard s’assombrit de tristesse et de rage. D’un mouvement leste et vif, ma main jaillit de son refuge pour caler la pointe de la lame sous la gorge de mon interlocuteur, prête à s’enfoncer dans sa chair là où elle saurait le mutiler à souhait sans lui ôter la vie.
« Ce prix, c’est une farce, j’imagine. C’est certain même : ta malhonnêteté de marchand ne peut être si arrogante, ce serait là un crime contre le petit peuple, lui qui aurait pourtant bien besoin de ces armes pour défendre ta vie et les terres du royaume contre cette menace ouestrienne que tu colportes si bien en fausses rumeurs. Tiens, vieux débris, voilà ton dû, la juste valeur de ce que tu vends à un prix éhonté. »
Je lâchai trois pièces de bronze sur son comptoir crasseux, le fis lever la tête du bout de ma lame pour planter mon regard dans ses yeux une dernière fois et qu’il y devine de quoi j’étais capable. Satisfaite enfin, je rengainai ma dague, lui souhaitai une belle journée et fis volte-face pour quitter la boutique. « Sauvageonne », l’entendis-je siffler dans mon dos.
Une fois sortie, son mot d'adieu refusa de quitter mon esprit. C'est qu'il n’avait pas si tort à ce sujet : je ne savais plus vivre parmi les hommes et leurs cités. Je ne le voulais plus non plus. J’allais de ville en village depuis le début de mon voyage, mais c’était dans les bois que je me sentais vraiment chez moi. Leurs pierres carrées, leurs murs et leurs verreries… tout cela n’était que crime, indécence et monstruosité. L’homme devenait machine, perdait le sens de la mesure et détruisait tout ce qui n’entrait pas dans son petit cadre étriqué de créature « civilisée ». L’homme, l’homme des villes était en train de devenir fou. Et diable, j’avais déjà trop à faire de ma propre folie pour me mêler à la leur.  


Que pensez-vous de l'influence grandissante de l'Ordre des Inquisiteurs ?
Le marteau vint frapper la tête du clou d'argent ouvragé et la pointe de ce dernier s'enfonça de quelques millimètres sous ma peau. D'un geste alerte et précis, l'homme décala l'épine pour abattre de nouveau son outil sur celle-ci, et entailler encore ma chair. Puis encore. Mes nerfs vrillaient à chaque nouveau coup mais je restai de marbre, mon poing se serrant à m'en faire blanchir les jointures. Je sentis le sang commencer à couler de la plaie noirâtre, se mêler d'encre et de lymphe en un sillon bichrome qui vint se perdre au creux de mon bras.
L'homme, les sourcils froncés par sa concentration, respirait fort et fredonnait parfois des mots étranges ; d'autres fois, sa gorge résonnait de notes sourdes et gutturales, venant, me semblait-il, de temps bien plus anciens. Ses yeux étaient des globes sombres, une mer sans fond, et ils luisaient dans la lueur de la bougie dont la flamme éclairait l'austère cabane modestement construite à la cime des plus hauts arbres de ces bois millénaires. Dans un coin de l'unique pièce brûlaient des herbes et des pétales séchées qu'il avait saupoudrées d'une mixture d'huiles odorantes, d'écorces fraîches et de crin animal. La pièce était baignée d'une douce et grisante fumée qui fendait l'air de fines et narquoises volutes, nuées filantes aux teintes rougeoyantes, bleuâtres ensuite, passant de l'onyx à l'albâtre, à l'or puis à l'opale ; fantômes malins et peu honnêtes.
La douleur cessa soudain ; l'homme avait reposé ses instruments et enduisit ma chair brûlante et tourmentée d'un onguent frais et apaisant qui ne tarda pas à faire effet. Mais mon répit ne dura pas longtemps. À peine avais-je eu le temps de me rendre compte de ce qu'il se passait dans la réalité, le tangible autour de moi, qu'à nouveau le marteau s'abattit sur le clou qui vint fendre mes nerfs déjà à vif. La mage inscrivait un second sigle dans sa chair, manquant de donner le coup de grâce à mon esprit plus que tourmenté. L'ambiance calfeutrée et délirante de l'habitacle me ramenait à des choses enfouies bien trop profondément en moi, rappelait à ma mémoire des souvenirs que j'avais voulu oublier à jamais.
J'avais l'impression de marcher sur un fil ; à ma droite un gouffre, et le vide à ma gauche.

Alors le fil se déroba de sous mes pieds
et je tombai,
tombai,
tombais au
creux de l'abîme.

Et l'espace d'un instant, toutes mes peurs et mes incertitudes s'évanouirent et les choses m'apparurent avec une clarté inouïe. Un éclair dans un ciel empli de flammes et de magie. J'eus alors la certitude que les Douze n'avaient pas cessé de veiller et qu'ils régnaient bien encore sur ce monde et les autres. Imperceptiblement, ils nous guidaient tous, chacun d'entre nous, vers le destin qui devait être le nôtre. Il suffisait de tendre l'oreille, d'écouter son cœur et son instinct.

Quand je revins à des considérations plus terrestres et mesurées, le mage avait fini de de graver et panser trois signes en tout sur mon avant-bras gauche. Il me scrutait d'un œil encore hagard, mi-inquiet, mi-serein. Je hochai doucement la tête pour lui signaler que j'allais bien. Il finit de fixer mon bandage dans les règles de l'art, prononçant encore d'une voix grave et voilée des mots d'un langage que je ne comprenais pas.

- Puissent les Douze te guider, me souhaita-t-il finalement.

Il m'apporta un verre d'eau infusée d'herbes médicinales que je bus d'une traite, me rendant seulement compte que la séance m'avait assoiffée.

- Tu vas pouvoir rentrer chez toi, ou là où tu veux, me signala-t-il d'un ton fuyant, l'air pressé de se retrouver seul. Et n'oublie pas, fillette : sois attentive aux signes.

Il s'arrêta pour désigner de son regard fiévreux et entendu mon bras meurtri, puis entreprit de ranger son matériel en attendant que je m'en aille. Je me relevai prudemment, mais la décoction qu'il m'avait fait boire avait bien commencé à faire effet et aucun vertige ne me saisit – j'avais même l'esprit plutôt clair.

- Je le serai, lâchai-je comme une promesse en lui tournant le dos pour me vêtir de ma cape.

Sans adieu ni regard en arrière, je me dirigeai alors vers la sortie et entrepris et regagner la terre ferme. Quand mes pieds touchèrent enfin le sol, je marquai néanmoins un temps d'arrêt. Mon regard alla se perdre au fond des bois, là où l'obscurité avait avalé les arbres. Je tâtai du bout des doigts le bandage qui serrait mon avant-bras. Quelque chose en moi avait vu le jour, s'était comme affirmé. Ma quête semblait avoir pris un sens, et je ne doutais plus : l'Ordre paierait pour ses crimes.







Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageRe: Ellana Vega Deamr ║Nos infinis contre leur rien 11/8/2016, 15:31

Histoire
400 mots minimum
parumque aliquando temptatum commentum adgressus. quod si impetrasset.Quidem regiones velut in prominenti terrarum lingua positae ob orbe eoo monte Amano disparation.Et quia Mesopotamiae tractus omnes crebro inquietari sueti praetenturis et stationibus servabantur agrariis, laevorsum flexo itinere Osdroenae subsederat extimas partes, novum parumque aliquando temptatum communément adgressus. quod si impetrasset.Quidem regiones velut in prominenti terrarum lingua positae ob orbe eoo monte Amano disparation.Et quia Mesopotamiae tractus omnes crebro inquietari sueti praetenturis et stationibus servabantur agrariis, laevorsum flexo itinere Osdroenae subsederat extimas partes, novum parumque aliquando temptatum commentum adgressus. quod si impetrasset.Quidem regiones velut in prominenti terrarum lingua positae ob orbe eoo monte Amano disparation.Et quia Mesopotamiae tractus omnes crebro inquietari sueti praetenturis et stationibus servabantur agrariis, laevorsum flexo itinere Osdroenae subsederat extimas partes, novum parumque aliquando temptatum commentum adgressus. quod si impetrasset.Quidem regiones velut in prominenti terrarum lingua positae ob orbe eoo monte Amano disparation.Et quia Mesopotamiae tractus omnes crebro inquietari sueti praetenturis et stationibus servabantur agrariis, laevorsum flexo itinere Osdroenae subsederat extimas partes, novum parumque aliquando temptatum commentum adgressus. quod si impetrasset.ia Mesopotamiae tractus omnes crebro inquietari sueti praetenturis et stationibus servabantur agrariis, laevorsum flexo itinere Osdroenae subsederat extimas partes, novum parumque aliquando temptatum commentum adgressus. quod si impetrasset.Quidem regiones m Osdroenae subsederat extimas partes, novum parumque aliquando temptatum commentum adgressus. quod si impetrasset.Quidem regiones velut in prominenti terrarum lingua positae ob orbe eoo monte Amano disparation.Et quia Mesopotamiae tractus omnes crebro inquietari sueti praetenturis et stationibus servabantur agrariis, laevorsum flexo itinere Osdroenae subsederat extimas partes, novum parumque aliquando temptatum commentum adgressus. quod si impetrasset.Quidem regiones velut in prominenti terrarum lingua positae ob orbe eoo monte Amano disparation.Et quia Mesopotamiae tractus omnes crebro inquietari sueti praetenturis et stationibus servabantur agrariis, laevorsum flexo itinere Osdroenae subsederat extimas partes, novum parumque aliquando temptatum communément adgressus. quod si impetrasset.Quidem regiones velut in prominenti terrarum lingua positae ob orbe eoo monte Amano disparation.Et quia Mesopotamiae tractus omnes crebro inquietari sueti praetenturis et stationibus servabantur agrariis, laevorsum flexo itinere Osdroenae subsederat extimas partes, novum parumque aliquando temptatum commentum adgressus. quod si impetrasset.Quidem regiones velut in prominenti terrarum lingua positae ob orbe eoo monte Amano disparation.Et quia Mesopotamiae tractus omnes crebro inquietari sueti praetenturis et stationibus servabantur agrariis, laevorsum flexo itinere Osdroenae subsederat extimas partes, novum parumque aliquando temptatum commentum adgressus. quod si impetrasset.Quidem regiones velut in prominenti terrarum lingua positae ob orbe eoo monte Amano disparation.Et quia Mesopotamiae tractus omnes crebro inquietari sueti praetenturis et stationibus servabantur agrariis, laevorsum flexo itinere Osdroenae subsederat extimas partes, novum parumque aliquando temptatum commentum adgressus. quod si impetrasset.ia Mesopotamiae tractus omnes crebro inquietari sueti praetenturis et stationibus servabantur agrariis, laevorsum flexo itinere Osdroenae subsederat extimas partes, novum parumque aliquando temptatum commentum adgressus. quod si impetrasset.Quidem regiones velut in prominenti terrarum lingua positae ob orbe eoo monte Amano disparation.Et quia Mesopotamiae tractus omnes crebro inquietari sueti praetenturis et stationibus servabantur agrariis, laevorsum flexo itinere Osdroenae subsederat extimas partes, novum parumque aliquando







Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
▲ DANS MA SACOCHE:
▲ CAPACITES:
▲ DISPONIBILITE RP: 2/4
Voir le profil de l'utilisateur
▲ MESSAGES : 381
▲ ÂGE : On ne demande pas l'âge d'une dame !
▲ RACE : Elfe
▲ STATUT SOCIAL : Noble
▲ LIEU : Julatsa
▲ METIER OU OCCUPATION : Mage Ensorceleuse
▲ ALLEGEANCE : Les Cités Collegiales
▲ AVATAR & CREDITS : Emilia Clarke - Sélène ❤
MessageRe: Ellana Vega Deamr ║Nos infinis contre leur rien 11/8/2016, 15:32
Bienvenue jolie demoiselle !
Bon courage pour ta fiche et voici ton cookie de bienvenue

_________________
« Ma fille, ma douce Ciryial, tu grandis tellement vite et j'aimerais te garder auprès de moi, mais l'Appel ne se trompe pas, tu es prête à embrasser ton destin »
♣ ♠   CIRYIAL NEL LLYÜWEN ♠ ♣
STORY OF MY LIFE - FRIENDS & FOES
© Dita | Epicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://thesongofravens.forumactif.org/t83-your-fight-is-over-vanwyn-nel-aenor http://thesongofravens.forumactif.org/t67-vanwyn-nel-aenor-warri
▲ MESSAGES : 630
▲ ÂGE : 150 ans
▲ RACE : Elfe
▲ STATUT SOCIAL : Noble, héritière de la famille Aënor
▲ LIEU : Korina
▲ METIER OU OCCUPATION : Mercenaire, elle appartient au groupe des Ravens
▲ ALLEGEANCE : Les Renégats
▲ AVATAR & CREDITS : Jaimie Alexander - vintage phonic
▲ MULTICOMPTES : x
MessageRe: Ellana Vega Deamr ║Nos infinis contre leur rien 11/8/2016, 15:35
Bienvenuue

J'aime beaucoup ton début de fiche bon courage pour la suite et si tu as des questions n'hésite pas
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
▲ DANS MA SACOCHE:
▲ CAPACITES:
▲ DISPONIBILITE RP: Disponible
Voir le profil de l'utilisateur http://thesongofravens.forumactif.org/t131-rowan-morghun-strenght-honor#859 http://thesongofravens.forumactif.org/t110-we-blossom-rowan-morg
▲ MESSAGES : 140
▲ ÂGE : 40 ans
▲ RACE : Humain
▲ STATUT SOCIAL : Noble
▲ LIEU : Baronnie Morghun
▲ METIER OU OCCUPATION : Baron de Gresse
▲ ALLEGEANCE : La Couronne
▲ AVATAR & CREDITS : Eden memories
▲ MULTICOMPTES : x
MessageRe: Ellana Vega Deamr ║Nos infinis contre leur rien 11/8/2016, 15:38
Kaya Scodelario bon choix !
Bienvenue et bon courage pour ta fiche !

_________________

Only Human
Je crois qu'on survit à tout. Je crois que la vie est plus forte. Je crois que le temps est assassin et balaye les visages du passé en emportant avec lui les épreuves qu'on pensait ne pas pouvoir surmonter... © caius
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
▲ DANS MA SACOCHE:
▲ CAPACITES:
▲ DISPONIBILITE RP: OPEN ♥
Voir le profil de l'utilisateur http://thesongofravens.forumactif.org/t128-les-clochettes-des-bois-merit-ravran#bottom http://thesongofravens.forumactif.org/t108-merit-ravran
▲ MESSAGES : 178
▲ ÂGE : 19 ans
▲ RACE : Humain
▲ STATUT SOCIAL : Noble
▲ LIEU : Baronnie Ravran, Forêt Thornewood
▲ METIER OU OCCUPATION : Guérisseuse
▲ ALLEGEANCE : Le Culte des Douze
▲ AVATAR & CREDITS : Imogen Poots ©freschamp
▲ MULTICOMPTES : Nyecia la Flamboyante
MessageRe: Ellana Vega Deamr ║Nos infinis contre leur rien 11/8/2016, 15:43
Bienvenue

_________________

It is in the still silence of nature
where one will find true bliss
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageRe: Ellana Vega Deamr ║Nos infinis contre leur rien 11/8/2016, 17:23
Bienvenue !!

Bon courage pour ta fiche Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageRe: Ellana Vega Deamr ║Nos infinis contre leur rien 11/8/2016, 21:07
Bienvenue Demoiselle Vagabonde
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
▲ DANS MA SACOCHE:
▲ CAPACITES:
▲ DISPONIBILITE RP: Dispo !
Voir le profil de l'utilisateur http://thesongofravens.forumactif.org/t85-haryn-looking-for-heaven-found-the-devil-in-me http://thesongofravens.forumactif.org/t29-haryn-le-pretre-errant
▲ MESSAGES : 170
▲ ÂGE : C'est pas poli de demander ça !
▲ RACE : Humain, à ce qu'il parait.
▲ STATUT SOCIAL : Né dans la pauvreté, mais bien marié !
▲ LIEU : Un peu partout sur Balaïa.
▲ METIER OU OCCUPATION : Prêtre errant de Yëvinn.
▲ ALLEGEANCE : Le Culte des Douze
▲ AVATAR & CREDITS : Henry Cavill. [Sélène]
▲ MULTICOMPTES : Erendel Findabair.
MessageRe: Ellana Vega Deamr ║Nos infinis contre leur rien 12/8/2016, 12:37
Bienvenue parmi nous ! Ce début de fiche m'intrigue, je suis pressé de voir la suite

Bon courage pour le reste de ta fiche et n'hésite pas en cas de questions ^^

_________________



for forgiveness you could always pray that the sickness, it could go away. lights, they blind me. at the altar would you pay the price? would you give your, would you give your life? lights, they blind me. for forviveness...



Touch this, touch all of this ♥ :
 



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageRe: Ellana Vega Deamr ║Nos infinis contre leur rien 15/8/2016, 16:09
Merci à tous pour vos messages de bienvenue, ça fait chaud au clavier Je me hâte de finir ma petite fiche, mais pas trop non plus, faut faire ça bien quand même !

Et sinon oui, sur la rédaction des rps, je me demandais : première ou troisième personne ? J'ai la plume indécise à ce sujet, en général ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
▲ DANS MA SACOCHE:
▲ CAPACITES:
▲ DISPONIBILITE RP: Dispo !
Voir le profil de l'utilisateur http://thesongofravens.forumactif.org/t85-haryn-looking-for-heaven-found-the-devil-in-me http://thesongofravens.forumactif.org/t29-haryn-le-pretre-errant
▲ MESSAGES : 170
▲ ÂGE : C'est pas poli de demander ça !
▲ RACE : Humain, à ce qu'il parait.
▲ STATUT SOCIAL : Né dans la pauvreté, mais bien marié !
▲ LIEU : Un peu partout sur Balaïa.
▲ METIER OU OCCUPATION : Prêtre errant de Yëvinn.
▲ ALLEGEANCE : Le Culte des Douze
▲ AVATAR & CREDITS : Henry Cavill. [Sélène]
▲ MULTICOMPTES : Erendel Findabair.
MessageRe: Ellana Vega Deamr ║Nos infinis contre leur rien 15/8/2016, 16:29
Il n'y aucune forme imposée de ce côté là, tu es libre d'écrire à la personne qui t'inspire le plus ! Après, si tu cherches des conseils, j'ai personnellement une préférence pour la 3ème personne

_________________



for forgiveness you could always pray that the sickness, it could go away. lights, they blind me. at the altar would you pay the price? would you give your, would you give your life? lights, they blind me. for forviveness...



Touch this, touch all of this ♥ :
 



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageRe: Ellana Vega Deamr ║Nos infinis contre leur rien 16/8/2016, 13:36
Bienvenue Ellana Smile
Bon courage pour finir ta fiche!

Pour ce qui est du point de vue,c'est vraiment une question de préférence. Ici tout se fait, meme certains qui écrivent a la deuxieme personne. Du coup essaye peut etre de rediger ton historique avec les deux et choisit ce qui te plait le plus ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageRe: Ellana Vega Deamr ║Nos infinis contre leur rien 16/8/2016, 21:53
Bienvenue parmi nous Ellana
Ton personnage est très intriguant, je me réjouis de lire la suite
Bonne continuation pour la suite de la rédaction ♥
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageRe: Ellana Vega Deamr ║Nos infinis contre leur rien 28/8/2016, 23:58
Ok les amis, merci beaucoup pour vos conseils ((:

J'ai absolument pas pu finir ma présentation dans les délais, i'm soooo sorry
Retour au calme dès demain, je pourrais finir ça comme il faut !

Can't wait to write with you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://thesongofravens.forumactif.org/t83-your-fight-is-over-vanwyn-nel-aenor http://thesongofravens.forumactif.org/t67-vanwyn-nel-aenor-warri
▲ MESSAGES : 630
▲ ÂGE : 150 ans
▲ RACE : Elfe
▲ STATUT SOCIAL : Noble, héritière de la famille Aënor
▲ LIEU : Korina
▲ METIER OU OCCUPATION : Mercenaire, elle appartient au groupe des Ravens
▲ ALLEGEANCE : Les Renégats
▲ AVATAR & CREDITS : Jaimie Alexander - vintage phonic
▲ MULTICOMPTES : x
MessageRe: Ellana Vega Deamr ║Nos infinis contre leur rien 29/8/2016, 17:09
Il n'y a pas de soucis Ellana bon courage pour la fin de ta fiche *-*
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Vega Deamr ║Nos infinis contre leur rien
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» ONA; les employés de la comptablité s'opposent contre leur arrestation
» Les champions du neoliberalisme se revoltent contre leur doctrine
» Tactique gobelins contre nains
» Lutte contre le deboisement: Une victime de plus des anti-nationaux
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Song of Ravens-
Sauter vers: