Un air de renouveau... ▲ CIRYIAL&HARYN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: 
 :: RP abandonnés
Invité
Invité
MessageUn air de renouveau... ▲ CIRYIAL&HARYN 5/8/2016, 01:32


Le premier jour de Maïath, un jour important qui annonçait l'arrivée d'une nouvelle année et le retour du beau temps. L'air était encore frais en ce premier jour de Maïath mais c'était une fraîcheur différente de celle de Tiän, une fraîcheur agréable qui faisait se dresser les poils des avant-bras de Haryn tandis qu'il frissonnait de plaisir. La ville de Havern était en liesse et le prêtre, qui était dans les parages, avait décidé de célébrer la nouvelle année dans le fief de la Maison Fran. Malgré son profond mépris pour le reste des êtres vivants de Balaïa, Haryn avait toujours apprécié ces rassemblements populaires qui étaient un excellent moyen de passer un bon moment. Et Tiän avait été tellement rude en la Baronnie Fran cette année que les célébrations étaient particulièrement joyeuses, même les putains travaillaient à moitié prix aujourd'hui tant l'humeur était gaie.

Conscient de la popularité de cet événement – en d'autres termes, qu'il serait fréquenté par des roturiers et autres ploucs divers et variés – Haryn avait décidé de s'habiller sobrement, du moins aussi sobrement qu'il le pouvait : des bottes de cuir souples montant jusqu'aux genoux par dessus un simple pantalon beige, et une chemise en lin blanche (tout de même ornementée de l'emblème de Yëvinn, un énorme soleil au fil d'or, il ne fallait pas déconner). Il était à peu près 18h et la fête battait toujours son plein, probablement finirait-elle au lever du soleil le lendemain matin. Une chope de bière à la main, Haryn écoutait la ballade décrivant la tragique romance d'un couple à l'amour maudit chantée par un duo de ménestrels fort talentueux, un sourire niais sur le visage : y avait-il quoi que ce soit de mieux qu'une belle histoire d'amour ? Probablement, oui, toujours est-il que quand la chanson fut finie, le prêtre participa au tonnerre d'applaudissements, tout en renversant, par la même occasion, la moitié de sa chope de bière (mais pas sur lui-même, bien heureusement). C'est quand les applaudissements s'estompèrent qu'il l'entendit, ce son qui lui fit tourner la tête, et son coeur se stoppa l'espace d'une fraction de seconde.

Cette chevelure, comme une cascade d'argent liquide, balayée par le vent léger du premier jour de l'Aern et venant caresser ces épaules graciles à la peau d'albâtre. Ce rire, clair, cristallin, plein de joie et de charme, qu'il n'avait pas été autorisé à entendre depuis plus d'un siècle. Et ces yeux, trahissant une volonté de fer sous cette douceur apparente, ce nez, cette bouche, il connaissait cette femme. Il ne la connaissait que trop bien. Une fois le choc de sa présence passé, Haryn commença à réfléchir : que pouvait donc faire Ciryial à Havern ? Fille d'un Seigneur elfique et aristocrate raffinée de son état, la belle ensorceleuse n'était pas connue pour son amour des fêtes populaires, elle n'aurait pas fait tout ce chemin que pour participer aux célébrations – qui avaient d'ailleurs lieu dans tous les patelins de Balaïa. Alors quelle était donc la raison de sa présence ici ? Il hésita quelques secondes – notamment parce qu'il n'était pas sûr de vouloir l'aborder alors qu'il n'était pas au summum de l'élégance – puis, après avoir peint un sourire taquin sur ses lèvres, s'approcha de la magicienne.

« Bonsoir Ciryial. » Voir le visage de son épouse se décomposer à la vue de sa présence ici transforma le sourire faux de Haryn en une véritable marque de satisfaction. Il était difficile d'expliquer pourquoi mais le prêtre aimait par dessus tout être une épine dans le pied de celle qui devait partager sa vie jusqu'à ce que la mort les sépare. Peut-être pour cacher son embarras de n'avoir pu la rendre heureuse alors qu'ils étaient encore ensemble, la voir malheureuse même séparés lui confirmerait que ce n'était pas de sa faute, bien qu'il sache parfaitement ce qu'il en était réellement. Profitant de sa confusion, il attrapa la main de Ciryial et la baisa galamment, ne la lâchant pas de son regard insolent. « Je suis surpris de te retrouver ici. Tu ne me présentes pas à ton... ami ? » demanda-t-il en se tournant vers le jeune homme avec lequel elle était en pleine plaisante conversation jusqu'à ce qu'il ne les interrompe. Haryn serait-il arrivé comme un cheveu sur la soupe ? Il l'espérait bien...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
▲ DANS MA SACOCHE:
▲ CAPACITES:
▲ DISPONIBILITE RP: 2/4
Voir le profil de l'utilisateur
▲ MESSAGES : 584
▲ POINTS D'INFLUENCE : 116
▲ ÂGE : On ne demande pas l'âge d'une dame !
▲ RACE : Elfe
▲ STATUT SOCIAL : Noble
▲ LIEU : Julatsa
▲ METIER OU OCCUPATION : Mage Ensorceleuse
▲ ALLEGEANCE : Les Cités Collegiales
▲ AVATAR & CREDITS : Emilia Clarke - Zuz'
▲ MULTICOMPTES : Le badass Aodhan
MessageRe: Un air de renouveau... ▲ CIRYIAL&HARYN 5/8/2016, 12:02

UN AIR DE RENOUVEAU...


Havern. Ville de naissance de la douce et délicate Ciryial. Elle aime y passer quelques mois dans l'année pour y retrouver son père, Eäriel, toujours Ambassadeur des Elfes auprès des Hommes. Ciryial et lui ont une relation très forte, presque fusionnelle et les deux êtres n'aiment pas être séparés trop longtemps. Elle apprécie particulièrement de revenir dans les couloirs qui ont bercés son enfance, elle jurait avoir entendu quelques rires d'enfants à certains endroits. Elle constate amèrement que les années ont passées et qu'elle a bien changée depuis. Même si son père lui dit, chaque fois qu'elle vient, qu'elle est toujours aussi belle et jeune, elle sait bien qu'un jour, le temps prendra emprise sur son corps. Elle est arrivée la veille afin de préparer comme il se doit Maïath, ce premier jour d'une nouvelle année. C'est une fête importante chez les elfes car elle célèbre le renouveau de la nature et le retour du beau temps, après un hiver assez rude.

En se réveillant ce matin, elle se tourne délicatement pour découvrir l'homme avec qui elle a passé la nuit, car oui, Ciryial aime passer ses nuits au chaud, sans pour autant que cela ne signifie quoi que ce soit pour elle. Depuis Haryn, elle a du mal à faire confiance et surtout, elle ne se projette plus du tout en amour, trop déçue par l'attitude de celui qu'elle a aimé pendant bien trop longtemps. Elle découvre un bel homme, musclé et bronzé à souhait du doux nom de Beorcan, l'homme convoité par toutes les jeunes femmes en âge de se marier. Mais l'elfe ne le voit pas de cette manière et c'est bien ce qui lui plait, à Beorcan. Ils passent régulièrement quelques nuits ensemble lorsqu'elle est de passage à Havern. C'est un peu son repère après une trop longue navigation en mer, mais toujours est-il, que même si plusieurs fois, l'homme lui a demandé de faire évoluer leur relation, Ciryial l'a repoussé, lui en faisant voir des vertes et des pas mûres. Elle se réveille donc dans les bras de son amant, lovée dans la chaleur de son corps musclé. Il lui dépose un baiser sur la joue avant de se lever et d'ouvrir les rideaux. L'elfe se drape d'une couverture puis se rend dans la pièce attenante pour enfiler quelques vêtements avant qu'ils aillent déjeuner ensemble. « Amour ? Que dirai-tu d'aller à la célébration de Maïath aujourd'hui ? Je sais que tu n'aimes pas vraiment les fêtes mais ton père y sera aussi ! » Il ne savait que trop bien lui parler et lui faire accepter ce qu'elle ne voulait pas forcément faire. Elle lève les yeux au ciel en effilant sa robe avant de se retourner vers lui. « Ne m'appelles pas comme ça Beorcan ! Et sinon, oui pourquoi pas pour la célébration, l'hiver a été rude donc je me dois d'y aller. Et puis comme ça, nous verrons Père, tu as raison. » Les deux amants terminent de se préparer avant de descendre pour manger quelques fruits et se rendre sur la place où on lieux les festivités.

La fête battait son plein lorsque le couple arrive sur place, des chants, des numéros d'acrobatie, des tours de magie, de la nourriture et des boissons à foison,... C'est exactement tel que Ciryial s'imagine une fête après un rude hiver. Beorcan lui propose son bras qu'elle attrape après lui avoir fait un regard noir, puis se laisse peu à peu gagner par l'ambiance festive. Alors qu'un villageois arrive à leur hauteur pour leur proposer un bouquet de fleurs, Beorcan lui fait signe de venir puis se retourne vers la délicate elfe pour lui murmurer à l'oreille : « Choisis celle que tu veux, je te la mettrai dans les cheveux, je sais que tu adores ça ! » Ciryial rigole, telle une femme séduite, et choisi finalement une pivoine dans les tons violet, qui s'accorde à sa robe. Elle remercie le villageois et Beorcan lui offre quelques pièces avant qu'il ne reparte. Elle plaisante un moment avant d'entendre son prénom de la bouche d'un homme qu'elle n'avait pas envie de voir à ce moment présent. Il la salue simplement, son sourire mesquin sur ses lèvres fines donne une envie irrépressible de s'éloigner de lui mais ce dernier profite de la situation, Ciryial se fige, ne sachant quoi faire ou dire. Haryn, premier amour, première grosse déception amoureuse. Il lui attrape la main, qu'il baise tel un homme respectueux avant de lui demander ce qu'elle fait ici, et surtout, accompagnée. « Haryn, bonsoir. » Elle marque une pause avant d'ôter sa main de l'emprise de son ancien amant. « Comme tu peux le voir, je ne suis que surprise ! » lui répond-elle agilement. Elle ne souhaite en aucun cas prolonger cette conversation qui l'embarrasse déjà tellement. Elle se retourne alors vers son amant et les présente « Je te présente donc Beorcan, un ami fidèle. Beorcan, voici Haryn, mon ancien mari. » Elle lâche cette phrase comme s'il s'agissait d'une chose dégoûtante. Beorcan sent la tension entre les deux et fait un pas en avant, comme pour s'interposer. Ciryial le retient et lui indique de reprendre sa place, elle ne va tout de même pas se laisser démonter par Haryn, non pas lui. Elle le regarde, soutenant son regard, bien trop heureux de l'avoir mise dans une situation délicate. L'elfe demande ensuite à son amant d'aller leur prendre quelque chose à boire, afin qu'elle se retrouve seule pour terminer cette conversation déjà bien trop longue. Il l'interroge et elle lui fait signe d'y aller, il s'exécute. Sans avoir lâché le regard de son ancien mari, elle lui demande enfin : « Et toi, que fais tu ici ? Et si je ne m'abuse, seul ? » elle fait mine de regarder derrière lui pour chercher une quelconque compagnie qu'elle sait inexistante.

° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

_________________
« Ma fille, ma douce Ciryial, tu grandis tellement vite et j'aimerais te garder auprès de moi, mais l'Appel ne se trompe pas, tu es prête à embrasser ton destin »
♣ ♠   CIRYIAL NEL LLYÜWEN ♠ ♣
STORY OF MY LIFE - FRIENDS & FOES
© Dita | Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageRe: Un air de renouveau... ▲ CIRYIAL&HARYN 5/8/2016, 19:16


Haryn se mordit la lèvre pour réprimer une remarque cinglante. "Ancien mari", hein ? Ciryial rêverait-elle à haute voix ou serait-elle une vilaine petite cachottière ? Jusqu'à ce que la mort les sépare n'était pas qu'une façon de parler et il savait que l'elfe en était parfaitement consciente. Haryn et Ciryial étaient toujours tout ce qu'il y avait de plus mariés, bien qu'ils n'habitent plus ensemble. Ou qu'elle ne puisse plus l'encadrer. Son sourire moqueur se transforma en une expression étonnée et insolente quand le jouet de Ciryial fit mine de s'interposer entre eux et celle-ci s'accentua quand la mage lui fit signe de se retirer. Haryn n'aurait jamais l'audace de réduire l'un des amants de son épouse à l'état de tas de cendres, du moins pas en sa présence en tout cas, mais peut-être Ciri ne le pensait-elle pas apte à raisonner de façon aussi rationnelle ? Cette pensée l'amusa tout particulièrement. Son regard toujours fixé sur le bellâtre, l'attention de Haryn fut ramenée vers la belle ensorceleuse qui le questionnait sur ses propres motivations. « J'étais dans les parages. Et tu me connais, j'ai toujours préféré être seul que mal accompagné. » Un sourire moqueur, à nouveau.

Au fil des ans, Haryn avait vu défiler les amants de sa femme et s'ils avaient bien un point en commun, c'était qu'ils lui étaient tous inférieurs. De ce côté là, ce Beurre-canne ou qu'importe soit son nom, n'était pas différent des autres. « En parlant de compagnie... » dit-il en se tournant à nouveau vers le soupirant. « Tu les prends au berceau ces derniers temps, dis-moi ! Et bien dressé en plus, il t'obéit au doigt et à l’œil, chapeau bas. Par contre, et tu pardonneras cette intrusion dans ta vie privée qui je t'assure ne vient que de mon plus profond intérêt pour ton épanouissement sentimental, tu devrais probablement être plus honnête avec lui. Après tout, nous sommes toujours mariés, ma chérie... Si tu vas traîner un pauvre innocent dans l'immoralité, il devrait avoir le droit de le savoir, tu ne penses pas ? » Le ton était badin, mais le but était clairement de blesser, peut-être même de menacer, il n'avait pas encore décidé. Bien sûr, il n'avait aucune intention de casser le coup de Ciryial mais elle le croyait si horrible qu'elle se convaincrait sûrement du contraire. Pour Haryn, ce jeu de verbe n'était qu'une innocente taquinerie, un moyen maladroit de maintenir une complicité perverse avec celle à qui il était lié jusqu'à la fin de ses jours.

Il plongea son regard dans les yeux pleins de mépris de l'elfe et son expression s'adoucit. « Blague à part, Ciri, je suis content de te rencontrer ici, vraiment. » Il était sincère. Haryn n'avait jamais été amoureux de Ciryial mais il avait appris à l'aimer au fil du temps, à éprouver une certaine tendresse pour cette femme un peu trop fière au caractère irascible. Il était rare pour les deux époux de se voir plus de deux fois par an et le prêtre déplorait encore ce fait même après tant d'années. Avant d'être amants, puis anciens amants, Ciryial et Haryn avaient été amis autrefois, et bien qu'il sache qu'elle ne l'avait toujours pas pardonné de l'avoir induite en erreur, il appréciait toujours autant la compagnie de la magicienne et avait toujours espoir d'un jour pouvoir renouer le contact avec elle. Sans doute s'y prenait-il de la mauvaise manière, mais il était difficile pour Haryn de naviguer entre ses désirs d'une relation cordiale et sa culpabilité débilitante par rapport à leur mariage raté.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
▲ DANS MA SACOCHE:
▲ CAPACITES:
▲ DISPONIBILITE RP: 2/4
Voir le profil de l'utilisateur
▲ MESSAGES : 584
▲ POINTS D'INFLUENCE : 116
▲ ÂGE : On ne demande pas l'âge d'une dame !
▲ RACE : Elfe
▲ STATUT SOCIAL : Noble
▲ LIEU : Julatsa
▲ METIER OU OCCUPATION : Mage Ensorceleuse
▲ ALLEGEANCE : Les Cités Collegiales
▲ AVATAR & CREDITS : Emilia Clarke - Zuz'
▲ MULTICOMPTES : Le badass Aodhan
MessageRe: Un air de renouveau... ▲ CIRYIAL&HARYN 9/8/2016, 10:51

UN AIR DE RENOUVEAU...


Depuis le temps, l'elfe à la chevelure étincelante avait appris à vivre seule, à ne plus dépendre des autres et en particulier de son mari. Car oui, Haryn a bien raison sur la nature de leur relation officielle : ils sont toujours bel et bien mariés, bien qu'elle le déplore de temps à autre mais jamais, elle ne reniera un serment qu'elle a prêté devant Eïyna et les Anciens. Elle ne regrette pas son choix, loin de là car elle était amoureuse de cet homme lorsqu'il lui a fait sa proposition, sous un faux prétexte, elle le sait bien. Cette enfant de la nature a toujours écouté son coeur, bien que certaines fois, elle aurait plutôt du écouter sa raison. Haryn en est l'exemple parfait. Elle ne le connait que trop bien et l'elfe sait à quel point il méprise les hommes avec qui elle est. Il ne peut s'en prendre qu'à lui après tout, c'est de sa faute s'ils se trouvent dans cette situation. Ciryial pense tout de même qu'il serait temps d'enterrer la hache de guerre entre eux mais elle n'arrive pas à s'y faire. L'idée même qu'il lui a menti lui ôte toute envie de lui pardonner un jour. Le coeur de la belle est précieux et ceux qui osent lui faire du mal en paient souvent le prix fort. Un brin rancunière, elle s'essaye cependant à avancer plutôt qu'à stagner.

Mais ce sourire moqueur sur le visage de l'homme qu'elle a aimé lui fait mal, malgré qu'elle soit consciente qu'au fond de lui, il l'apprécie. Elle voudrait ne plus être affectée par ses ses yeux taquins et ses manières perverses mais elle n'y arrive pas. C'est aussi pour cela qu'elle se laisse volontiers courtiser par d'autres hommes, essayer de diminuer la douleur des années qu'elle a passé aux côtés de Haryn. Il ne pouvait ensuite que s'attaquer à Beorcan, comme elle l'attendait. Elle l'écoute déblatérer sa pique glaçante sur son compagnon avant de lui répondre. « Est-ce que cela t'importe vraiment, de savoir ce que je dis sur moi, sur nous, à ceux qui partagent mon lit ? Je ne souhaite même pas savoir ce que tu oses dire à celles qui croisent ta route. Et bien que nous soyons toujours mariés, effectivement, je te rappelle que c'est toi, la cause de tout cela. » Ses yeux deviennent de plus en plus brûlants, elle le sait et essaye de se concentrer pour ne pas donner raison à l'homme en face d'elle. Ciryial se refuse d'être une simple chose fragile, brisée par un mensonge bien plus gros qu'elle, et pour lequel, de toute façon, elle ne peut rien faire. Elle a trop souvent cette image de fleur à l'apparence fragile qui finalement résiste en plein hiver, par des températures extrêmes, pour finalement s'extasier sous le soleil du printemps. Haryn plonge alors son regard dans le sien, ne sachant que trop bien comment capter son attention avant de lui dire qu'il est content de la voir. Le coeur de l'elfe se sert, encore, sous l'emprise de ses mots qu'elle aurait voulu entendre des années plus tôt. Elle détache son regard, empli de mépris envers celui qui joue encore avec ses sentiments, se tournant légèrement afin de poser son regard au loin sur Beorcan, en train de plaisanter avec le tavernier. Elle ne l'aime pas, non, elle n'en est pas amoureuse, car à nouveau, son coeur et sa raison se battent en elle, ne sachant quelle décision prendre et si elle s'y tiendrait vraiment. Heureusement qu'elle ne voit Haryn que rarement car elle ne pourrait supporter d'être dans cet état plus de fois dans l'année.

La délicate Ciryial sait tout de même son mari sincère, bien qu'elle ai du mal à y croire. Elle le connait également par coeur et sait déceler lorsqu'il arrête de jouer. Elle pivote alors à nouveau vers lui, croisant les bras sur sa poitrine en signe de défense avant d'ajouter : « Je ne te dirai pas que je suis contente de te voir car ce n'est pas le cas. Je suis simplement ravie de voir que tu te portes bien. » À nouveau, le regard de l'elfe se détache du prêtre pour aller voir où en est Beorcan. Elle ne sait pas si elle doit tourner les talons et le planter là ou bien essayer de faire la conversation bien qu'elle n'en a aucune envie ? Sa bienséance l'oblige à s'intéresser à son interlocuteur après une brève pause. « Et sinon, comment se portent tes affaires ? Que viens tu faire à Havern ? Et ne me dis pas que tu ne savais pas que j'allais être ici. Essayons d'avoir une vraie conversation, où l'on s'intéresse réellement à l'autre. » L'elfe veut passer à autre chose et arrêter d'être cette petite créature fragile face à Haryn, il faut donc prendre le taureau par les cornes, avancer et ne plus penser au passé, simplement voir ce qu'ils pourraient devenir, malgré leur ancienne histoire ensemble et leurs divergences d'aujourd'hui.

° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

_________________
« Ma fille, ma douce Ciryial, tu grandis tellement vite et j'aimerais te garder auprès de moi, mais l'Appel ne se trompe pas, tu es prête à embrasser ton destin »
♣ ♠   CIRYIAL NEL LLYÜWEN ♠ ♣
STORY OF MY LIFE - FRIENDS & FOES
© Dita | Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Un air de renouveau... ▲ CIRYIAL&HARYN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Le renouveau de la World War avec Dust Tactics (et AT-43)
» La fin d'un règne, le début d'un renouveau... [PV]
» Geox, le renouveau
» Chaque jour est synonyme de renouveau
» - { Le renouveau de l'aigle.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Song of Ravens-
Sauter vers: